Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement : Loup à tête large, loup tacheté, loup atlantique

8.  Importance pour les pêcheurs

Il n’a jamais existé de pêche dirigée importante vers le loup de mer dans les eaux canadiennes et, avant mars 2003, le seul règlement s’appliquant au loup de mer était une disposition duRèglement de pêche de l’Atlantique de l985, qui obligeait les pêcheurs à conserver et à débarquer toutes les prises accessoires de loup de mer.

Du début au milieu des années 1990, après ledéclin de nombreuses espèces « traditionnelles », on a estimé qu’A. minor et A. lupus , ainsi que d’autres espèces « non traditionnelles », pourraient faire l’objet de nouvelles pêches dirigées. Parmi les trois espèces de loup de mer, seuls A. minor et A. lupuspossèdent une valeur marchande et, à la suite d’efforts concertés de mise en marché dans les années 1990, l’intérêt commercial pour le loup de mer s’est accru. La demande pour ce produit a fait augmenter sa valeur marchande vers la fin des années 1990. De plus en plus, A. minor etA. lupus sont transformés en filets vendus à l’état congelé ou frais. En outre, on savait que la peau d’A. minor pouvait être tannée et transformée en cuir. Comme A. denticulatus ne possède aucune valeur marchande, ses prises ont été rejetées et n’ont pas été déclarées au MPO. A. denticulatus est parfois consommé par les Groenlandais, bien que sa chair gélatineuse ne soit généralement pas prisée et que sa peau ne puisse faire l’objet d’une transformation secondaire (rapport non publié du COSEPAC).

Cela dit, la pêche expérimentale n’a pas permis de trouver de secteurs où le loup de mer était présent en concentrations suffisantes pour soutenir une exploitation commerciale dirigée. En conséquence, chacune des trois espèces a été capturée dans des pêches mixtes ou de façon fortuite dans des pêches dirigées, principalement dans la pêche au flétan du Groenland (Reinhardtius hippoglossoides), mais aussi dans d’autres pêches démersales, comme la pêche à la morue (Gadus morhua) et à la limande à queue jaune (Limanda ferruginea). Des pêches aux invertébrés, comme la crevette et certaines espèces de crabe, prennent également le loup de mer de façon fortuite.

En 2004, la remise à l’eau des prises d’A. minoret d’A. denticulatus d’une façon qui optimise leurs chances de survie a été rendue obligatoire par des modifications des conditions rattachées aux permis dans toutes les régions atlantiques du MPO. Ainsi, les pêcheurs qui, auparavant, conservaient A. minor pour le vendre sur le marché peuvent constater une diminution de la valeur débarquée totale de leurs prises, puisqu’ils doivent maintenant remettre cette espèce à l’eau au site de capture. Les plus importantes prises de loup de mer à des fins commerciales ont été signalées sur la côte sud de Terre‑Neuve et en Nouvelle‑Écosse. Cependant, presque toutes les prises capturées dans ces zones appartiennent à A. lupus.

8.1    Débarquements dans la région de Terre‑Neuve et du Labrador et valeur marchande

Toutes les prises des trois espèces de loup de mer dans la région de Terre‑Neuve et du Labrador ont été déclarées dans les statistiques des débarquements du MPO dans la catégorie « chat de mer ». En conséquence, on ne peut procéder à une analyse propre à chaque espèce et seules des conclusions socio‑économiques générales peuvent être tirées[1]. Néanmoins, les observateurs des pêches déployés dans une partie des flottilles de la majeure partie des pêches réalisées dans la région de Terre‑Neuve et du Labrador fournissent des estimations du nombre de prises de loup de mer selon l’espèce. Leurs registres indiquent qu’avant que la remise à l’eau soit rendue obligatoire au milieu de l’année 2003, les prises d’A. denticulatus étaient rejetées. Les débarquements étaient donc composés de prises des deux autres espèces. Depuis juin 2002, certains transformateurs/acheteurs ont consigné les débarquements de loup de mer selon l’espèce, ce qui permet de confirmer que les prises d’A. denticulatus ne sont pas débarquées, conformément aux recommandations de l’équipe de rétablissement.

8.1.1   Débarquements et valeur marchande

Aucune des espèces de loup de mer ne fait l’objet d’une pêche dirigée dans la région de Terre‑Neuve et du Labrador, mais les prises accessoires d’A. lupus sont autorisées depuis 2004‑2005. Avant l’entrée en vigueur de la remise à l’eau obligatoire, seuls A. minor et A. lupuspossédaient une valeur marchande à Terre‑Neuve et au Labrador. Les prises d’A. denticulatus étaient rejetées et n’étaient pas déclarées au MPO. Environ 50 % des prises accessoires d’A. lupus et d’A. minorétaient également rejetées (d’après les registres des observateurs) sans être déclarées. Ainsi, les statistiques relatives au débarquement sous‑estiment le taux de prises réel. Les débarquements annuels moyens de loup de mer déclarés entre 1995 et 2002 s’établissaient à 289 125 kg et ont culminé à 522 752 kg en 2002. La valeur moyenne débarquée pour la même période s’établissait à 136 182 dollars à un prix unitaire par kg qui est passé de 2,05 dollars en 1995 à 0,42 dollar en 2002 (Tableau 4 et Figure 5).

Tableau 4. Volume et valeur marchande des débarquements de prises accessoires de loup de mer (1995‑2002) dans la région de Terre‑Neuve et du Labrador.

AnnéeDébarquements (kg)Valeur marchande ($)Prix moyen ($)
199542 92987 9812,05
199630 22066 6612,21
1997235 236173 6460,74
1998207 32357 1840,28
1999384 485104 6890,28
2000495 437209 1890,42
2001395 615172 7170,44
2002522 752217 3910,42
Moyenne289 125136 1820,86

8.1.2   Prises accessoires par pêche dirigée

Le loup de mer est couramment pris de façon fortuite dans une vingtaine des pêches dirigées menées dans neuf divisions (statistiques) de l’OPANO adjacentes à la région de Terre‑Neuve et du Labrador (voir la Figure 1). Tous les débarquements de loup de mer déclarés proviennent de prises accessoires capturées dans des pêches démersales, à l’exception de la pêche au crabe.

C’est dans la pêche à la morue qu’on a déclaré les débarquements les plus élevés de prises accessoires de loup de mer pour la période s’étendant de 1995 à 2002. Pendant cette période, presque 59 % de tous les débarquements de loup de mer et 46 % de la valeur marchande des débarquements de loup de mer étaient associés à des prises accessoires de la pêche à la morue dans la division 3P de l’OPANO (Tableau 5).

Les débarquements de prises accessoires de loup de mer (principalement A. lupus) ont augmenté pour de nombreuses pêches dirigées après 1994 en raison de leur intérêt commercial accru. En 2001 et en 2002, on a déclaré, dans les pêches au flétan du Groenland et à la limande à queue jaune, des prises accessoires de loup de mer beaucoup plus élevées. Cette tendance résulte peut‑être d’un effort de pêche dirigée accru vers ces espèces à la fin des années 1990, de la conservation et de la déclaration d’un plus grand nombre de prises accessoires de loup de mer ou, encore, de l’augmentation effective de la population de loup de mer (Tableau 6)

Tableau 5. Moyennes des débarquements et de la valeur marchande des prises accessoires de loup de mer par pêche dirigée (1995‑2002) dans la région de Terre‑Neuve et du Labrador.

Pêche

dirigée

Débarquements (kg)Valeur marchande ($)
Moyenne annuelle%Moyenne annuelle%
Morue171 6275962 36246
Indéterminée40 1381439 56129
Limande à queue jaune31 9211114 56811
Flétan du Groenland29 1581011 4558
Flétan4 01612 0191
Plie canadienne3 82411 4991
Plie grise2 64111 2541
Sébaste2 29211 2751
Crabe des neiges1 3370,55870,4
Plie rouge6260,22580,2
Raie5870,24740,3
Merluche blanche5740,23580,3
Lompe1760,13170,4
Baudroie440,02150,01
Aiglefin230,01100,01
Goberge180,0170,01
Autre1220,041660,1
Total289 125 162 182 

Tableau 6. Débarquements annuels des prises de loup de mer par pêche dirigée (1995‑2002).

Pêche dirigée19951996199719981999200020012002
Morue06312 937179 113345 566404 886212 397218 055
Limande à queue jaune0002 6145 4344 29054 873177 157
Flétan du Groenland3 7308 04913 5602 05111 62834 52061 99697 729
Flétan03029141 4021 6417 57816 4683 822
Plie canadienne24156517 2014 7847 1595 2485 972
Plie grise7148789891 6282 4744 6484 1595 639
Sébaste2 0331 3284 1391 1082 1021 4684 7891 370
Crabe70371573023092 0795 392 305
Plie rouge1005406616681 2319651 329
Raie71511775212302891 6651 656
Merluche blanche440864762675112 871510
Lompe3192581614624624810711

8.1.3   Prises accessoires par division de l’OPANO, secteur statistique et section statistique

De 1995 à 2002, les prises accessoires de loup de mer les plus élevées ont été débarquées dans la sous‑division 3Ps (40 %), la division 4R (19 %), la sous‑division 3Pn (18 %) et la division 3N (12 %) de l’OPANO (Figure 6 du Tableau 7). D’après les registres des observateurs, la majorité des débarquements dans ces secteurs comprenaient A. lupus. La valeur marchande débarquée pour ces secteurs équivaut approximativement aux volumes débarqués. Ensemble, ces divisions et sous‑divisions totalisent 256 843 kg (ou 89 % des débarquements totaux) et 122 611 dollars (ou 91 % du total de la valeur marchande débarquée).

Tableau 7. Moyennes des débarquements et de la valeur marchande des prises de loup de mer par division de l’OPANO (1995‑2002) pour la région de Terre‑Neuve et du Labrador.

Division (ou sous‑division) de l’OPANODébarquements (kg)Valeur marchande ($)
Moyenne annuelle%Moyenne annuelle%
3Ps114 2234056 76442
3Pn52 3121823 42917
4R55 4591926 49120
3N34 8491215 92712
3L16 52265 9375
3K11 83545 4994
3O2 1600,71 2801
2J1 4710,56440,5
4S1820,11750,1
4VN770,03230,02
2H270,01130,01
4VS70,00230,001
TOTAL289 125 136 182 

On a évalué que les sous‑divisions 3Ps et 3Pn de l’OPANO représentent 49 % des débarquements moyens et 45 % de la valeur marchande débarquée pour la période s’étendant de 1995 à 2002. Les secteurs I (de la pointe Crewe à la pointe de l’île Pass) et H (cap St. Mary’s et pointe Crewe) représentent respectivement 14 % et 12 % du volume débarqué (voir le Tableau 8).

Tableau 8. Moyennes des débarquements et de la valeur marchande des prises de loup de mer par secteur statistique (1995‑2002).

 

Secteur statistique

Débarquements (kg)Valeur marchande ($)
Moyenne annuelle%Moyenne annuelle%
J (3Ps et 3Pn) pointe de l’île Pass – cap Ray140 7554961 82745
I (3Ps) pointe Crewe – pointe de l’île Pass41 5791422 19716
H (3ps) cap St. Mary’s – pointe Crewe35 4911218 54814
K (4R) cap Ray – cap St. George21 91389 6077
L (4R) cap St. George – cap St. Gregory10 51945 6334
M (4R) cap St. Gregory – pointe Riche9 89035 7414
D (3L) cap Bonavista – Grates Cove9 12533 1132
N (4R) pointe Riche – cap Norman6 89622 7662
F (3L) cap St. Francis – cap Race4 10511 9282
B (3K) cap St. John – cap Freels3 46512 0371
C (3L) cap Freels – cap Bonavista3 18511 5971
A (3K) cap Norman – cap St. John1 71218941
E (3L) pointe Grates – cap St. Francis438<1270<1
G (3L) cap Race – cap St. Mary’s48<120<1
O (2J) pointe St. Charles – cap Rouge16<17<1
TOTAL289 125 136 182 

D’après l’évaluation par « section statistique », la section 39 (secteur J, 3Pn), qui englobe la zone située entre la pointe Rose Blanche et le cap Ray, a représenté 19 % des débarquements moyens et 16 % de la valeur marchande débarquée pour la période s’étendant de 1995 à 2002. La section 37 (secteur J, 3Pn), qui inclut des ports situés entre le cap La Hune et la pointe Fox, a représenté 19 % des débarquements totaux et 18 % de valeur marchande totale, tandis que la section 32 (secteur I, 3Ps), qui englobe la zone s’étendant du cap Jean de Baie à la pointe Crewe, a représenté 10 % des débarquements et 9 % de la valeur marchande débarquée (Figure 7 et Tableau 9).

Tableau 9. Moyennes des débarquements et de la valeur marchande des prises de loup de mer par secteur statistique (1995‑2002) pour la région de Terre‑Neuve et du Labrador (Figure 6).

Section statistiqueSec.stat.Div. de l’OPANODébarq. (t)% du total

Valeur

($)

% du total
39 pointe Rose Blanche – cap RayJ3Pn55 3701918 23916
37 cap la Hune – pointe FoxJ3Ps54 5461924 38018
32 cap Jean de Baie – pointe CreweH3Ps27 9151012 3249
35 pointe Boxey – pointe de l’île PassI3Ps21 152711 2318
38 pointe Fox – pointe Rose BlancheJ3Pn19 740710 4918
40 cap Ray – pointe HarbourK4R18 23967 3765
33 pointe Crewe – pointe RosieI3Ps15 44157 4625
36 pointe de l’île Pass – cap la HuneJ3Ps11 10045 7394
14 cap Bonavista – cap SouthD3L8 96933 0382
42 cap St. George – pointe LongL4R7 77034 0873
48 pointe Riche – pointe FerolleN4R6 71222 7202
34 pointe Rosie – pointe BoxeyI3Ps4 98623 5043
45 cap St. Gregory – pointe Martin’sM4R4 94422 5252
31 pointe Grandy – cap Jean de BaieH3Ps4 58024 7083
41 pointe Harbour – cap St. GeorgeK4R3 67412 2312
46 pointe Martin’s – Daniel’s HarbourM4R2 88711 9961
30 cap Bauld – pointe GrandyH3Ps2 24911 2271
26 cap Broyle – cap RaceF3L2 24211 0791
47 Daniel’s Harbour – pointe RicheM4R2 05911 2201
 8 île Change– île FogoB3K2 01511 1911
43 pointe Long – pointe de l’anse BroadL4R1 38111 0331
24 cap St. Francis – cap SpearF3L1 84318441
Autres sections < 1 %  9 87034 5643
Total  289 125 136 182 

8.1.4   Débarquements et valeur marchande par collectivité et par pêcheur pour 2002

En 2002, 1 005 pêcheurs de la région de Terre‑Neuve et du Labrador ont déclaré des débarquements de loup de mer. Seuls 18 pêcheurs ont déclaré des valeurs débarquées supérieures à 1 000 dollars, tandis que 50 pêcheurs ont déclaré des valeurs supérieures à 500 dollars (Tableau 10). Les 955 pêcheurs restants ont déclaré en moyenne 168 dollars. Tous les pêcheurs qui ont déclaré des prises accessoires de loup de mer étaient des pêcheurs professionnels désignés.

En 2002, les pêcheurs de Burgeo ont déclaré le plus grand volume de loup de mer, d’un total de 25 885 kg pour une valeur marchande de 12 297 dollars; les pêcheurs de Lapoile, qui viennent au deuxième rang, ont débarqué un total de 22 873 kg évalués à 12 023 dollars; enfin, les pêcheurs de la zone s’étendant de Channel à Port aux Basques ont débarqué 18 873 kg pour une valeur de 9 847 dollars (voir le Tableau 10).

En 2002, les prises accessoires de loup de mer ont représenté entre 5 et 7 % des revenus de pêche annuels (entre 1 323 et 5 063 dollars) pour sept pêcheurs (un de Ramea, un de Port aux Basques, deux de Lapoile et trois de Burgeo) dans les sous‑divisions 3Ps et 3Pn.

Tableau 10. Débarquements et valeur marchande des prises de loup de mer supérieures à 500 dollars (2002) pour la région de Terre‑Neuve et du Labrador.

CollectivitéNbre de pêcheursDivision de l’OPANODébarquements (kg) en 2002Valeur ($) en 2002
Burgeo43Pn25 88512 297
Lapoile63Pn22 87312 023
Channel – Port aux Basques23Pn18 5699 847
Ramea33Ps9 4804 180
Port aux Choix44R5 7772 557
Margaree33Pn4 7562 100
Three Rock Cove14R4 5932 038
Codroy24R3 7731 689
Isle aux Morts23Pn3 0901 363
La Scie13K3 0651 351
Île Burnt23Pn2 9351 333
Fox Roost23Pn2 7241 203
Harbour Breton13Ps2 4881 097
Cap Ray13Pn1 764959
Rose Blanche13Pn1 725951
Daniel’s Harbour14R1 592702
Petities13Pn1 288624
Francois13Ps1 252552
Heatherton14R1 219538
Total en 2002  522 752217 391

8.1.5   Prises accessoires par type d’engin, par secteur et par espèce cible

Pendant la période s’étendant de 1995 à 2002, 64 % des prises accessoires de loup de mer ont été capturées à la palangre, 19 % au chalut de fond à panneaux et 14 % au filet maillant (Tableau 11).

Environ 52 % (149 558 kg) des prises accessoires de loup de mer ont été capturées dans la pêche à la palangre ciblant la morue, tandis que la pêche au chalut de fond à panneaux ciblant la limande à queue jaune a représenté 11 % (31 339 kg) de ces prises et la pêche au chalut de fond à panneaux ciblant le flétan du Groenland, 7 % (20 021 kg). La pêche au filet maillant ciblant la morue a représenté 7 % (17 211 kg) de tous les débarquements (Tableau 12).

Tableau 11. Débarquements et valeur marchande débarquée des prises de loup de mer par type d’engin (1995‑2002).

Type d’enginDébarquements (kg)Valeur marchande ($)
Moyenne annuelle%Moyenne annuelle%
Palangre183 9726470 56752
Chalut de fond à panneaux54 8031923 55017
Filet maillant41 4801437 70128
Palangrotte4 07412 1772
Senne danoise2 64711 3411
Casier1 5371657<1
Chalut pélagique568<1166<1
Piège33<116<1
Senne écossaise6<13<1
Chalut à crevettes5<12<1
Total289 125 162 182 

Tableau 12. Débarquements et valeur marchande débarquée des prises de loup de mer par type d’engin et par espèce cible (1995‑2002).

Type d’enginEspèce cibleDébarquements de loup de mer (kg)% des débarque-ments totaux

Palangre

(183 972 kg)

Morue149 55852
Non spécifiée28 84510
Flétan3 9781
Flétan du Groenland1 145<1
Merluche262<1

Chalut de fond à panneaux

(54 803 kg)

Limande à queue jaune31 43911
Flétan du Groenland20 0217
Sébaste1 6111
Plie canadienne519<1
Raie362<1
Non spécifiée332<1

Filet maillant

(41 480 kg)

Morue19 2117
Non spécifiée9 2363
Flétan du Groenland7 9193
Plie canadienne3 2531
Plie rouge624<1
Sébaste604<1

Palangrotte

(4 074 kg)

Morue2 5571
Non spécifiée1 5001

Environ 66 % (192 715 kg) des prises accessoires de loup de mer ont été capturées par des bateaux mesurant moins de 35 pieds. La palangre a représenté 83 % (159 678 kg) des prises capturées par des bateaux de cette taille. Les bateaux mesurant plus de 100 pieds ont capturé environ 22 % des prises accessoires de loup de mer, principalement au chalut de fond à panneaux, tandis que la flottille des bateaux mesurant entre 35 et 64 pieds ont capturé 12 % des prises (palangre et filet maillant) (Tableau 13).

Tableau 13. Débarquements et valeur marchande débarquée des prises de loup de mer par secteur et par type d’engin (1995‑2002).

Taille du bateauType d’enginDébarquements de loup de mer (kg)% des débarquements totaux

< 35 pi

(192 715 kg)

Palangre159 67855
Filet maillant28 92410
Palangrotte3 8371
Casier227<1

plus de 100 pi

(55 664 kg)

Chalut de fond à panneaux52 92321
Chalut pélagique568<1
Filet maillant42<1

Entre 35 et 64 pi

(38 629 kg)

Palangre21 0197
Filet maillant12 3024
Senne danoise2 6281
Chalut de fond à panneaux1 312<1
Casier1 135<1

Entre 65 et 99 pi

3 996 kg

Palangre3 2701
Chalut de fond à panneaux567<1
Filet maillant148<1
Total 289 125 

8.1.6   Prises accessoires selon le mois

Entre 1995 et 2002, la majorité (85 %) des prises accessoires de loup de mer ont été capturées pendant la période s’échelonnant de mai à septembre (Tableau 14). Durant cette période, 40 % des prises accessoires ont été capturées dans la sous‑division 3Ps, 18 % dans la sous‑division 3Pn et 19 % dans la division 4R. Les débarquements les plus élevés pour la division 3O ont été déclarés durant mars, avril, mai et octobre.

Tableau 14. Débarquements de loup de mer selon le mois (1995‑2002).

MoisDébarquements de loup de mer (kg)
Débarquements moyens% du total
Juillet75 34526
Juin60 96121
Août42 78515
Septembre34 30312
Mai28 54710
Avril18 7846
Octobre14 6675
Novembre6 7222
Mars4 1581
Décembre1 300<1
Février1 123<1
Janvier429<1

8.1.7   Profils des prises accessoires de loup de mer supérieures à 5 % par division et par sous‑division de l’OPANO (1995‑2002)

Les statistiques relatives aux débarquements et à la valeur marchande sont répertoriées par division (et par sous‑division) de l’OPANO (voir les figures 1 et 6).

3Ps

  • Débarquements totaux : 114 223 kg (40 %), valeur marchande totale : 56 764 dollars (42 %).
  • Secteurs statistiques : H (baie de Plaisance), I (baie de Fortune) et J (côte sud).
  • Collectivités où les valeurs des débarquements de loup de mer étaient supérieures à 500 dollars : Ramea (9 480 dollars), Harbour Breton (2 488 dollars), Francois (1 219 dollars).
  • Pêches dirigées qui enregistrent des prises de loup de mer : morue, sébaste, plie rouge, raie, plie grise, merluche blanche, flétan, lompe, plie canadienne, flétan du Groenland, baudroie, goberge, crabe, aiglefin et buccin.
  • Principales pêches dirigées :
    • morue : débarquements 86 %, valeur marchande 63 % (84 % à la palangre, 15 % au filet maillant, 1 % à la palangrotte);
    • espèce non spécifiée : débarquements 11 %, valeur marchande 34 % (57 % à la palangre, 34 % au filet maillant, 9 % à la palangrotte);
    • sébaste : débarquements 1 %, valeur marchande 1 % (58 % au filet maillant, 39 % au chalut de fond, 2 % au chalut pélagique).
  • Taille du bateau : moins de 35 pieds (83 %), entre 35 et 64 pieds (16 %), entre 65 et 99 pieds (< 1 %), plus de 100 pieds (< 1 %).
  • Principaux types d’engin : palangre (78 %), filet maillant (19 %), palangrotte (2 %).
  • Principaux mois : juin (29 %), juillet (28 %), septembre (14 %), mai (10 %), août (9 %), octobre (5 %), novembre (4 %).

4R

  • Débarquements totaux : 55 459 kg (19 %), valeur marchande totale : 26 491 dollars (20 %).
  • Secteurs statistiques : K (baie St. George’s), L (Port au Port , baie des Îles), M et N (péninsule Northern) et O (Labrador).
  • Collectivités où les valeurs des débarquements de loup de mer étaient supérieures à 500 dollars : Port aux Choix (2 557 dollars), Three Rock Cove (2 038 dollars), Codroy (1 689 dollars), Daniel’s Harbour (702 dollars), Heatherton (538 dollars).
  • Pêches dirigées qui enregistrent des prises de loup de mer : morue, sébaste, plie rouge, raie, plie grise, flétan, lompe, plie canadienne, flétan du Groenland, crabe, aiglefin et maquereau.
  • Principales pêches dirigées :
    • morue : débarquements 67 %, valeur marchande 52 % (87 % à la palangre, 10 % au filet maillant, 3 % à la palangrotte);
    • espèce non spécifiée : débarquements 20 %, valeur marchande 35 % (75 % à la palangre, 21 % au filet maillant, 2 % à la palangrotte);
    • plie canadienne : débarquements 6 %, valeur marchande 5 % (99 % au filet maillant, 1 % à la palangre).
  • Taille du bateau : moins de 35 pieds (83 %), entre 35 et 64 pieds (17 %).
  • Principaux types d’engin : palangre (75 %), filet maillant (18 %), senne danoise (4 %), palangrotte (2 %).
  • Principaux mois : juillet (36 %), août (27 %), septembre (16 %), juin (12 %), mai (5 %), octobre (3 %).

3Pn

  • Débarquements totaux : 52 312 kg (18 %), valeur marchande totale : 23 429 dollars (17 %).
  • Secteurs statistiques : J (côtes sud et sud‑ouest).
  • Collectivités où les valeurs des débarquements de loup de mer étaient supérieures à 500 dollars : Burgeo (12 297 dollars), Lapoile (12 023 dollars), Channel – Port aux Basques (9 847 dollars), Margaree (2 100 dollars), Isle aux Morts (1 363 dollars), île Burnt (1 333 dollars), Fox Roost (1 203 dollars), cap Ray (959 dollars), Rose Blanche (951 dollars), Petities (624 dollars).
  • Pêches dirigées qui enregistrent des prises de loup de mer : morue, sébaste, plie rouge, raie, plie grise, merluche blanche, flétan, plie canadienne, flétan du Groenland et aiglefin.
  • Principales pêches dirigées :
    • morue : débarquements 70 %, valeur marchande 55 % (97 % à la palangre, 2 % à la palangrotte, 1 % au filet maillant);
    • espèce non spécifiée : débarquements 29 %, valeur marchande 44 % (87 % à la palangre, 12 % au filet maillant, 1 % à la palangrotte).
  • Taille du bateau : moins de 35 pieds (95 %), entre 35 et 64 pieds (5 %).
  • Principaux types d’engin : palangre (94 %), filet maillant (4 %), palangrotte (2 %).
  • Principaux mois : juillet (26 %), août (24 %), juin (16 %), septembre (12 %), mai (11 %), octobre (10 %), novembre (1 %).

3N

  • Débarquements totaux : 34 849 kg (12 %), valeur marchande totale : 14 927 dollars (12 %).
  • Secteurs statistiques : F (est d’Avalon), H (baie de Plaisance) et I (baie de Fortune).
  • Pêches dirigées qui enregistrent des prises de loup de mer : morue, sébaste, raie, merluche blanche, flétan, plie canadienne, flétan du Groenland et limande à queue jaune.
  • Principales pêches dirigées :
    • limande à queue jaune : débarquements 91 %, valeur marchande 91 % (99 % au chalut de fond, 1 % au chalut pélagique, < 1 % au filet maillant);
    • flétan : débarquements 7 %, valeur marchande 6 % (100 % à la palangre).
  • Taille du bateau : entre 35 et 64 pieds (< 1 %), entre 65 et 99 pieds (6 %), plus de 100 pieds (94 %).
  • Principaux types d’engin : chalut de fond (93 %), palangre (6 %), chalut pélagique (1 %).
  • Principaux mois : avril (49 %), mai (17 %), mars (11 %), octobre (7 %), juillet (6 %), février (3 %).

3L

  • Débarquements totaux : 16 522 kg (6 %), valeur marchande totale : 5 937 dollars (4 %).
  • Secteurs statistiques : C (baie de Bonavista), D (baie de la Trinité), E (baie de la Conception), F (est d’Avalon) et G (baie St. Mary’s).
  • Pêches dirigées qui enregistrent des prises de loup de mer : morue, plie rouge, plie canadienne et flétan du Groenland.
  • Principales pêches dirigées :
  • l'étan du Groenland : débarquements 98 %, valeur marchande 96 % (78 % au chalut de fond, 13 % au filet maillant, < 1 % à la palangre).
  • Taille du bateau : moins de 35 pieds (4 %), entre 35 et 64 pieds (10 %), plus de 100 pieds (86 %).
  • Principaux types d’engin : chalut de fond (86 %), filet maillant (13 %), casier (1 %).
  • Principaux mois : juin (38 %), juillet (35 %), mai (12 %), août (5 %), avril (4 %).

8.2    Débarquements et valeur marchande dans la région du Québec

Bien que les trois espèces de loup de mer soient présentes dans le nord du golfe du Saint‑Laurent (région du Québec),A. lupus y est prédominant. On a utilisé des données scientifiques provenant des relevés, des pêches sentinelles et du programme d’observation des pêches pour évaluer les prises de loup de mer selon l’espèce.

Les données sur les débarquements sont recueillies par des vérificateurs à quai. Ces données ne font toutefois pas de distinction entre les espèces de loup de mer. Les données statistiques regroupent actuellement le loup de mer sous un seul code unique et une seule catégorie générale « loup de mer ». En conséquence, les statistiques financières ne fournissent qu’une vue d’ensemble des captures de loup de mer, bien que les données des observateurs et des relevés scientifiques semblent indiquer que la majorité des débarquements de loup de mer appartiennent à A. lupus. Il est possible de relever quelques variables significatives pour évaluer le profil des flottilles qui prennent des loups de mer et l’importance relative de ces espèces pour les activités de pêche dans la région du Québec.

8.2.1   Profil socioéconomique

Le loup de mer est pris de façon fortuite dans les pêches dirigées vers d’autres espèces. En 2002, il ne représentait que 0,4 % de tous les débarquements de poisson de fond au Québec. Sur le plan économique, cette proportion ne s’établit qu’à 0,1 %. Cependant, les débarquements de loup de mer étaient en hausse depuis 1995. Les données préliminaires pour 2002 font état de débarquements de 22,3 t, pour une valeur marchande totale de 8 500 dollars. Cette tendance peut s’expliquer par l’augmentation de l’effort de pêche dirigé vers la morue. En effet, la flottille dotée d’engins fixes (mesurant plus de 50 pieds) est responsable de la plupart des débarquements de loup de mer au Québec. Entre 1998 et 1999, les débarquements de morue de cette flottille ont beaucoup augmenté, ce qui a entraîné une hausse des débarquements de loup de mer.

En 2002, le prix moyen au débarquement (poids vif) s’établissait à 0,38 dollars/kg, ce qui témoigne de la faible valeur marchande de ces espèces. Toutefois, les prix au débarquement ont augmenté entre 1995 et 2002. Lorsqu’on compare 2002 à 1995, on constate une hausse des prix de l’ordre de 0,15 dollar/kg. La demande pour le loup de mer sur le marché du Québec (services d’alimentation, poissonneries) explique cette tendance. Les données relatives à la production font état d’une augmentation de la production de filets de loup de mer et d’une hausse de la valeur de ce produit entre 1996 et 2002.

La flottille de bateaux de pêche démersale (mesurant plus de 50 pieds) dotés d’engins fixes capture la majorité des prises de loup de mer dans les eaux de la région du Québec. En 2002, cette flottille a débarqué 72 % du volume total des débarquements de loup de mer au Québec. En 2000 et en 2001, cette proportion a atteint près de 90 %.

En 2002, le loup de mer a représenté 1,6 % du poids débarqué total de poisson de fond pour cette flottille, toutes espèces confondues. Les principales espèces prises par cette flottille sont la morue, le flétan et le flétan du Groenland.

 

Tableau 15. Débarquements totaux de loup de mer par flottille de bateaux de pêche (1999‑2002). Volume (kg) – valeur marchande ($)

 1999200020012002
 VolumeValeurVolumeValeurVolumeValeurVolumeValeur
Chalutiers – de 50 à 64 pi44140054236452
Engins fixes < 35 pi (pêche démersale)2247244202594424
Engins fixes – de 35 à 44 pi 11 po (pêche démersale)879259451180468146293103
Engins fixes – de 35 à 44 pi 11 po (pêche pélagique)    31  
Engins fixes – de 45 à 49 pi 11 po (pêche démersale)252748732153376712
Engins fixes – plus de 50 pi (pêche démersale)3 02771710 6063 87120 7817 03615 9605 161
Crabiers de la Basse-Côte-Nord, secteur 1327000  137
Crabiers de la Basse-Côte-Nord, secteur 14      5 3422 949
Crabiers de la Basse-Côte-Nord, secteur 14 – allocations      158
Crabiers de la Basse-Côte-Nord, secteur 155000    
Crabiers de l’estuaire, secteur 170041    
Crabiers, secteur 12A463133186682345468
Crabiers, secteur 12B7951155543231023623
Crabiers, secteur 12B – allocations      7327
Crabiers, secteur 12C – allocations      63
Crabiers, secteur 12E30211100164602610
Crevettiers – allocations temporaires371793322171484510
Langoustiers de la Gaspésie, secteur 203193931910
Pétoncliers de la Gaspésie0014455    
Langoustiers des îles de la Madeleine47100    
Pétoncliers de la Côte-Nord    659121  
Crabiers, secteur 17 – allocations    834410
Crabiers, secteur 16 – allocations      115
Crabiers, secteur 12 – allocations    1434018050
Bateaux de l’extérieur du Québec    8044  
Non classés      169
Total :5 3901 45111 7774 31623 3217 82922 2608 482

Source : Service des statistiques, MPO, Région du Québec.

Compilation : DPE, MPO, Région du Québec.

8.2.2   Secteur de la transformation

Entre 1995 et 2001, les données du secteur de la transformation font état d’une augmentation de la production des filets de loup de mer. Entre 1996 et 2001, la valeur moyenne de la production de filets est passée de 3,28 dollars/kg à 5,01 dollars/kg. La demande pour ce type de produit a augmenté sur le marché des services d’alimentation au Québec (p. ex. dans la région de Québec) et dans les poissonneries. La production a toutefois diminué en 2002 en la faveur du loup de mer frais et entier.

Tableau 16. Production de loup de mer au Québec(kg).

 19951996199719981999200020012002
À l’état congelé        
Filets dépouillés9123175592094262 36357
Filets dépouillés et sans arêtes086400371450  
À l’état frais        
Habillé, non étêté1201340622750 648
Habillé, étêté00002000  
Entier03411 90515066842 5196 090
Filets dépouillés039269595691 8245 0441 751
Filets dépouillés et sans arêtes001480149453473474
Forme indéfinie0040818800  
Légèrement salé       1 238
Total2116233 3058892 1152 70710 39810 259

Source : Service des statistiques, MPO, Région du Québec.

Nota : les données pour 2001 ne sont pas définitives.

Tableau 17.Valeur marchande de la production de loup de mer au Québec($/kg)

 19951996199719981999200020012002
À l’état congelé        
Filets dépouillés2,716,095,504,415,224,963,836,06
Filets dépouillés et sans arêtes 4,984,964,595,00   
À l’état frais        
Habillé, non étêté1,10  0,560,55  0,67
Habillé, étêté    1,32   
Entier 0,390,550,200,440,250,440,44
Filets dépouillés 3,283,174,104,815,465,015,49
Filets dépouillés et sans arêtes  4,96 5,025,044,513,93
Forme indéfinie  0,440,74    
Filets dépouillés légèrement salés       3,31

Source : Service des statistiques, MPO, Région du Québec

Nota : les données pour 2001 ne sont pas définitives.

8.3 Débarquements et valeur marchande pour la région du Centre et de l’Arctique

La majorité des prises accessoires dans la région du Centre et de l’Arctique sont capturées dans la pêche au flétan du Groenland. Les prises accessoires de loup de mer ne sont pas débarquées dans des usines de la région, mais peuvent être débarquées dans la région de Terre‑Neuve et du Labrador. Par le passé, la région de Terre‑Neuve et du Labrador a recueilli des données sur les prises accessoires pour les divisions 0A et 0B de l’OPANO, dans le détroit de Davis. La majorité des pêches dirigées autorisées dans la région du Centre et de l’Arctique sont débarquées dans d’autres régions, en particulier au Terre‑Neuve et au Labrador.

Les prises accessoires de loup de mer dans la division 0A de l’OPANO sont faibles (une centaine de kilogrammes annuellement) et appartiennent principalement à l’espèceA. denticulatus, qui ne possède aucune valeur commerciale. Ces prises sont rejetées sans être déclarées au MPO.

Il semble qu’actuellement, les espèces de loup de mer sont beaucoup moins abondantes dans cette zone et que les prises accessoires dans des pêches commerciales sont très faibles.

8.4    Débarquements et valeur marchande pour la région des Maritimes

Les trois espèces de loup de mer au Canada atlantique sont déclarées dans les statistiques sur les débarquements du MPO dans la catégorie « chat de mer ». L’objectif est de distinguer les débarquements selon l’espèce, mais les données pour la région des Maritimes regroupent les espèces dans une seule catégorie jusqu’en 2002, à l’exception d’un faible volume de données concernant le loup tacheté pour 2000 et 2001.

8.4.1   Débarquements et valeur marchande

Il est probable que des prises de loup de mer ont été rejetées, mais l’information relative au nombre de rejets en mer ne figure pas dans les données des fichiers informatisés sur les échanges entre les zones (ZIFF) pour les Maritimes. Les débarquements annuels moyens de loup de mer entre 1988 et 2000 ont atteint 515,1 t et ont culminé à 1 012 t en 1988. Les débarquements ont chuté à 132,5 t en 2001 et à 168,1 t en 2002 (au 21 novembre 2002) (Tableau 18). La valeur débarquée moyenne pour la période s’étendant de 1988 à 2000 s’est établie à 195 979 dollars (à un prix unitaire par kg variant de 0,33 dollar en 1988 à 0,54 dollar en 2000). Si on suppose un prix moyen de 0,54 dollar/kg pour le loup de mer en 2001 et en 2002 (les coûts de la transformation n’ont pas été déclarés pour tous les débarquements), on peut calculer que la valeur annuelle des débarquements de loup de mer était de l’ordre de 100 000 dollars.

Tableau 18. Volume des débarquements et valeur marchande débarquée des prises accessoires de loup de mer dans la région des Maritimes (1988‑2002).

AnnéeDébarquements (poids brut, en tonnes)Valeur marchande (en milliers de dollars)Prix ($/kg)
19881 012,0337,10,33
1989665,9228,40,34
1990690,8210,60,30
1991508,1173,60,34
1992753,0275,20,37
1993618,2212,30,34
1994428,9173,40,40
1995256,8108,40,42
1996381,7165,60,43
1997614,5280,00,46
1998311,1142,70,46
1999296,3154,60,52
2000158,885,80,54
2001132,571,50,54
2002168,190,80,54
Moyenne466,4196,010,421

1Les moyennes de la valeur marchande et du prix n’incluent pas les estimations de la valeur marchande et des prix pour les années 2001 et 2002.

Les débarquements sont très saisonniers dans la région des Maritimes et culminent de mai à août (Figure 8).

8.4.2   Prises accessoires par principale espèce débarquée

Le loup de mer est une prise accessoire courante des pêches démersales dans la région des Maritimes. Sauf pour ce qui est du pétoncle (avant 1995), pratiquement tous les débarquements de loup de mer déclarés sont pris de façon fortuite dans des pêches démersales. La Figure 9 fait état des débarquements de loup de mer par principale espèce débarquée (c.‑à‑d. que si 50 kg de prises accessoires de loup de mer ont été débarqués dans une excursion de pêche où l’aiglefin était la principale espèce capturée, ces 50 kg sont consignés sous la catégorie « aiglefin »). Le loup de mer était la principale espèce débarquée dans 25,0 % des excursions en moyenne pour la période s’étendant de 1986 à 2002. La morue était la principale espèce débarquée dans une proportion de 31,0 % et l’aiglefin, dans 17,9 % des excursions. Toutes les autres espèces constituaient la principale espèce débarquée dans une proportion inférieure à 5 % des excursions en moyenne.

8.4.3   Prises accessoires par division de l’OPANO

Les débarquements de loup de mer les plus élevés ont été déclarés dans la division 4X de l’OPANO entre 1986 et 2002 (Figure 10). La Figure 11 fait état de la répartition des débarquements par division de l’OPANO pour 2001. La répartition des débarquements dans la division 4X était vaste (Figure 12). La Figure 13 fait état des débarquements par unité de l’OPANO au sein de la division 4X. La grande majorité des prises débarquées, surtout ces dernières années, ont été capturées au chalut de fond (67,9 % en moyenne entre 1986 et 2002) et à la palangre (25,2 % en moyenne entre 1986 et 2002) (Figure 14).

8.4.4   Comparaison des valeurs marchandes débarquée

La valeur marchande débarquée des prises accessoires de loup de mer est négligeable par rapport à celle des pêches dirigées où elles ont été capturées (Tableau 19).

Tableau 19. Sommaire de la valeur marchande débarquée par principale espèce dans la région des Maritimes (1988‑2000).

EspècesEspèces démersales (toutes confondues)Espèces pélagiques (toutes confondues)Invertébrés (tous confondus)Loup de mer (% du total)
1988117 163 000 $39 291 800 $202 588 647 $337 115 $0,09 %
1989117 076 000 $36 410 400 $216 668 000 $228 410 $0,06 %
1990134 157 000 $36 174 800 $214 877 000 $210 631 $0,05 %
1991175 389 000 $32 996 100 $219 870 000 $173 554 $0,04 %
1992163 551 000 $39 911 800 $240 412 000 $275 156 $0,06 %
1993111 393 000 $42 939 600 $256 781 000 $212 304 $0,05 %
199487 087 600 $38 622 100 $309 507 000 $173 433 $0,04 %
199573 596 300 $45 550 500 $298 891 000 $108 397 $0,03 %
199670 293 600 $39 897 900 $277 788 000 $165 587 $0,04 %
199784 081 600 $41 183 200 $295 744 000 $280 013 $0,07 %
199886 957 800 $36 143 700 $325 139 000 $142 656 $0,03 %
199978 523 900 $34 103 400 $413 079 000 $154 619 $0,03 %
200075 498 200 $35 540 400 $478 123 000 $85 846 $0,01 %

8.5   Débarquements et valeur marchande dans la région du Golf

Les exigences relatives à la déclaration obligatoire s’appliquent à tous les débarquements. Pour l’instant, aucun rejet en mer n’a été déclaré pour le loup de mer dans la région du Golfe.

Les débarquements annuels moyens de loup de mer entre 1995 et 2001 étaient très faibles (12,6 t). Le total de la valeur marchande débarquée pour la même période s’est établi à 3 803 dollars à un prix unitaire par kg variant de 0,20 dollar en 1996 à 0,52 dollar en 1999.



[1]Dans la région de T‑N.L. du MPO, « chat de mer », qui est synonyme de loup de mer, désigne les trois espèces qui habitent les eaux de Terre-Neuve et du Labrador. Dans le présent rapport, seule l’expression « loup de mer » est conservée.