Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Mise à jour - Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la droséra filiforme (Drosera filiformis) au Canada

Répartition mondiale

Le droséra filiforme se rencontre aux États-Unis depuis la côte du golfe du Mexique, en Louisiane et en Floride, jusqu’à la plaine côtière atlantique et à l’extrême Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse, au Canada (Fernald, 1918; Wynne, 1944; Gleason, 1952; Maher et al., 1978; Juniper et al., 1989; Zinck, 1991; Freedman et al., 1992). Dans la partie septentrionale de cette aire, les populations sont disséminées (figure 2).

Certains taxinomistes classent les populations de la côte atlantique et de la Nouvelle-Écosse sous l’espèce Drosera filiformis et les populations de la côte du golfe du Mexique sous l’espèce Drosera tracyi (Sorrie, 1998).

Répartition canadienne

Au Canada, le droséra filiforme se trouve uniquement dans cinq tourbières de l’extrême Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse, dans le comté de Shelburne, connues sous les noms de (1) tourbière de Swaines Road (ou de Barrington), (2) tourbière de Port La Tour (cette tourbière communique probablement avec celle de Swaines Road), (3) tourbière de West Baccaro, (4) tourbière de Quinns Meadow et (5) tourbière de Villagedale. Le droséra filiforme a été observé pour la première fois au Canada dans la tourbière de Swaines Road, en 1977, et les découvertes les plus récentes ont été faites en 1999 dans la tourbière de Villagedale. Plus de 20 autres tourbières hautes du Sud-Ouest de la province ont été explorées à fond, à la recherche de cette espèce rare, mais en vain. La recherche se poursuit dans les tourbières plus éloignées, dans l’espoir de découvrir de nouvelles populations de l’espèce.

Les populations isolées de droséra filiforme du Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse font partie d’un groupe floristique de la plaine côtière qui comprend plusieurs espèces rares ou inconnues dans le reste du Canada (Fernald, 1918; Roland et Smith, 1969; Wisheu et al., 1994). Ces populations d’espèces de la plaine côtière sont les reliques d’une flore qui occupait autrefois une aire plus étendue, couvrant notamment la partie de la plateforme continentale laissée à nu par l’abaissement du niveau de la mer au quaternaire. On pense en effet qu’à cette époque, une bande de terre aurait relié le cap Cod à la pointe sud-ouest de la Nouvelle-Écosse; il y a 5 000 ans, il en restait un archipel assez important (Bousfield et Thomas, 1975; Roland, 1982). Le rehaussement du niveau de la mer après les glaciations a séparé les populations établies en Nouvelle-Écosse des communautés principales renfermant ces espèces dans l’Est des États-Unis. Plusieurs espèces de la plaine côtière présentes en Nouvelle-Écosse sont rares et en voie de disparition (Maher et al., 1978; Keddy, 1979, 1985; Keddy et Wisheu, 1989; Wisheu et al., 1994).

Figure 2. Répartition du droséra filiforme en Amérique du Nord. Information tirée de Wynne (1944), sauf pour les populations découvertes plus récemment dans l’extrême Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse.

Figure 2.  Répartition du droséra filiforme en Amérique du Nord. Information tirée de Wynne (1944), sauf pour les populations découvertes plus récemment dans l’extrême Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse.