Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l'esturgeon à museau court (Acipenser brevirostrum) au Canada

Résumé technique

Acipenser brevirostrum (Lesueur 1818)

Esturgeon à museau court – Shortnose Sturgeon

Répartition au Canada : rivière Saint Jean, Nouveau-Brunswick

Information sur la répartition

Superficie de la zone d’occurrence (km²) [évaluée selon le tableau 5] < 500 km²
Préciser la tendance (en déclin, stable, en expansion, inconnue).Diminution depuis 1967 (la zone au-dessus du barrage Mactaquac n’est plus accessible)
Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occurrence (ordre de grandeur > 1)? Non
Superficie de la zone d’occupation (km²) [évaluée selon le tableau 5] < 200 km²
Préciser la tendance (en déclin, stable, en expansion, inconnue).Diminution depuis 1967
Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occupation (ordre de grandeur > 1)? Non
Nombre d’emplacements existants (connus ou supposés).1
Préciser la tendance du nombre d’emplacements (en déclin, stable, en croissance, inconnue). Stable
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’emplacements (ordre de grandeur >1)? Non
Tendance de l’habitat : préciser la tendance de l’aire, de l’étendue ou de la qualité de l’habitat (en déclin, stable, en croissance ou inconnue). Inconnue

Information sur la population

Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la population :  indiquer en années, en mois, en jours, etc.).21 ans
Nombre d’individus matures (reproducteurs) au Canada (ou préciser une gamme de valeurs plausibles). Inconnu, mais s’élevait à environ 18 000 en 1977
Tendance de la population quant au nombre d’individus matures en déclin, stable, en croissance ou inconnue. Inconnue, mais probablement en déclin
S’il y a déclin, % du déclin au cours des dernières/prochaines dix années ou trois générations, selon la plus élevée des deux valeurs (ou préciser s’il s’agit d’une période plus courte). Inconnu
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures (ordre de grandeur > 1)? Non
La population totale est-elle très fragmentée (la plupart des individus se trouvent dans de petites populations, relativement isolées [géographiquement ou autrement] entre lesquelles il y a peu d’échanges, c.-à-d. migration réussie de
< 1 individu/année)?
Seulement un emplacement au Canada, mais il peut y avoir plus d’une aire de fraye. Les renseignements génétiques laissent entendre qu’il y a peu de migration entre les rivières.
Énumérer les populations et donner le nombre d’individus
matures dans chacune.
Toutefois, en tenant compte du rapport des sexes de 2,1 ♀ : ♂, le nombre de femelles devient limité, car si ⅓ d’entre elles fraient chaque année, le nombre véritable d’adultes est de 4 000 (± 30 %), et si l’on utilise le principe de précaution, le nombre le moins élevé de l’évaluation doit être considéré.
18 000 ± 30 %
Préciser la tendance du nombre de populations (en déclin,
stable, en croissance, inconnue).
Stable
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations (ordre de grandeur >1)? Non

Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou les habitats)

  • les prises accessoires pendant les pêches au gaspareau et à l’alose et le braconnage
  • la perte et la détérioration de l'habitat causées par les digues et les retenues
  • la détérioration de l’habitat causée par les activités urbaines, agricoles et industrielles
Effet d’une immigration de source externe :Faible
L’espèce existe-t-elle ailleurs (au Canada ou à l’extérieur)? Oui
Statut ou situation des populations de l’extérieur?Espèce en voie de disparition
Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible? Possible, mais peu probable
Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada? Inconnus
Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible au Canada pour les individus immigrants? Non

Analyse quantitative

s.o.

Statut actuel

Classification selon Nature Conservancy (Natureserve 2004)

  • Mondiale -- G3
Nationale
  • États-Unis -- N3
  • Canada-- NNR
Régionale
  • États-Unis -- S1 (CT), SX (DC), S1 (FL), S2 (GA), S3 (ME), S1 (MD), S1 (MA), SH (NH), S3 (NJ), S1 (NY), S1 (NC), S1 (PA), S1S2 (RI), S3 (SC), SX (VA)
  • NB)

U.S. Endangered Species Act -- Espèce désignée en voie de disparition en 1967.

AFS -- Désignée menacée en 1989

UICN -- Vulnérable

CITES -- Annexe I

Les espèces sauvages 2000

(Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril -- 2001)

  • Canada -- NR
  • Nouveau-Brunswick -- 3

COSEPAC-- Espèce préoccupante, 1980, 2005.

Statut et justification de la désignation*

Statut : Préoccupante

Code alphanumérique :Correspond au critère de la catégorie « menacée » D2, mais est désignée « préoccupante », car il n’y a pas de menace immédiate.

Justification de la désignation : Il s’agit d’une espèce anadrome limitée à un seul réseau hydrographique au Canada où le poisson frayant nécessite un accès libre aux frayères d’eau douce. Cependant, la population pourrait avoir été divisée depuis 1967 en raison du barrage de Mactaquac. Ce grand poisson à croissance lente et à maturation tardive est dépendant de mesures de conservation. Il existe certains risques de mortalité attribuables aux installations hydroélectriques, aux prises accessoires pendant les pêches au gaspareau et à l’alose ainsi qu’au braconnage. Toutefois, il n’existe aucune menace immédiate pouvant mener à l’élimination de la population dans une très courte période de temps.

Application des critères

Critère A (Population globale en déclin) : Sans objet, car le déclin en évidence est équivoque et n’est pas quantifié.

Critère B (Petite aire de répartition, et déclin ou fluctuation) : Sans objet, même si la superficie de la zone d’occupation est inférieure à 500 km² et que l’espèce est connue seulement dans un emplacement au Canada, il n’existe aucune évidence de déclin continu ou de fluctuations extrêmes de la zone d’occupation, de l’étendue ou de la qualité de l’habitat, ou du nombre d’individus matures.

Critère C (Petite population globale et déclin) : Sans objet, l’espèce peut être qualifiée menacée sous C, seulement si l’on tient compte des femelles qui fraient et qu’il y a évidence de déclin antérieur associé à la perte de l’habitat. Toutefois, il n’existe aucune évidence appuyant un déclin continu de plus de 10 % pour les trois générations suivantes. La population pourrait avoir été divisée depuis 1967 en raison de la construction du barrage de Mactaquac.

Critère D (Très petite population ou aire de répartition limitée) : correspond au critère de la catégorie D2, population présente dans un emplacement et dans une rivière seulement.

Critère E (Analyse quantitative) : sans objet, aucune donnée d’analyse.

* Le COSEPAC a demandé une réévaluation d’ici 5 ans.