Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l'oreillard maculé (Euderma maculatum) au Canada

Résumé du rapport de situation

L’oreillard maculé est une espèce rare, à répartition irrégulière, qui vit dans l’ouest de l’Amérique du Nord. Au Canada, où se trouve la limite nordique de son aire, l’espèce est confinée aux prairies intermontagnardes de la Colombie-Britannique. Bien que l’on puisse dénombrer par relevés acoustiques des signaux d’écholocation (audibles à l’oreille humaine) les individus qui émergent de leur gîte diurne pour se nourrir la nuit, les données de recensement pour la population canadienne sont limitées en raison des irrégularités dans la méthodologie utilisée et des biais géographiques du sud de la vallée de l’Okanagan. Les données de recensement disponibles indiquent que la population canadienne compte moins de 1 000 animaux et qu’elle est stable. Comme les gîtes diurnes connus se trouvent dans des crevasses, on peut supposer que l’espèce a des besoins spécialisés en matière de gîte. Bien que l’oreillard maculé se nourrisse dans une vaste gamme d’habitats, dont des habitats transformés par l’agriculture, son régime alimentaire semble consister essentiellement en papillons de nuit, dont les steppes et les prairies de la Colombie-Britannique hébergent une faune abondante et diversifiée. On ne sait rien de la répartition hivernale de la population canadienne; les individus peuvent hiberner dans des crevasses se trouvant dans l’aire de répartition estivale ou migrer vers les États-Unis pour y passer l’hiver. Parmi les facteurs limitatifs figurent la perturbation des gîtes, la perte d’habitat riverain et les impacts possibles des pesticides sur les proies. Moins de 10 p. 100 de l’aire de répartition canadienne se trouvent dans des aires protégées, et plus de la moitié se trouve sur des terres privées ou des réserves indiennes, dont l’habitat ne bénéficie pas de la protection conférée par le Forest and Range Practices Code de la Colombie-Britannique.