Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Mise à jour - Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Loup tacheté (Anarhichas minor) au Canada

Résumé

Le loup tacheté (Anarhichas minor Olafsen, 1774) est un grand poisson marin ressemblant à une blennie qui fréquente les fonds rocheux dans les eaux modérément  profondes et froides de l’Atlantique Nord, depuis l’est de la Nouvelle-Écosse jusqu’en Écosse. Bien qu’on le pêche modérément en Islande, il n’a jamais fait l’objet d’une pêche dirigée au Canada, mais il y est capturé de façon accessoire. Dans l’ouest de l’Atlantique, il a été le plus abondant au large de Terre-Neuve et du Labrador, où il est un membre caractéristique de l’assemblage de poissons d’eau froide et profonde du plateau continental, mais, selon les relevés scientifiques, son abondance dans cette région a chuté de 96 p.100 de 1978 à 1999. Seuls des loups tachetés égarés fréquentent  d’autres eaux canadiennes. Espèce relativement sédentaire, le loup tacheté croît lentement et se nourrit surtout d’invertébrés benthiques, en particulier des échinodermes. Il fabrique des nids et garde ses gros œufs. D’intenses pêches au chalut, maintenant suspendues par l’imposition de moratoires, semblent avoir eu un impact sur les effectifs de loups. Dans la région de Terre-Neuve, les relevés scientifiques montrent que les effectifs du loup tacheté ne cessent de baisser, qu’il est présent dans moins d’endroits qu’auparavant, que son aire de répartition semble rétrécir et que sa taille moyenne a diminué. La lenteur de la croissance, les habitudes de nidification et la dispersion limitée de l'espèce rendent son rétablissement peu probable; le chalutage de fond et le dragage ont sans doute endommagé son habitat.