Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la couleuvre nocturne au Canada - 2001

HABITAT

Besoins de l’espèce

Les couleuvres nocturnes fréquentent les milieux chauds et secs associés aux pentes d’éboulis et aux affleurements rocheux (p. ex. coulées de lave) et à couvert arbustif et graminéen (Gates, 1937; Svihla et Knox, 1940; Dundee, 1950; Dunlap, 1959; Diller et Wallace, 1981; 1986; Lacey et al., 1996). Des individus ont été trouvés sous des pièces de bois flotté en milieu riverain (Llewellyn, 1998), dans le lit asséché de ruisseaux (Storm, 1953) et dans le sable (Wright et Wright, 1957). Dans l’ouest du Mexique, l’Hypsiglena torquata est abondante dans les forêts tropicales semi-arides et moyennement abondante dans les boisés épineux tropicaux et les forêts sèches (Hardy et McDiarmid, 1969). Deux individus de la sous-espèce H. t. deserticola ont été trouvés dans des terriers de rongeurs dans un milieu non rocheux (Diller et Wallace, 1986).

En Colombie-Britannique, l’habitat de la couleuvre nocturne correspond à la steppe arbustive, par endroits quasi-désertique. Dans ce type d’habitat, sept individus sur 14 ont été trouvés sous des pierres, sur des pentes d’éboulis ou en milieu ouvert, quatre ont été capturés dans des pièges à entonnoir, et cinq ont été trouvés morts sur des routes ou à proximité (Lacey et al., 1996). Malheureusement, le nombre limité de spécimens et d’informations disponibles sur le cycle vital de cette couleuvre ne permet pas une description détaillée des besoins de cette espèce en matière d’habitat au Canada.

Shewchuk (1996) a trouvé un site de nidification de couleuvre agile (Coluber constrictor) et de couleuvre à nez mince (Pituophis catenifer) dans un milieu sablonneux voisin d’un site où la présence de la couleuvre nocturne a été confirmée. Il se peut que la couleuvre nocturne, espèce ovipare, ait besoin de ce type d’habitat. L’importance des lézards et des serpents dans le régime alimentaire de la couleuvre nocturne (voir plus loin la section Habitudes alimentaires) et la cooccurrence apparente de la couleuvre avec le crotale de l’Ouest (Crotalus viridus), la couleuvre à nez mince (Pituophis catenifer), la couleuvre agile(Coluber constrictor) et le scinque de l’Ouest (Eumeces skiltonianus) (Bufo Inc., 1993; Lacey et al., 1996; Shewchuk, 1996), espèces plus communes, donnent à croire que les habitats importants pour ces espèces mieux étudiées sont aussi probablement importants pour la couleuvre nocturne. Si c’est le cas, la couleuvre nocturne pourrait être présente vers le nord et l’ouest de son aire connue dans des régions occupées par les espèces susmentionnées (Gregory et Campbell, 1984) et comportant des milieux apparemment favorables.

Tendances

À l’exception d’un individu, toutes les couleuvres nocturnes trouvées en Colombie-Britannique l’ont été dans la vallée de l’Okanagan. Cette région présente de nombreux attraits pour les humains, et la population humaine y connaît une croissance rapide. De plus, la conversion du territoire en terres agricoles, notamment en vergers et en vignobles, contribue à la disparition de l’habitat de la couleuvre nocturne.

Protection

Deux des couleuvres nocturnes observées en Colombie-Britannique se trouvaient dans une réserve écologique (Lacey et al., 1996). Malheureusement, on ignore quels milieux la couleuvre nocturne y fréquentait et quelle utilisation elle en faisait. En l’absence de données précises sur le sujet, il pourrait être préférable à ce stade-ci d’adopter une approche indirecte pour assurer la protection de l’habitat de la couleuvre. L’éducation continue des résidents, en particulier ceux dont la propriété comporte des pentes d’éboulis, des affleurements rocheux et des terrasses sablonneuses, pourrait aider à préserver les milieux potentiellement propices à la couleuvre.