Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l'oreillard maculé (Euderma maculatum) au Canada

Résumé technique

Euderma maculatum

Oreillard maculé – Spotted Bat

Répartition au Canada : Colombie-Britannique

Information sur la répartition

Zone d’occurrence (km²) : 10 600 km²
Préciser la tendance (en déclin, stable, en expansion, inconnue). Stable
Y a-t-il des fluctuations extrêmes de la zone d’occurrence
(ordre de grandeur > 1)?
Non
Zone d’occupation (km²):Inconnue
Préciser la tendance (en déclin, stable, en expansion, inconnue). -
Y a-t-il des fluctuations extrêmes de la zone d’occupation
(ordre de grandeur > 1)?
-
Nombre d’emplacements existants: 80*
Préciser la tendance du nombre d’emplacements (en déclin,
stable, en croissance ou inconnue).
Inconnue
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’emplacements
(ordre de grandeur > 1)?
Non
Tendance de l’habitat : préciser la tendance de l’aire, de l’étendue ou de la qualité de l’habitat (en déclin, stable, en croissance ou inconnue). Stable?

Information sur la population

Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la population : indiquer en années, en mois, en jours, etc.). Inconnue
Nombre d’individus matures (reproducteurs) au Canada (ou
préciser une gamme de valeurs plausibles).
<1 000
Tendance de la population quant au nombre d’individus matures
(en déclin, stable, en croissance ou inconnue).
Stable
S’il y a déclin, % du déclin au cours des dernières/prochaines dix années ou trois générations, selon la plus élevée des deux valeurs (ou préciser s’il s’agit d’une période plus courte). -
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures (ordre de grandeur > 1)? Non
La population totale est-elle très fragmentée (la plupart des individus se trouvent dans de petites populations relativement isolées [géographiquement ou autrement] entre lesquelles il y a peu d’échanges, c.-à-d. migration réussie de ≤ 1 individu par année)? Non
Énumérer chaque population et donner le nombre d’individus matures dans chacune. -
Préciser la tendance du nombre de populations (en déclin,
stable, en croissance, inconnue).
-
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations
(ordre de grandeur > 1)?
-

Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou les habitats)

  • Perturbation des gîtes situés sur des falaises
  • Perte d’habitat d’alimentation en bordure des cours d’eau
  • Impact des pesticides sur les proies (papillons de nuit)
Effet d’une immigration de source externeModéré
L’espèce existe-t-elle ailleurs (au Canada ou à l’extérieur)? Oui

Statut ou situation des populations de l’extérieur?

  • Rare
  • Idaho S2
  • Montana S1
  • Washington S3
Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible? Oui
Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre à l’endroit en question? Oui
Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible pour les individus immigrants à l’endroit en question? Oui

Analyse quantitative

  • * 80 occurrences;
  • 40 occurrences élémentaires.

The Nature Conservancy (Natural Heritage Ranking System) définit l’« occurrence élémentaire » (element occurrence) pour les petites chauves-souris comme un lieu qui abrite ou a déjà abrité l’espèce et qui est séparé du suivant d’au moins 10 km.

Autres désignations

  • COSEPAC : Espèce préoccupante 1988
  • Colombie-Britannique : S3S4

Statut et justification de la désignation

Statut: Espèce préoccupante

Code alphanumérique : [L’estimation de la population canadienne (< 1 000 adultes) correspond au critère D1 (espèce menacée). L’espèce a toutefois été jugée préoccupante en raison de la possibilité d’un effet d’une immigration des populations voisines provenant des États-Unis. Les aires de gîte et d’alimentation semblent être hors de danger au Canada.]

Justification de la désignation : Au Canada, cette espèce se trouve dans les terres herbeuses intramontagnardes du sud de la Colombie-Britannique. Il s’agit d’une chauve-souris de couleur distincte, ce qui permet de l’identifier sans aucun doute. Contrairement à toute autre espèce de chauve-souris au Canada, le cri d’écholocation de cette espèce peut être entendu par l’être humain. Cette espèce se repose dans les crevasses de grandes falaises. Cette espèce est considérée comme l’espèce de chauve-souris la plus recensée et la plus facile à recenser au Canada. Les estimations de populations, fondées sur des recensements relativement fiables, suggèrent qu’il existe moins de 1000 adultes. À l’heure actuelle, les nombres semblent stables, et relativement peu de menaces pèsent sur les populations ou les habitats. La plus grave menace pour cette espèce est possiblement la petite taille de sa population. L’utilisation de pesticides sur ses proies, la perte de son habitat d’alimentation et la perturbation dans ses sites de repos par des alpinistes sont des menaces possibles. Une immigration de populations avoisinantes aux États-Unis est possible; cependant, le déplacement des individus entre les populations canadiennes et américaines n’a pas été documenté.

Applicabilité des critères

Critère A (population totale en déclin) : < 1 000 adultes au Canada.

Critère B (faible répartition et déclin ou fluctuations) : 10 600 km² au Canada.

Critère C (population totale de petite taille et en déclin) : Aucune évidence de déclin de la population.

Critère D (population très petite ou limitée) : Répond au critère D1 (espèce menacée). < 1 000 adultes au Canada.

Critère E (analyse quantitative) : Probabilité d’extinction au Canada, inconnue.