Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Mise à jour - Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la droséra filiforme (Drosera filiformis) au Canada

Description

Au Canada, le droséra filiforme se trouve uniquement dans des tourbières hautes (Zinck, 1991; Freedman et al., 1992). Ce sont des milieux palustres bombés, ombrotrophes et très pauvres en éléments nutritifs, qui se sont formés en terrain plat et bas, sous un climat doux et humide de type tempéré-maritime. Ces tourbières présentent un microrelief bosselé. Les creux sont relativement humides, tandis que les buttes sont plus sèches. L’eau interstitielle est très acide, accusant un pH compris entre 3,1 et 3,3 (Freedman et al., 1992). L’acidité tient au régime trophique de la tourbière ainsi qu’à la présence d’acides fulviques en forte concentration, lesquels, par ailleurs, donnent à l’eau une coloration brun foncé (Freedman et al., 1989). La teneur en calcium de l’eau est comprise entre 0,4 et 1,3 mg/L, soit la même que celle des eaux des lacs de type oligotrophe du Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse (Freedman et al., 1989). La teneur en magnésium est comprise entre 0,8 et 2,0 mg/L, soit le double environ de celle des eaux des mêmes lacs. Selon la saison et la quantité de précipitations, l’eau peut monter près de la surface de la tourbe ou affleurer.

La végétation de ces tourbières est dominée par des sphaignes (Sphagnum spp.) et des arbustes bas. Elle est abondante, mais les strates supérieures sont clairsemées, ce qui crée des conditions de faible compétition propices au droséra filiforme (Juniper et al., 1989; Freedman et al., 1992). L’indicateur le plus fiable de l’habitat du droséra filiforme est un scirpe (Scirpus caespitosus) poussant en touffes basses (Freedman et al., 1992). Dans les zones relativement sèches et broussailleuses, les lichens Cladina mitis, C. terrae-novae et Cladonia cervicornis sont relativement abondants, de même que les arbustes Aronia prunifolia, Gaylussacia baccata, G. dumosa, Juniperus communis et Kalmia angustifolia. Dans les zones plus humides, où la tourbe est souvent exposée, la sphaigne Sphagnum tenellum est abondante, de même que le Carex exilis, le Rhynchospora alba et plusieurs espèces de mousses et d’hépatiques. Les tourbières hautes sont ceinturées par un lagg (marécage bordier) discontinu, où la circulation de l’eau est lente ou nulle, dans la bordure intérieure duquel poussent des éricacées hautes et d’autres espèces arbustives. Cette ceinture entoure une plus grande étendue peuplée d’espèces basses, qui constitue l’habitat du droséra filiforme.