Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l'esturgeon à museau court (Acipenser brevirostrum) au Canada

Protection actuelle ou autres désignations de statut

 L’esturgeon à museau court est désigné en péril (« Endangered ») en vertu de l’Endangered Species Act des États-Unis depuis mars 1967. Le National Marine Fisheries Service a élaboré un plan de rétablissement définitif pour les États-Unis en 1998. L’espèce a été désignée préoccupante au Canada en 1980, mais aucune équipe de rétablissement n’a été constituée. Le MPO forme actuellement un groupe de travail sur la conservation des esturgeons dans les Maritimes regroupant des représentants des gouvernements, des universités et des ONG de défense de l’environnement (Rod Bradford, MPO, comm. pers.). L’espèce est inscrite sur la liste rouge de l’UICN depuis 1996, où elle a le statut d’espèce vulnérable pour les raisons suivantes : 1) elle a connu une détérioration de sa zone d’occupation, de sa zone d’occurrence et/ou de la qualité de son habitat; 2) elle est gravement fragmentée; 3) on note un déclin continu de son aire de répartition, de sa zone d’occurrence et/ou de la qualité de son habitat ainsi que du nombre de sites ou de sous-populations. L’espèce est inscrite à l’annexe 1 de la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction) et à l’annexe 1 de la WAPPRIITA (Loi sur la protection d’espèces animales ou végétales et la réglementation de leur commerce international et interprovincial), qui encadre le commerce interprovincial de tout produit de l’espèce. Elle est également protégée par une limite inférieure de longueur à la fourche fixée à 122 cm (48 po) pour la pêche récréative dans la rivière Saint-Jean. Cela correspond à la longueur du plus grand spécimen documenté (122 cm), ce qui signifie en pratique qu’aucun esturgeon à museau court ne peut être capturé ni par les pêcheurs récréatifs, ni par les pêcheurs commerciaux. De plus, pour conserver un esturgeon à museau court, une personne doit posséder un permis délivré en vertu du Règlement de pêche (Dispositions générales) à des fins scientifiques, éducatives, de recherche ou d’exposition au public (ce sont les seuls cas où le prélèvement d’un esturgeon à museau court est permise). Un permis en vertu du même Règlement de pêche est également nécessaire pour transférer un esturgeon à museau court vers une pisciculture, pour relâcher un individu dans un habitat sauvage ou pour transporter un individu d’une province à l’autre.

Les classements NatureServe sont : cote mondiale (« GRank ») de G3 (localement dans une aire de répartition restreinte) et cote du N.-B. (« SRank.NB ») de S2 (rare dans l’ensemble de l’aire de répartition dans la province ou menacé de disparition en raison de sa rareté ou d’autres facteurs [NatureServe, 2004]).