Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement : Loup à tête large, loup tacheté, loup atlantique

9.  Tâches à accomplir

On a relevé ci‑après des tâches éventuelles à accomplir dans l’atteinte du but et des objectifs proposés dans le présent document :

  • mieux comprendre le cycle biologique du loup de mer;
  • relever les effets environnementaux;
  • désigner, conserver et protéger l’habitat du loup de mer;
  • quantifier, sur le plan spatiotemporel, les prises du loup de mer par espèce et par type d’engin de pêche;
  • évaluer les effets potentiels des engins de pêche, en particulier le chalut et la drague, sur l’habitat du loup de mer;
  • établir des mécanismes pour favoriser la participation des intervenants;
  • mettre en œuvre des modifications réglementaires relatives aux pêches et étudier leur incidence éventuelle sur les pêches traditionnelles et les coûts subséquents pour les exploitants pêcheurs et d’autres intervenants;
  • obtenir les ressources financières nécessaires à la mise en œuvre, dans un délai acceptable, de tous les aspects de l’initiative de rétablissement;
  • évaluer les effets potentiels d’autres activités associées aux ressources océaniques;
  • établir une coopération et une collaboration intergouvernementales.

10.  Faisabilité biologique et technique du rétablissement

Des caractéristiques relatives au stade biologique, comme la croissance relativement lente, le soin des œufs (A. lupus) et la dispersion limitée, conjuguées à des facteurs humains potentiels et des contraintes environnementales changeantes, peuvent freiner la capacité des espèces de loup de mer à se rétablir. C’est pourquoi des recherches doivent être entreprises pour définir les relations qui existent entre le loup de mer et son environnement. Néanmoins, si les menaces d’origine humaine peuvent être définies et atténuées par la mise en œuvre des présents programme de rétablissement et plan de gestion, le rétablissement sera réalisable sous réserve que les conditions suivantes soient respectées :

  • des individus capables de reproduction sont actuellement disponibles pour améliorer l’abondance des espèces;
  • d’après les connaissances actuelles des besoins en matière d’habitat, il y a suffisamment d’habitat adéquat actuellement disponible pour soutenir ces espèces;
  • les menaces importantes d’origine humaine qui pèsent sur ces espèces, comme celles décrites dans le présent document, peuvent être atténuées par des mesures de rétablissement;
  • les techniques de rétablissement requises pour l’étude de ces menaces importantes d’origine humaine existent et on connaît leur efficacité.

Des effets environnementaux pourraient également influer sur cette faisabilité biologique et technique en modifiant de manière imprévisible le cours du rétablissement de ces espèces.

11. Recommandations relatives à la portée du rétablissement

L’équipe de rétablissement a décidé de regrouper, dans un seul programme de rétablissement et un seul plan de gestion « multi‑espèces », les trois espèces de loup de mer en raison de leurs similarités sur le plan de leurs répartitions, de leurs cycles biologiques et de leur écologie de même que de leurs rapports étroits sur le plan taxonomique. On a pensé qu’un document unique regroupant les deux espèces menacées ainsi que l’espèce préoccupante constitue la mesure de mise en œuvre la plus efficace et la moins répétitive.

Actuellement, la remise à l’eau des deux espèces menacées de loup de mer d’une façon qui optimise leurs chances de survie est une exigence rattachée à la délivrance des permis