Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement modifié du yucca glauque (Yucca glauca) et de la teigne du yucca (Tegeticula yuccasella) et Programme de rétablissement de la teigne tricheuse du yucca (Tegeticula corruptrix) et de la fausse-teigne à cinq points du yucca (Prodoxus quinquepunctellus) au Canada [Proposition] - 2017

Partie 2 - Plan de rétablissement du yucca glauque et de la teigne du yucca en Alberta, 2012-2022, préparé par le ministère de l'Environnement et du Développement durable des ressources de l'Alberta.

Alberta's species at risk program

Plan de rétablissement du yucca glauque et de la teigne du yucca en Alberta, 2012-2022

Photographie : Plan de gestion du vertigo à crêtes fines
Photographies de la page couverture :
Teignes du yucca sur un yucca glauque – © Dan L. Johnson
Habitat du yucca glauque – © Joyce Gould
Yucca glauque en fleurs – © Joyce Gould
Plan de rétablissement des espèces en péril de l'Alberta no 25

Préparé par le Ministère de l'Environnement et du Développement durable des ressources de l'Alberta

Gouvernement de l'Alberta

Mars 2013

Information sur le document

Photographies de la page couverture :

Teignes du yucca sur un yucca glauque – © Dan L. Johnson
Habitat du yucca glauque – © Joyce Gould
Yucca glauque en fleurs – © Joyce Gould

Pour obtenir des exemplaires du présent rapport, s'adresser à :

Information Centre - Publications
Alberta Environment and Sustainable Resource Development
Main Floor, Great West Life Building
9920 - 108 Street
Edmonton, Alberta (Canada) T5K 2M4
Téléphone : 780-422-2079

OU

Visitez le site Web du programme des espèces en péril de l'Alberta :
http://www.srd.alberta.ca/FishWildlife/SpeciesAtRisk/Default.aspx

La publication anglaise peut être citée comme suit :

Alberta Environment and Sustainable Resource Development. 2013. Alberta Soapweed and Yucca Moth Recovery Plan, 2012-2022. Alberta Environment and Sustainable Resource Development, Alberta Species at Risk Recovery Plan No. 25. Edmonton, AB. 24 pp.

Préface

Les Albertains ont le privilège de vivre dans une province qui abrite une grande variété d'espèces sauvages. La plupart des espèces animales et végétales y forment des populations vigoureuses et hors de danger. Cependant, un petit nombre d'espèces sont naturellement rares ou sont aujourd'hui en péril à cause d'activités humaines. Les plans de rétablissement jettent les bases d'une coopération entre les gouvernements, l'industrie, les organismes de conservation, les propriétaires fonciers et d'autres parties intéressées pour faire en sorte que ces espèces et populations soient rétablies ou maintenues pour le bénéfice des générations futures.

L'engagement de l'Alberta en vertu de l'Accord pour la protection des espèces en péril et du Cadre national pour la conservation des espèces en péril ainsi que les obligations énoncées dans le Wildlife Act de l'Alberta et la Loi sur les espèces en péril fédérale ont motivé l'élaboration d'un programme de rétablissement provincial. L'objectif général de ce programme est de rétablir les espèces désignées menacées ou en voie de disparition de telle sorte que leurs populations soient viables et autosuffisantes à l'état naturel en Alberta. Le document d'orientation Alberta's Strategy for the Management of Species at Risk (2009-2014) explique le contexte élargi du programme concernant les activités de rétablissement.

Les plans de rétablissement sur les espèces en péril de l'Alberta sont préparés sous la supervision du Species at Risk Program (programme des espèces en péril) du ministère de l'Environnement et du Développement durable des ressources de l'Alberta (Alberta Environment and Sustainable Resource Development). Ce travail suppose souvent la participation d'une équipe de rétablissement composée de parties intéressées représentant des intérêts variés : organismes de conservation, industrie, propriétaires fonciers, utilisateurs des ressources, universités, organismes gouvernementaux et autres. La composition de ces équipes est établie sur invitation du directeur de la gestion des espèces sauvages (Director of Wildlife Management) et peut être représentative de la diversité d'intérêts propre à chaque espèce ciblée et situation. Les activités de conservation et de gestion de ces espèces se poursuivent durant la préparation du plan de rétablissement.

Le directeur de la gestion des espèces sauvages présente ces plans à titre de conseil au ministre responsable de la gestion des pêches et des espèces sauvages. L'Endangered Species Conservation Committee de l'Alberta examine les plans de rétablissement préliminaires et formule des recommandations au ministre. La population peut également avoir l'occasion d'examiner les plans de rétablissement. Les plans acceptés et approuvés pour la mise en œuvre par le ministre sont publiés à titre de plans de rétablissement du gouvernement. Les plans approuvés résument l'engagement du ministère à collaborer avec les parties intéressées à la coordination et à la mise en œuvre des mesures de conservation requises pour rétablir ou maintenir les espèces concernées.

Les plans de rétablissement se divisent en trois sections principales. La première présente des informations de base sur la biologie et les tendances démographiques de l'espèce et les menaces qui pèsent sur cette dernière. La deuxième traite du rétablissement de l'espèce et énumère les buts, les objectifs et les stratégies visant à contrer les menaces. La troisième consiste en un plan d'action énonçant les mesures prioritaires requises pour maintenir ou rétablir les espèces menacées ou en voie de disparition. Chaque plan de rétablissement approuvé est l'objet d'un examen régulier, et les progrès accomplis dans sa mise en œuvre sont évalués. La mise en œuvre de chaque plan de rétablissement est conditionnelle à la disponibilité des ressources, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du gouvernement.

Remerciements

Donna Hurlburt a fourni de précieux renseignements et conseils techniques durant la préparation du présent plan. Nous remercions plus particulièrement les étudiants et les instructeurs du programme de réhabilitation environnementale du Medicine Hat College, qui ont effectué le suivi de la population de yucca glauque et de teigne du yucca de Pinhorn à l'automne 2009, 2010 et 2011 et ont fourni des données de suivi pour la mise à jour du présent plan de rétablissement. Merci à Ian Walker, directeur de la sous-station de recherche de Onefour d'AAC, et à son personnel, pour leur hospitalité, leur soutien logistique et leurs précieuses données saisonnières sur la population de yucca glauque de Onefour. Nous aimerions également remercier l'Etzikom Windmill Museum pour son partenariat et sa contribution à la sensibilisation du public au yucca glauque et à la teigne du yucca grâce à l'exposition de spécimens vivants de ces espèces et à l'installation de panneaux d'interprétation.

Le financement et le soutien du plan de rétablissement ont été assurés par le programme des espèces en péril du ministère de l'Environnement et du Développement durable des ressources de l'Alberta ainsi que par les organismes et les personnes membres de l'équipe de rétablissement. Ce plan de rétablissement mis à jour est fondé sur le plan rédigé initialement par Kathryn Romanchuk, avec la participation de Joel Nicholson et d'autres personnes.

Sommaire

Le yucca glauque (Yucca glauca) est une plante vivace des régions arides qui produit une rosette unique ou un groupe de rosettes de feuilles lancéolées, longues et étroites. Une longue hampe florale pousse au centre de chaque rosette et produit de grandes fleurs blanches. La teigne du yucca (Tegeticula yuccasella) est un petit papillon nocturne blanc. Une relation de mutualisme obligatoire unit le yucca glauque et la teigne du yucca, aucune des deux espèces ne pouvant survivre et se reproduire par voie sexuée en l'absence de l'autre. Le yucca glauque peut cependant se reproduire par voie asexuée en l'absence de la teigne du yucca. Les chenilles de la teigne du yucca se nourrissent exclusivement des graines du yucca glauque, et celui-ci ne produit des graines que s'il est pollinisé par la teigne du yucca. Un certain nombre de facteurs, à savoir l'herbivorie par des ongulés et des insectes, la désynchronisation des interactions entre le yucca glauque et la teigne du yucca, l'insuffisance de la pollinisation, la destruction ou la modification de l'habitat et la cueillette de yucca glauque à des fins horticoles ou médicinales, peuvent menacer la persistance de ces espèces.

En février 2003, le ministre de l'Environnement et du Développement durable des ressources a approuvé l'ajout du yucca glauque et de la teigne du yucca à la liste des espèces en voie de disparition (Endangered) en Alberta. Le yucca glauque a été désigné comme espèce en voie de disparition en vertu du Wildlife Act de l'Alberta en novembre 2007, alors que la teigne du yucca ne l'a pas encore été. Ces désignations se justifient du fait que les espèces n'occupent que deux sites de faible superficie, et que la population de teigne du yucca est petite et en déclin dans l'un des sites (réserve de pâturage de Pinhorn). De plus, les deux sites sont isolés des populations de yucca glauque et de teigne du yucca des États-Unis.

Le premier énoncé des mesures de conservation (Initial Conservation Action Statement) recommandait la formation d'une équipe de rétablissement multipartite pour la préparation d'un plan de rétablissement. Le Plan de rétablissement du yucca glauque et de la teigne du yucca en Alberta, 2006-2011 a été rédigé dans le but de

  1. maintenir la répartition et l'habitat actuels du yucca glauque et de la teigne du yucca en Alberta;
  2. maintenir des populations naturellement autosuffisantes de yucca glauque et de teigne du yucca au site de Onefour;
  3. accroître la la capacité de reproduction des populations de yucca glauque et de teigne du yucca au site de Pinhorn.

La mise en œuvre des mesures de rétablissement énoncées dans ce plan a permis la réalisation de progrès vers l'atteinte des trois buts visés. Les activités de conservation et de gestion entreprises ont contribué au maintien de l'habitat existant et des populations de yucca glauque et de teigne du yucca présentes dans les deux localités de l'Alberta, et ont permis d'accroître la population de teigne du yucca au site de Pinhorn. Cependant, on ne sait pas encore si le taux de reproduction observé signifie que la population est viable.

Le présent plan mis à jour, intitulé Plan de rétablissement du yucca glauque et de la teigne du yucca en Alberta, 2012-2022, constitue un prolongement et un approfondissement des activités de rétablissement et de conservation réalisées pour le yucca glauque et la teigne du yucca en Alberta. Les buts et les objectifs énoncés dans ce plan seront atteints grâce à la mise en œuvre des stratégies suivantes :

  1. la conservation et la gestion des populations de yucca glauque et de teigne du yucca ainsi que la gestion des populations d'ongulés indigènes pour réduire les pertes dues à l'herbivorie;
  2. la conservation et la gestion de l'habitat pour préserver la qualité et l'abondance de l'habitat occupé par le yucca glauque et la teigne du yucca;
  3. la diffusion d'information et de matériel éducatif à l'intention du public et des parties intéressées afin de promouvoir la conservation du yucca glauque et de la teigne du yucca;
  4. la réalisation de recherches visant à élucider certains aspects du cycle vital du yucca glauque et de la teigne du yucca pour mieux comprendre comment conserver ces espèces;
  5. l'obtention des ressources requises pour mettre en œuvre le plan de rétablissement;
  6. l'élaboration d'une réglementation provinciale pour protéger le yucca glauque et la teigne du yucca et leur habitat. On prévoit que la mise en œuvre des activités de conservation du yucca glauque et de la teigne du yucca, avec la coopération et l'engagement des parties intéressées, assurera la survie à long terme de ces deux espèces en Alberta.

1.0 Introduction

1.1 Statuts provincial et fédéral

En février 2003, le ministre de l'Environnement et du Développement durable des ressources de l'Alberta a approuvé l'ajout du yucca glauque (Yucca glauca) et de la teigne du yucca (Tegeticula yuccasella) à la liste des espèces en voie de disparition (Endangered) en vertu du Wildlife Act de l'Alberta, sur recommandation de l'Alberta Endangered Species Conservation Committee (ESCC). Le yucca glauque a été inscrit comme espèce en voie de disparition en vertu de la loi en novembre 2007, alors que la teigne du yucca ne l'a pas encore été.

La désignation du yucca glauque se justifiait par la répartition restreinte et le déclin de la population de l'Alberta, ainsi que par la faible occurrence de l'espèce, confinée à seulement deux sites. Les populations de ces deux sites sont en outre isolées des populations de yucca glauque des États-Unis (Hurlburt, 2001). La teigne du yucca semble en déclin dans l'un des deux sites de l'Alberta (Pinhorn), et les deux populations sont isolées des populations des États-Unis (Hurlburt, 2001).

Un plan de rétablissement précisant les buts, les objectifs, les stratégies et les mesures de gestion a été élaboré pour orienter la gestion des deux espèces. Le plan initial était axé sur l'identification et la conservation des populations existantes. Le premier énoncé des mesures de conservation (Initial Conservation Action Statement) visant le yucca glauque et la teigne du yucca stipulait en outre que les activités réglementées par le gouvernement et les systèmes de gestion de l'utilisation des terres devraient être améliorés. Étant donné que le yucca glauque et la teigne du yucca entretiennent une relation de mutualisme obligatoire, l'élaboration d'un plan de rétablissement conjoint pour ces deux espèces était à la fois pratique et pertinente.

En 2006, le premier Plan de rétablissement du yucca glauque et de la teigne du yucca en Alberta, 2006-2011 (Alberta Soapweed and Yucca Moth Recovery Team, 2006) a été rédigé, conformément aux exigences provinciales établies en matière de planification du rétablissement en vertu du Wildlife Act de l'Alberta. Le plan mis à jour, qui orientera les efforts de rétablissement jusqu'en 2022, constitue un prolongement et un approfondissement des activités de rétablissement et de conservation visant le yucca glauque et la teigne du yucca en Alberta.

En mai 2000 et 2002, le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a désigné le yucca glauque espèce menacée et la teigne du yucca espèce en voie de disparition, en raison de leur faible occurrence et de leur répartition restreinte au Canada (COSEWIC, 2000, 2002, 2005). Ces deux espèces sont protégées en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) fédérale. Le programme de rétablissement fédéral visant le yucca glauque et la teigne du yucca a été approuvé et publié subséquemment en 2011 (Environment Canada, 2011).

En décembre 2007, deux autres espèces de teignes de l'Alberta qui dépendent entièrement de la relation de mutualisme existant entre le yucca glauque et la teigne du yucca, soit la fausse-teigne à cinq points du yucca (Prodoxus quinquepunctellus) et la teigne tricheuse du yucca (Tegeticula corruptrix), ont été désignées en voie de disparition en vertu de la Loi sur les espèces en péril du gouvernement fédéral (Environment Canada, 2011). Comme ces espèces ne sont pas inscrites actuellement en vertu du Wildlife Act de l'Alberta, elles ne sont pas abordées directement dans le présent plan de rétablissement provincial.

1.2 Équipe de rétablissement

À la demande du ministre de l'Environnement et du Développement durable des ressources, l'équipe de rétablissement du yucca glauque et de la teigne du yucca a été formée en octobre 2003 par le directeur de la gestion des espèces sauvages. Cette équipe avait comme principale responsabilité de rédiger le premier plan de rétablissement provincial. L'équipe était composée de parties intéressées susceptibles d'influencer les mesures de rétablissement ou d'être touchées par celles-ci et comprenait des représentants des organismes suivants : Environnement et Développement durable des ressources Alberta, Tourisme, Parcs et Loisirs Alberta (Alberta Conservation Information Management System), Agriculture et Agroalimentaire Canada, Université de Lethbridge, Alberta Native Plant Council et Pinhorn Grazing Association.

2.0 Biologie des espèces

2.1 Cycle vital et adaptations

Le yucca glauque est une plante vivace des régions arides qui forme une rosette unique ou un groupe de rosettes de feuilles lancéolées, étroites et longues de 25 à 40 cm (Kingsolver, 1984). Chaque rosette peut se reproduire par voie asexuée pour donner un clone poussant à proximité. Une inflorescence (hampe florale) de 30 à 85 cm de hauteur portant 15 à 75 grandes fleurs charnues orientées vers le sol se dresse au centre de chaque rosette mature (Kingsolver, 1984). Les fleurs sont généralement blanches ou blanc rosâtre (Kingsolver, 1984). Le yucca glauque met 15 à 20 ans pour parvenir à maturité et ne fleurit que tous les deux ou trois ans. Chaque rosette ne fleurit qu'une fois et meurt après la floraison (Kingsolver, 1984). Le yucca glauque peut se reproduire par voie sexuée en produisant des graines ou par voie asexuée, au moyen de rhizomes (Hurlburt, 2001). L'autofécondation est possible, mais requiert quand même la présence de la teigne du yucca (Hurlburt, 2004). Chaque fleur fécondée donne une capsule qui devient ligneuse à maturité, en juillet ou en août. Les capsules s'ouvrent en septembre, libérant les graines, qui sont minces, plates et noires (Kingsolver, 1984; Kershaw et al., 2001). Les graines se dispersent principalement par gravité et tombent à proximité de la plante mère, ce qui explique la distribution en touffes de l'espèce (D. Hurlburt, comm. pers.). Les graines ont un faible taux de germination et demeurent viables pendant seulement un an (Webber, 1953; Milner, 1977). Par conséquent, la survie de l'espèce ne peut être assurée par le réservoir de semences du sol (Alberta Sustainable Resource Development, 2002).

La teigne du yucca est un petit papillon nocturne de 18 à 28 mm d'envergure aux ailes antérieures généralement blanches (Pellmyr, 1999). Les ailes postérieures sont gris brunâtre, virant graduellement au blanc dans la région anale (Pellmyr, 1999). Les femelles possèdent des tentacules bien développés à l'aide desquels elles récoltent le pollen et pollinisent les fleurs du yucca glauque (Alberta Sustainable Resource Development, 2002). La teigne du yucca n'a pas un vol puissant et est probablement incapable de se disperser sur de longues distances (Hurlburt, 2001).

Le yucca glauque et la teigne du yucca entretiennent une relation de mutualisme obligatoire, car aucune de ces deux espèces ne peut survivre à long terme et/ou se reproduire par voie sexuée en l'absence de l'autre. Les chenilles de la teigne du yucca se nourrissent exclusivement des graines du yucca glauque, et le yucca glauque ne peut produire de graines que s'il est pollinisé par la teigne du yucca (Hurlburt, 2001, 2002). Les teignes du yucca adultes émergent du sol entre la mi-juin et la mi-juillet (Hurlburt, 2004). Elles se rassemblent ensuite et s'accouplent dans les fleurs du yucca glauque qui s'ouvrent la nuit (Riley, 1892; Baker, 1986; Addicott et al.,1990). Après s'être accouplée, chaque femelle récolte du pollen sur la plante à l'aide de ses tentacules et s'envole généralement vers une fleur d'une autre plante. Elle dépose ses œufs à proximité des ovules en développement (Aker et Udovic, 1981; Addicott et Tyre, 1995), puis transfère activement le pollen récolté à l'aide de ses tentacules. En pollinisant les fleurs, les femelles assurent la formation des graines qui serviront de nourriture à leur descendance (Kershaw et al., 2001). Les adultes ne s'alimentent pas et meurent trois à cinq jours après avoir émergé du sol (Kingsolver, 1984). Les œufs éclosent 7 à 10 jours après la ponte. Les chenilles s'alimentent sur les graines en développement. Durant leur croissance, les chenilles peuvent consommer un grand nombre de graines (D. Hurlburt, comm. pers.). Les plantes peuvent développer des stratégies pour réduire le nombre de chenilles, mais cela n'est pas le cas au Canada, où les plantes peuvent au contraire utiliser diverses stratégies pour accroître la production larvaire (Hurlburt, 2004). Après 50 à 60 jours, les chenilles grugent le fruit pour en sortir, laissant un trou caractéristique dans la paroi de la capsule, et se laissent choir au sol, suspendues à un fil de soie (Riley, 1892). Elles s'enfouissent dans le sol, tissent un cocon de soie en y ajoutant des particules de sable, puis entrent en diapause (Davis, 1967; Fuller, 1990; Hurlburt, 2001). La nymphose survient après une diapause d'une durée minimale de un an (un à quatre ans). Les adultes émergent du sol par la suite, généralement durant la période de floraison du yucca glauque (Fuller, 1990). Le déclenchement d'une diapause au stade prénymphal est un phénomène relativement rare chez les insectes. Les taux de survie larvaire sont faibles. En effet, chez les populations albertaines, jusqu'à 50 % des chenilles n'atteignent pas le stade nymphal, et jusqu'à 50 % de celles qui y parviennent meurent dans leur cocon (D. Hurlburt, données inédites).

2.2 Besoins en matière d'habitat

En Alberta, le yucca glauque est confiné à la sous-région sèche à graminées mixtes (Hurlburt, 2001) et se rencontre généralement sur des pentes de ravin érodées exposées au sud ou à l'est et recouvertes d'une végétation clairsemée (Milner, 1977). Les sols sont habituellement alcalins et régosoliques (non développés) et sont dépourvus de croûte superficielle (Milner, 1977). Une description détaillée de la végétation communément associée au yucca glauque est fournie par Milner (1977), Wershler et Wallis (1986) ainsi que Hurlburt (2001). Les besoins en matière d'habitat de la teigne du yucca sont moins bien connus. Les adultes utilisent les fleurs du yucca glauque pour l'accouplement et la ponte, mais les critères intervenant dans la sélection des fleurs pour ces activités demeurent inconnus. Les chenilles de la teigne du yucca ont besoin des fruits du yucca glauque pour se nourrir. Une fois leur croissance achevée, elles émergent du fruit dans lequel elles se sont nourries, s'enfouissent dans le sol à proximité de la plante hôte et entrent en diapause pour une durée maximale de quatre ans (Fuller, 1990; Hurlburt, 2004). La plupart des chenilles en diapause se rencontrent dans les premiers 20 cm du sol, dans un rayon d'environ 25 cm à partir de l'extrémité des feuilles externes de la plante (D. Hurlburt, comm. pers.). La présence de chenilles à des endroits où il n'y a pas de traces de yuccas glauques en décomposition est peu probable (D. Hurlburt, pers. comm.).

2.3 Taille, répartition et tendances des populations en Alberta

Le yucca glauque et la teigne du yucca forment des populations naturelles à seulement deux endroits dans le sud-est de l'Alberta. Un de ces sites se trouve à proximité de Onefour, dans le bassin de la rivière Lost, sur des terres appartenant à la sous-station de recherche de Onefour d'Agriculture et Agroalimentaire Canada. L'autre se trouve dans la réserve de pâturage de Pinhorn, au sud de Manyberries (figure 1). Ces deux sites se trouvent sur des terres provinciales louées au gouvernement fédéral et à la Pinhorn Grazing Association, respectivement. Le site de Onefour se trouve à l'intérieur des limites de l'aire naturelle Onefour Heritage Rangeland, désignée par le ministère du Tourisme, des Parcs et des Loisirs de l'Alberta (Alberta Tourism, Parks and Recreation) (Parks Division).

Dans le sud de l'Alberta, de nombreux jardins contiennent des yuccas glauques isolés, probablement issus de transplantations (Fairbarns, 1985; Hurlburt, 2001). Plusieurs yuccas glauques, à l'Etzikom Windmill Museum, à Etzikom, et au parc Police Point, à Medicine Hat, suscitent un intérêt particulier car ils ont produit des fruits, ce qui donne à penser que la teigne du yucca est également présente à ces endroits (D. Johnson et J. Nicholson, obs. pers.).

En Alberta, la zone d'occurrence du yucca glauque et de la teigne du yucca s'élève à 400 km2, tandis que la zone d'occupation est inférieure à 2 km2. Les populations de yucca glauque et de teigne du yucca de Onefour et de Pinhorn sont séparées par une distance d'environ 15 km. Aucune migration n'a été observée entre ces deux populations, probablement parce que ni la teigne du yucca ni les graines ne sont capables de se disperser sur une longue distance (Hurlburt, 2001). La population la plus proche aux États-Unis se trouve à environ 200 km de la population de Onefour (Alberta Sustainable Resource Development, 2002).

Les tendances des populations de yucca glauque sont difficiles à déterminer et n'ont pas encore été établies. La variabilité des estimations des effectifs au fil des ans semble due à des différences entre les techniques de relevé utilisées plutôt qu'à un déclin réel de la population (Csotonyi et Hurlburt, 2000; Foreman et al.,2006). De la même façon, les tendances des populations de teigne du yucca en Alberta sont inconnues; plusieurs années de suivi des populations de teigne du yucca seraient nécessaires pour pouvoir établir la tendance des populations (Alberta Sustainable Resource Development, 2002).

Figure 1. Répartition du yucca glauque et de la teigne du yucca en Alberta. Le site 1 correspond à la population de Onefour et le site 2, à la population de Pinhorn. Carte adaptée de Hurlburt (2001).
Répartition du yucca glauque et de la teigne du yucca en Alberta.
Photo: © Carte adaptée de Hurlburt (2001).
Description longue de la figure 1

Figure 1 contains a reference map of Alberta and southern Saskatchewan and an enlarged area focussing on the southern part of the shared border between the two provinces. In the enlarged map, two locations of Soapweed and Yucca Moth are shown, both in the extreme southeast part of Alberta.

Le yucca glauque se rencontre sur une section d'environ 2 km des pentes du ravin et dans la prairie de terrain élevé adjacente dans la localité de Onefour, ainsi que sur une section d'environ 200 m des pentes du ravin au site de Pinhorn (Hurlburt, 2001; Alberta Sustainable Resource Development, 2002). Un inventaire du yucca glauque réalisé en 1998 a révélé la présence de 29 577 individus de l'espèce (rosettes) (8 903 clones) en Alberta (Csotonyi et Hurlburt, 2000), soit 28 174 individus (8 499 clones) au site de Onefour et 1 383 individus (404 clones) au site de Pinhorn (Csotonyi et Hurlburt, 2000). En 1998, 255 chenilles (incluant des mâles) en diapause ont été découvertes au site de Onefour. On prévoyait que 75 à 90 de ces chenilles (29 à 35 %) survivraient jusqu'au stade adulte (Csotonyi et Hurlburt, 2000). De nouvelles informations donnent à croire que le taux de survie est parfois beaucoup plus faible (18 %) (Hurlburt, 2004). Aucun adulte n'a été observé au site de Pinhorn, ni en 1998 ni en 2002. La population de yucca glauque de Onefour produit des fruits chaque année depuis 1998 et se reproduit donc par voie sexuée (D. Hurlburt, comm. pers.). Le taux de fructification des individus florifères au site de Onefour a varié de 8 à 92 % entre 1999 et 2002 (Hurlburt, 2004). Avant l'inventaire de la population de yucca glauque de Pinhorn réalisé en 2004, aucun fruit n'avait été observé au site depuis au moins 1997; cette population semblait donc se reproduire uniquement par voie asexuée (Hurlburt, 2004).

La population de yucca glauque et de teigne du yucca de Onefour a été abondamment étudiée depuis 1998, tandis qu'on en savait beaucoup moins sur la population de Pinhorn, à part le fait que très peu de signes de reproduction sexuée y ont été relevés (Foreman et al.,2006). En conséquence, un inventaire exhaustif du site de Pinhorn a été réalisé en 2004; il s'agissait du premier relevé détaillé effectué depuis l'inventaire de 1998. Les résultats du relevé de 2004 ont révélé que la population de yucca glauque était beaucoup plus grande que ce qui avait été rapporté précédemment. Fait peut-être plus important encore, la production de fruits et l'émergence de larves de teigne du yucca au site de Pinhorn ont confirmé à la fois la production sexuée du yucca glauque et la reproduction de la teigne du yucca à cet endroit, bien qu'à un taux extrêmement faible (Foreman et al., 2006). La production de fruits pourrait avoir été environ 15 fois plus élevée en 2004 que ce qui a été consigné, compte tenu du nombre de pédicelles renflés observés, qui donne à penser qu'un plus grand nombre de fruits ont été produits, mais ont été consommés (Foreman et al.,2006). C'était la première fois que le succès de la fructification était constaté depuis au moins 1997. Néanmoins, le nombre limité de teignes du yucca pourrait avoir des répercussions importantes sur la persistance à long terme des populations de yucca glauque et de teigne du yucca à ce site.

3.0 Menaces et facteurs limitatifs

Plusieurs menaces naturelles et d'origine humaine peuvent limiter la répartition et la taille des populations de yucca glauque et de teigne du yucca en Alberta et entraîner le déclin de l'une ou l'autre de ces espèces, ou des deux. Ces menaces comprennent l'herbivorie par les ongulés et les insectes; la désynchronisation des interactions entre le yucca glauque et la teigne du yucca; l'insuffisance de la pollinisation; la perte, la fragmentation et la dégradation de l'habitat; la cueillette de yucca glauque à des fins horticoles ou médicinales; et peut-être les effets du vent. Bon nombre des facteurs limitatifs naturels, comme l'herbivorie par les insectes et les phénomènes météorologiques, échappent au contrôle de l'équipe de rétablissement du yucca glauque et de la teigne du yucca de l'Alberta et dépassent le cadre du présent plan de rétablissement.

On croit que la population de yucca glauque et de teigne du yucca de Onefour est plus résiliente aux événements défavorables que celle de Pinhorn. La population de Onefour est en effet plus grande, et la floraison et la fructification semblent y être cycliques, les années où le taux de floraison est très élevé étant suivies d'années où le taux de floraison est faible (D. Hurlburt, comm. pers.). Durant les périodes de floraison maximale au site de Onefour, il est peu probable que la plupart des épisodes d'herbivorie ou des phénomènes météorologiques puissent avoir un effet notable sur la population de yucca glauque, étant donné le grand nombre de fleurs de l'espèce qui sont réparties dans plusieurs microclimats différents, ce qui permet à certaines de produire des graines. Le site de Pinhorn, par contre, abrite une plus petite population qui occupe une superficie beaucoup moins grande. On croit donc que les menaces localisées peuvent avoir un impact plus important sur la population de yucca glauque et de teigne du yucca qui s'y trouve (D. Hurlburt, comm. pers.).

3.1 Herbivorie par les ongulés

L'antilocapre (Antilocapra americana) et le cerf mulet (Odocoileus hemionus) broutent régulièrement les fleurs ou des inflorescences entières du yucca glauque (Hurlburt, 2001). Le broutage des fleurs et des inflorescences compromet le succès de la reproduction sexuée du yucca glauque et de la teigne du yucca. Chez la teigne du yucca, les adultes disposent de moins de fleurs pour la ponte et la pollinisation, et les chenilles entrent en compétition pour les graines et consomment la plupart de celles-ci. Les adultes peuvent également se faire dévorer accidentellement par les herbivores, car ils sont nocturnes et se reposent le jour à l'intérieur des fleurs du yucca glauque (Csotonyi et Hurlburt, 2000). Les dommages dus à l'herbivorie du cerf mulet et de l'antilocapre peuvent être importants (destruction de 1 à 100 % des fleurs, selon les années; COSEWIC, 2002), en particulier durant les périodes de sécheresse, la qualité des ressources fourragères disponibles étant alors moindre (Csotonyi et Hurlburt, 2000; Hurlburt, 2001; COSEWIC, 2002).

Dans le sud des États-Unis, le bétail consomme régulièrement les parties aériennes du yucca glauque (Webber, 1953; Hurlburt, 2001). Des signes de broutage par le bétail ont été relevés au site de Onefour; le broutage semble toutefois limité aux yuccas glauques qui se trouvent dans l'habitat de terrain élevé, où ils sont facilement accessibles pour le bétail. Les yuccas glauques poussant sur les pentes sont moins susceptibles d'être broutés (COSEWIC, 2002). Le broutage par le bétail a principalement lieu durant l'hiver au site de Onefour, les animaux étant retirés avant la floraison du yucca glauque. Durant les deux années (2000 et 2002) où les animaux d'élevage ont été retirés uniquement 7 à 10 jours après la floraison, peu d'effets ont été notés. Cependant, les périodes prolongées de broutage par le bétail durant la période de floraison peuvent entraîner la perte d'un nombre considérable d'inflorescences et donc réduire la production de fruits (Hurlburt, 2007).

L'herbivorie par les ongulés indigènes et/ou le bétail est considérée comme une menace importante pour la population de yucca glauque et de teigne du yucca de Pinhorn (Csotonyi et Hurlburt, 2000; Alberta Sustainable Resource Development, 2002; Foreman et al., 2006; D. Hurlburt, comm. pers.). En 2007, une initiative consistant à installer des exclos autour de trois petites sections occupées par le yucca glauque et à protéger des individus de l'espèce au moyen de cages s'est avérée efficace pour protéger une petite partie des populations de yucca glauque et de teigne du yucca des effets de l'herbivorie par les ongulés (C. Linowski, comm. pers.; Environment Canada, 2011).

3.2 Usages horticoles et médicinaux

Dans le sud-est de l'Alberta, la présence de plants de yucca glauque dans des jardins indique que l'espèce a déjà été récoltée. Cependant, tous ces plants ne proviennent pas nécessairement de populations sauvages, car le yucca glauque figure parmi les espèces offertes par les centres de jardinage. Le yucca glauque est aussi couramment utilisé pour la fabrication de divers remèdes et médicaments à base de plantes servant au traitement de certaines maladies comme l'arthrite, la goutte, la cystite et les éruptions cutanées (Hurlburt, 2001). Les racines du yucca glauque renferment de fortes concentrations de saponines, substances chimiques entrant dans la fabrication du savon (d'où le nom commun anglais de la plante, « soapweed ») qui sont des précurseurs de la cortisone et ont des propriétés anti-inflammatoires. La récolte de plantes ou de graines de l'espèce à des fins horticoles ou médicinales pourrait menacer la viabilité de la population de l'Alberta en réduisant le nombre de plantes et de graines potentiellement viables (Hurlburt, 2001). En outre, la récolte de yuccas glauques pourrait provoquer la mort de teignes du yucca au stade adulte ou larvaire se trouvant dans les fleurs ou les fruits des plantes prélevées, et le piétinement du sol autour des plantes lors de la récolte pourrait compromettre la survie des chenilles en diapause.

3.3 Perte, fragmentation et dégradation de l'habitat

Les sites de Onefour et de Pinhorn se trouvent sur des terres publiques et risquent peu d'être convertis à d'autres fins (p. ex. en terres cultivées). Cependant, d'autres activités, comme l'exploitation pétrolière ou gazière, pourraient y entraîner la perte d'habitat ou la dégradation de l'habitat du yucca glauque et de la teigne du yucca. À Onefour, toute activité (p. ex. exploitation pétrolière et gazière) doit recevoir l'approbation ministérielle, car le site se trouve à l'intérieur des limites proposées de l'aire naturelle Onefour Heritage Rangeland (article 13 du Wilderness Areas, Ecological Reserves, Natural Areas and Heritage Rangelands Act ). Des avis de protection ont récemment été émis pour les deux sites abritant le yucca glauque et la teigne du yucca. Ces avis restreignent le développement à l'intérieur des limites de l'habitat essentiel désigné pour ces espèces (voir les figures 2 et 3 de la section 4.2). De plus, le site de Onefour est loué au gouvernement fédéral, ce qui pourrait entraîner des restrictions supplémentaires concernant les projets de développement en surface.

Ces deux espèces suscitent beaucoup d'intérêt chez le public. Les deux sites sont accessibles par route et sont visités presque quotidiennement en été (Hurlburt, 2001; COSEWIC, 2002; Hurlburt, 2007). Les véhicules hors route peuvent écraser les plantes et représentent donc une menace potentielle pour le yucca glauque et la teigne du yucca (Hurlburt, 2001). Les véhicules hors route peuvent également endommager la croûte biologique qui tapisse le sol et, ce faisant, accélérer l'érosion (Wershler et Wallis, 1986), ou peuvent blesser ou tuer des chenilles en diapause enfouies dans le sol à proximité des yuccas glauques. Aux deux sites, des véhicules garés parmi des yuccas glauques ou à proximité ont été observés à plusieurs reprises, et des véhicules écrasant des yuccas glauques ont été aperçus à l'occasion (D. Johnson et D. Hurlburt, obs. pers.).

3.4 Pollinisation insuffisante

Certaines années, chez les populations de yucca glauque de l'Alberta, les taux de fructification sont faibles ou nuls (< 1 % des fleurs donnant des fruits), et le taux de pollinisation ainsi que le nombre de chenilles émergeant des fruits sont faibles (Hurlburt, 2001). Ces caractéristiques ne sont pas représentatives de la plupart des populations de yucca glauque du sud des États-Unis. Ces différences pourraient être dues à une pollinisation insuffisante chez les populations de l'Alberta, possiblement attribuable aux basses températures, qui réduisent l'activité de la teigne du yucca (Dodd et Linhart, 1994), ou à la faible abondance de la teigne du yucca. Une telle insuffisance peut également survenir si la floraison du yucca glauque est imprévisible, ne se produit pas chaque année ou n'est pas synchronisée avec l'émergence des teignes adultes. En cas d'insuffisance de la pollinisation, les yuccas glauques ne produisent ni fruits ni graines ou donnent un pourcentage plus élevé de fruits asymétriques. Au site de Onefour, 1 à 2 % des fruits présentent des malformations et contiennent un faible nombre de graines viables, ce qui est symptomatique d'une pollinisation insuffisante (Hurlburt, 2001, 2004). L'insuffisance de la pollinisation pourrait également expliquer le petit nombre de teignes du yucca et la faible production de fruits au site de Pinhorn (D. Hurlburt, comm. pers.).

3.5 Désynchronisation des interactions entre le yucca glauque et la teigne du yucca

Le maintien du mutualisme entre le yucca glauque et la teigne du yucca repose sur la présence de teignes adultes durant la période de floraison du yucca. La floraison du yucca glauque en Alberta est hautement asynchrone, et de nombreuses plantes fleurissent plus tôt ou plus tard que la moyenne. Chez le yucca glauque, ce manque de synchronisme se traduit par une réduction du nombre de fleurs visitées par la teigne du yucca, du taux de dépôt de pollen et des possibilités de pollinisation croisée; chez la teigne du yucca, il se traduit par une diminution des taux de recrutement, l'espèce disposant de moins de fleurs pour déposer ses œufs et accomplir son cycle de reproduction (Hurlburt, 2001).

3.6 Herbivorie par les insectes

Une autre espèce de teigne connue sous le nom de teigne tricheuse du yucca(T. corruptrix) pond ses œufs dans les fruits du yucca glauque, mais n'intervient pas dans la pollinisation de la plante. Cette espèce peut avoir un impact négatif sur le yucca glauque et la teigne du yucca lorsqu'elle dépose suffisamment d'œufs pour qu'un grand nombre de graines soient consommées par ses chenilles, ce qui limite la reproduction sexuée du yucca glauque (COSEWIC, 2006). En Alberta, les chenilles du T. corruptrix peuvent consommer jusqu'à 40 % des graines (Hurlburt, 2001). Une autre espèce, la fausse-teigne à cinq points du yucca (Prodoxus quinquepunctellus), pond ses œufs dans les tiges florifères du yucca glauque, mais elle ne semble avoir aucun impact sur la plante (D. Hurlburt, comm. pers.; COSEWIC, 2006a).

Les fourmis sont communes sur les yuccas glauques et ont un impact négatif sur les plantes en s'alimentant sur les bourgeons, provoquant leur chute prématurée. En Alberta, certaines plantes perdent ainsi jusqu'à 90 % de leurs bourgeons à cause des fourmis, ce qui réduit le nombre de fleurs susceptibles d'être utilisées par les teignes pour la pollinisation et la ponte (COSEWIC, 2002). Les fourmis peuvent également tuer les teignes du yucca qu'elles rencontrent à l'intérieur des fleurs. Certaines espèces de criquets se nourrissent également sur le yucca glauque et consomment souvent les organes reproducteurs des fleurs. Selon Hurlburt (2001), les criquets auraient endommagé 50 % des fleurs des plantes poussant sur les replats de la prairie de terrain élevé au site de Onefour en 1999.

3.7 Vent

Les épisodes de vent violent peuvent entraîner la destruction de fleurs et de fruits, réduisant de manière importante le succès de reproduction du yucca glauque et de la teigne du yucca. Par exemple, au site de Pinhorn en 1999, plus de 50 % des fleurs ont été détruites par des vents forts. Les tempêtes de vent peuvent également empêcher les teignes de voler d'une plante à l'autre pour pondre leurs œufs et polliniser d'autres plantes de l'espèce (Hurlburt, 2001).

4.0 Habitat essentiel

L'habitat essentiel, qui est une désignation légale en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du Canada, est défini comme suit :

« L'habitat nécessaire à la survie ou au rétablissement d'une espèce sauvage inscrite, qui est désigné comme tel dans un programme de rétablissement ou un plan d'action élaboré à l'égard de l'espèce » ( Loi sur les espèces en péril ,L.C.2002, art. 2).

L'Alberta n'a pas établi de dispositions législatives comparables en matière d'habitat. Cependant, par suite de la désignation de l'habitat essentiel par le gouvernement fédéral, la gestion des terres et de l'habitat pourrait devoir être modifiée en Alberta dans le but d'assurer une protection efficace de cet habitat désigné. L'équipe de rétablissement initiale avait transmis des recommandations au gouvernement fédéral concernant des descriptions de l'habitat essentiel, et celles-ci ont été adoptées dans le cadre du programme de rétablissement national (voir Environment Canada, 2011). Des renseignements détaillés à ce sujet sont fournis dans les sections suivantes.

4.1 Description de l'habitat essentiel du yucca glauque et de la teigne du yucca

Le yucca glauque est confiné à la sous-région sèche à graminées mixtes. Cette sous-région est soumise à un climat caractérisé par des conditions météorologiques extrêmes et de faibles précipitations annuelles oscillant habituellement entre 260 mm et 280 mm. En raison des températures estivales élevées (moyenne de 16 °C) et de la vélocité moyenne élevée des vents, le taux d'évaporation est élevé durant les mois d'été (Hurlburt, 2001). La saison sans gel (100 à 120 jours) et la saison de croissance (180 à 200 jours) y sont longues pour les plaines intérieures du Canada (Fairbarns, 1984). Cette région est l'une des plus ensoleillées du Canada, avec environ 2 200 heures d'insolation effective par année (Hurlburt, 2001).

Aux sites de Onefour et de Pinhorn, le yucca glauque pousse principalement sur des pentes de ravin érodées exposées au sud ou à l'est et recouvertes d'une végétation clairsemée (Milner, 1977), mais quelques individus de l'espèce ont également été observés sur des replats de prairie de terrain élevé. L'orientation des pentes occupées par le yucca glauque varie de 34° (nord-est) à 220° (sud-sud-ouest) (Hurlburt, 2001). Les sols privilégiés par l'espèce sont habituellement alcalins et régosoliques (non développés) et sont dépourvus de croûte superficielle (Milner, 1977; Fairbarns, 1985).

4.2 Désignation et justification de la superficie et de la répartition de l'habitat essentiel

En Alberta, le yucca glauque se rencontre à l'état naturel à seulement deux endroits, soit les sites de Onefour et de Pinhorn (tel que décrit à la section 2.3). Les limites de l'habitat essentiel sur les cartes représentent le périmètre des populations de yucca glauque. En règle générale, la plante est présente en plus faible densité en périphérie du polygone; ces secteurs sont donc propices à l'expansion de la population. Étant donné que le yucca glauque n'existe pas à l'état naturel à l'extérieur de ces sites et que le niveau d'activité dans la région est relativement faible, la désignation de zones d'habitat essentiel à l'extérieur de ces limites à des fins de protection n'est pas justifiée. Par conséquent, les 182 ha du site de Onefour et les 2,65 ha du site de Pinhorn délimités par les polygones illustrés sur les cartes peuvent être considérés comme correspondant à l’étendue de l’habitat essentiel du yucca glauque au Canada (voir la figure 2 et la figure 3 ci-dessous). Les limites de l'habitat essentiel seront réévaluées périodiquement et seront étendues au besoin en cas d'expansion de la population.

Étant donné que la teigne du yucca entretient une relation de mutualisme obligatoire avec le yucca glauque, on considère que l'habitat essentiel des deux espèces est le même. Les mesures de protection visant l'habitat essentiel du yucca glauque assureront également la protection de l'habitat essentiel de la teigne du yucca.

Figure 2. Limites de l'habitat essentiel du yucca glauque au site de Onefour.
Limites de l'habitat essentiel du yucca glauque au site de Onefour.
Description longue de la figure 2

Figure 2 is a topographical map showing the range of Soapweed at the Onefour site, which includes a total area of 182 hectares.

Figure 3. Limites de l'habitat essentiel du yucca glauque au site de Pinhorn.
Limites de l'habitat essentiel du yucca glauque au site de Pinhorn.
Description longue de la figure 3

Figure 3 is a topographical map showing the range of Soapweed at the Pinhorn site, which includes a total area of 2.65 hectares.

4.3 Coordonnées de l'habitat essentiel

Les coordonnées des sites occupés par le yucca glauque ont été relevées et sont disponibles pour appuyer les initiatives de conservation et de gestion de la population de yucca glauque en Alberta. Cependant, il a été convenu de ne pas indiquer l'emplacement précis de l'habitat essentiel dans le présent plan de rétablissement afin de réduire le plus possible le risque de perturbations humaines dans les sites et de protéger l'espèce. Les coordonnées pourront être communiquées aux personnes et aux organisations selon les besoins, par exemple dans un but avoué précis se rattachant à des initiatives approuvées de conservation, de gestion ou de recherche axées sur le rétablissement de l'espèce.

4.4 Destruction de l'habitat essentiel

Les activités pouvant entraîner la conversion du paysage sont considérées comme susceptibles d’entraîner la destruction de l’habitat essentiel du yucca glauque. Ces activités comprennent l'agriculture ou diverses activités liées à l'exploitation pétrolière ou gazière comme le forage, la transformation du paysage pour la construction de puits ou de pipelines ou la construction de routes.

Les véhicules hors route peuvent endommager les plantes et représentent donc une menace potentielle pour le yucca glauque et la teigne du yucca (Hurlburt, 2001). Ces véhicules peuvent également contribuer à amplifier le risque d'érosion (Wershler et Wallis, 1986).

4.5 Protection efficace de l'habitat essentiel

Les deux sites abritant le yucca glauque et la teigne du yucca en Alberta bénéficient d'une certaine protection contre les menaces qui pèsent sur ces deux espèces. Le site de Onefour se trouve à l'intérieur d'une aire naturelle de pâturages patrimoniaux (Heritage Rangeland Natural Area), laquelle bénéficie d'une certaine protection en vertu du Wilderness Areas, Ecological Reserves, Natural Areas and Heritage Rangelands Act, R.S.A. 2000. Cette loi réglemente l'utilisation des véhicules hors route et des véhicules routiers (sauf sur les routes), la pollution, la destruction ou l'endommagement de la faune et de la flore, l'élimination des déchets, etc. Le gouvernement fédéral est également responsable de la gestion du site de Onefour; celui-ci est donc considéré comme un territoire domanial et serait, à ce titre, assujetti aux dispositions de la LEP en matière de protection. Le site de Pinhorn risque peu d'être converti, car il se trouve sur des terres publiques de l'Alberta. Des avis de protection ont été émis pour les deux sites abritant le yucca glauque et la teigne du yucca. Ces avis empêcheront les utilisateurs industriels de réaliser des projets de développement à l'intérieur des limites de l'habitat essentiel (J. Nicholson, comm. pers.). La section 8.0 contient de plus amples renseignements sur les mesures de rétablissement axées sur la protection de l'habitat essentiel.

5.0 Lacunes dans les connaissances et priorités en matière de recherche

La translocation est un mode de gestion envisagé pour accroître la production de fruits au site de Pinhorn (voir la section 8.0). Des recherches devraient donc être entreprises en vue d'élaborer des méthodes de translocation et d'assurer la survie de la teigne du yucca. Il serait également utile d'étudier les facteurs qui contribuent à la variabilité de la floraison et de la production de fruits chez le yucca glauque et à la variabilité de l'émergence chez la teigne du yucca afin d'élucider la dynamique des populations de ces deux espèces et de déterminer le meilleur moment pour procéder aux tentatives de translocation. Il serait aussi important d'étudier les facteurs qui influent sur la survie des chenilles de la teigne du yucca afin d'assurer le maintien d'une population viable de l'espèce. Une telle étude orienterait le choix d'une méthode pour la translocation de teignes du yucca au site de Pinhorn. La meilleure manière d'y parvenir serait de mener une analyse formelle de la viabilité de la population de teigne du yucca.

Comme il était indiqué précédemment, deux autres espèces de papillons nocturnes de l'Alberta dépendent entièrement du yucca glauque, soit la fausse-teigne à cinq points du yucca et la teigne tricheuse du yucca. Étant donné que les besoins de ces deux espèces sont semblables à ceux de la teigne du yucca, on estime que les initiatives de conservation énoncées dans le présent plan de rétablissement devraient permettre de répondre à leurs besoins. Toutefois, lorsque des ressources deviendront disponibles, des relevés visant la fausse-teigne à cinq points du yucca et la teigne tricheuse du yucca pourraient être réalisés.

6.0 Activités de rétablissement et de conservation récentes

Le premier Plan de rétablissement du yucca glauque et de la teigne du yucca en Alberta (2006-2011)précisait les stratégies et les mesures à adopter pour assurer le rétablissement et la conservation du yucca glauque et de la teigne du yucca en Alberta. D'importants progrès ont été réalisés dans la mise en œuvre du plan depuis sa publication. Les initiatives ont surtout porté sur le suivi des populations, les mesures de rétablissement, l'information et la sensibilisation. Les principales initiatives entreprises sont les suivantes :

  • Réalisation d'un inventaire de la population de yucca glauque et de teigne du yucca de Pinhorn en 2004 afin de déterminer la taille de la population, de relever les signes de fructification et d'émergence de larves et d'évaluer l'ampleur des dommages dus à l'herbivorie dans le site (voir Foreman et al., 2006);
  • Installation d'exclos au site de Pinhorn au printemps 2007 pour protéger une partie de la population de yucca glauque du broutage par les ongulés; trois petites sections occupées par le yucca glauque ont été clôturées, et 40 cages ont été installées pour protéger certains individus de l'espèce;
  • Translocation de teignes du yucca au stade larvaire provenant de la population de l'Etzikom Windmill Museum au site de Pinhorn en 2008;
  • Suivi de la population de yucca glauque et de teigne du yucca du site de Pinhorn en 2009, 2010 et 2011, réalisé par des étudiants du programme de réhabilitation environnementale du Medicine Hat College dans le cadre d'un programme coopératif du collège;
  • Réalisation continue d'observations saisonnières de la population de yucca glauque au site de Onefour par les gestionnaires et le personnel de la sous-station de recherche de Onefour d'AAC;
  • Élaboration de méthodes normalisées de relevé et de suivi de la population de yucca glauque et de teigne du yucca pour le site de Onefour (voir Hurlburt, 2007);
  • Installation de panneaux d'interprétation devant une exposition de spécimens vivants de yucca glauque et de teigne du yucca sur le terrain de l'Etzikom Windmill Museum, à Etzikom, en Alberta, afin d'informer le public et de promouvoir la conservation des deux espèces;
  • Émission d'avis de protection visant les populations de yucca glauque et de teigne du yucca des sites de Onefour et de Pinhorn comme mesure de protection de l'habitat essentiel;
  • Réalisation d'un inventaire des populations de yucca glauque et de teigne du yucca des sites de Onefour et de Pinhorn par une biologiste-conseil indépendante en 2011 en vue de la préparation par le COSEPAC de la mise à jour des rapports de situation portant sur les deux espèces.

Ces activités ont contribué de manière importante à l'atteinte de plusieurs des objectifs énoncés dans le plan de rétablissement initial. L'habitat essentiel du yucca glauque et de la teigne du yucca a été désigné et a été protégé au moyen d'avis de protection visant les sites de Onefour et de Pinhorn. L'initiative consistant à installer des exclos et des cages individuelles au site de Pinhorn au printemps 2007 s'est avérée efficace pour protéger une partie de la population de yucca glauque de l'herbivorie par les ongulés. Il est toutefois important de noter que les zones clôturées (c.-à-d. les exclos) ne protègent qu'une petite partie de la population totale et que l'herbivorie demeure une menace importante, comme en témoigne le degré élevé de broutage observé en dehors des exclos (C. Linowski, comm. pers.; D. Hurlburt, comm. pers.). Dans le cadre de l'initiative de translocation de larves de teignes du yucca entreprise en 2008, une tige de yucca glauque portant 14 fruits immatures, prélevée dans la population de l'Etzikom Windmill Museum, a été transportée au site de Pinhorn. Cette initiative, combinée à l'installation de clôtures, a entraîné une hausse du taux de fructification dans les exclos et une augmentation du nombre de trous d'émergence de teignes observés d'une année à l'autre (C. Linowski, comm. pers.), ce qui porte à croire que la population de teigne du yucca a augmenté au site de Pinhorn. Cependant, on ne sait pas encore si le taux de reproduction observé signifie que la population de teigne du yucca est viable à cet endroit (D. Hurlburt, comm. pers.). On espère que les teignes du yucca continueront de se reproduire dans les exclos, à l'abri des herbivores, et qu'elles finiront par se disperser dans les yuccas glauques environnants et par former une population autosuffisante (J. Nicholson, comm. pers.).

Un suivi de la population de yucca glauque et de teigne du yucca de Pinhorn a été effectué à l'automne 2009, 2010 et 2011 par des étudiants et des instructeurs du programme de réhabilitation environnementale du Medicine Hat College. À l'été 2011, un inventaire additionnel a été réalisé par une biologiste-conseil indépendante. Le suivi effectué en 2009 et en 2010 a confirmé la présence de teignes du yucca, bien qu'en nombre encore limité, comme en témoignait le faible nombre de trous d'émergence observés. Cependant, le nombre de trous d'émergence observés en 2010 était bien plus élevé qu'en 2009, particulièrement dans les yuccas glauques se trouvant dans l'exclos le plus grand. En plus du nombre accru de trous d'émergence, une augmentation notable du nombre de nouveaux yuccas glauques (clones) a été observée, ce qui pourrait être attribué, du moins en partie, à l'humidité présente durant l'été (C. Linowski, comm. pers.). En 2010, un nombre beaucoup plus élevé de yuccas glauques et de tiges florifères a été observé en dehors des zones clôturées et des cages individuelles par rapport à l'année précédente. Le broutage des tiges florifères était très apparent, aucun fruit n'ayant été observé, ce qui démontre la nécessité des exclos pour protéger les yuccas glauques et les teignes du yucca contre l'herbivorie (C. Linowski, comm. pers.).

Les résultats préliminaires de l'inventaire réalisé en 2011 au site de Pinhorn ont révélé un taux de fructification élevé parmi les yuccas glauques en fleurs poussant dans les trois zones clôturées et les cages individuelles, la majorité des plantes ayant produit des fruits (D. Hurlburt, comm. pers.). Par ailleurs, un seul fruit a été trouvé en dehors des exclos et des cages. Il avait été arraché et se trouvait sur le sol, ce qui est un signe classique d'herbivorie. Le degré d'herbivorie observé durant l'inventaire était très élevé (D. Hurlburt, comm. pers.). L'absence de pédicelles renflés a également été notée sur les tiges florifères des yuccas glauques situés sur les pentes, ce qui laisse croire à une faible densité de teignes du yucca adultes au moment de la floraison. Aucun des yuccas glauques poussant sur les pentes n'a produit de fruit, ce qui pourrait tenir davantage à l'absence de teignes du yucca adultes qu'à l'herbivorie par les ongulés (D. Hurlburt, comm. pers.). Aucune teigne du yucca adulte n'a été observée dans les fleurs, et aucun signe de ponte tardive n'a été relevé. Une autre espèce de papillon nocturne qui dépend du yucca glauque pour sa survie, le Prodoxus quinquepunctellus (fausse-teigne à cinq points du yucca), était présente, mais en densité beaucoup plus faible qu'au site de Onefour (D. Hurlburt, comm. pers.).

En 2011, le taux de floraison a été très faible au site de Onefour (< 1 % des clones ayant fleuri), et le taux de fructification a été notablement plus faible que celui des années précédentes (D. Hurlburt, comm. pers.). L'absence de pédicelles renflés sur les tiges florifères, à l'exception de ceux des fleurs ayant produit des fruits, donne à penser que l'année n'a pas été très bonne pour les teignes du yucca. Cela pourrait être dû à des conditions environnementales défavorables, compte tenu du printemps très humide et de la neige qui recouvrait encore les yuccas glauques au mois de mai (D. Hurlburt, comm. pers.; I. Walker, comm. pers.). Bien qu'on puisse considérer, par comparaison, qu'il s'agit d'une année de faible reproduction, la population de yucca glauque et de teigne du yucca de Onefour est grande et très bien établie, et un cycle d'expansion et de déclin de la floraison et de la fructification y a été observé au fil des ans (D. Hurlburt, comm. pers.; I. Walker, comm. pers.).

La population de yucca glauque et de teigne du yucca de Onefour continue d'être suivie sur une base régulière, et toutes les observations indiquent que les deux espèces se maintiennent à un niveau viable, en dépit de la grande variabilité du cycle de floraison et de fructification du yucca glauque (années de taux de floraison très élevé suivies d'années de taux de floraison très faible) (D. Hurlburt, 2007; I. Walker, comm. pers.). Un suivi continu est toujours essentiel pour détecter tout déclin possible des populations de yucca glauque et/ou de teigne du yucca qui pourrait avoir une incidence sur leur persistance à long terme, surtout compte tenu du fait que les années de faible floraison semblent être plus fréquentes que les années de forte floraison (Hurlburt, 2007).

À l'Etzikom Windmill Museum, l'installation de panneaux d'interprétation devant une exposition de spécimens vivants de yucca glauque et de teigne du yucca permettra de sensibiliser le public à ces deux espèces en péril et de promouvoir leur conservation. Ce site offre aux personnes qui désirent voir ces espèces une alternative à la visite des sites naturels, ce qui devrait contribuer à réduire la circulation dans ces derniers.

7.0 Stratégie de rétablissement

7.1 Caractère réalisable du rétablissement sur le plan biologique et technique

La conservation du yucca glauque et de la teigne du yucca est réalisable et compatible avec une variété d'utilisations des terres. Une approche de gestion coopérative prévoyant la participation de toutes les parties intéressées est la meilleure approche pour assurer la pérennité de ces espèces en Alberta. Les populations de yucca glauque et de teigne du yucca se maintiennent au site de Onefour, et la coopération soutenue de toutes les parties intéressées devrait permettre d'assurer leur persistance. La population de teigne du yucca du site de Pinhorn pourrait devenir viable si des pratiques de gestion concertées continuent d'être employées. L'élaboration, en application du Wildlife Act , d'une réglementation visant la protection des plantes et des invertébrés en voie de disparition et menacés est nécessaire pour prévenir la perte éventuelle de ces espèces en raison d'activités horticoles, pharmaceutiques, récréatives, industrielles ou agricoles.

7.2 Principes directeurs

On trouve des plants de yucca glauque dans plusieurs villes et villages du sud de l'Alberta. La plupart de ces plants se trouvent dans des jardins privés, et certains d'entre eux sont probablement issus des populations de yucca glauque indigènes de l'Alberta. Les stratégies et les mesures de rétablissement recommandées dans le présent plan ne s'appliquent pas à ces sujets transplantés.

Les principes directeurs suivants, établis dans le plan de rétablissement initial, orienteront le rétablissement et la gestion du yucca glauque et de la teigne du yucca en Alberta :

  • Le rétablissement et la conservation du yucca glauque et de la teigne du yucca sont réalisables et importants.
  • Toute perte d'habitat du yucca glauque et de la teigne du yucca est inacceptable et peut être évitée.
  • L'adoption d'une approche coopérative misant sur la participation des gestionnaires des terres, des propriétaires fonciers, de l'industrie et d'autres organismes est essentielle au succès des activités de conservation des populations albertaines de yucca glauque et de teigne du yucca prévues dans le présent plan. Cette approche comprend l'intendance partagée, les utilisations compatibles des terres et l'engagement à l'échelle locale envers les initiatives de gestion.
  • Les propriétaires fonciers et les locataires ne doivent pas se voir imposer une part indue du fardeau financier lié au maintien ou à la remise en état de l'habitat du yucca glauque et de la teigne du yucca.
  • Les lacunes dans les connaissances doivent être cernées et signalées dans le plan de rétablissement.
  • Les mesures de gestion utiliseront les outils offrant les avantages les plus immédiats pour le yucca glauque et la teigne du yucca et seront fondées sur les meilleurs renseignements disponibles. L'absence de données à l'appui précises ne pourra être invoquée pour justifier le report de leur mise en œuvre.
  • Les mesures de rétablissement adopteront une approche de gestion écosystémique (holistique).
  • Les mesures de rétablissement privilégieront les initiatives réalisables et considérées comme les plus à même d'assurer la conservation du yucca glauque et de la teigne du yucca en Alberta.
  • Le processus de rétablissement sera guidé par le concept de gestion adaptative, selon lequel chaque mesure est mise en œuvre, évaluée et modifiée au besoin pour améliorer les résultats.

7.3 But du rétablissement

Le but à long terme du plan de rétablissement est de maintenir la répartition et l'habitat actuels du yucca glauque et de la teigne du yucca en Alberta et d'accroître la population de teigne du yucca au site de Pinhorn. L'atteinte de ce but passe par le maintien de populations naturelles autosuffisantes de yucca glauque et de teigne du yucca au site de Onefour et par l’accroissement de la capacité de reproduction au site de Pinhorn.

7.4 Objectifs de rétablissement

Les objectifs précis en matière de population et de répartition qui mèneront à la conservation à long terme du yucca glauque et de la teigne du yucca en Alberta sont les suivants :

  1. Maintenir des niveaux réduits d'herbivorie par les ongulés dans les populations de yucca glauque, en particulier au site de Pinhorn, pendant toute la durée d'exécution du plan de rétablissement.
  2. Maintenir une population reproductrice de teigne du yucca au site de Pinhorn pendant toute la durée d'exécution du plan de rétablissement.
  3. Atteindre d'ici 2022 un taux annuel de fructification d'au moins 5 % des fleurs dans la population de yucca glauque de Pinhorn et maintenir un taux d'au moins 7 à 10 % des fleurs au site de Onefour, tel que recommandé par Hurlburt (2004).
  4. Éviter toute perte qualitative ou quantitative d'habitat causée par des perturbations humaines.
  5. Prévenir la perte de yuccas glauques résultant de la collecte de sujets à des fins horticoles ou médicinales.

7.5 Stratégies de rétablissement

Les buts et les objectifs du Plan de rétablissement du yucca glauque et de la teigne du yucca en Alberta, 2012-2022 seront atteints grâce à la mise en œuvre des six stratégies énumérées ci-dessous, qui seront appliquées simultanément au cours de la période de dix ans.

7.5.1 Conservation et gestion des populations

Pour conserver et gérer les populations, l'équipe de rétablissement du yucca glauque et de la teigne du yucca recommande d'effectuer un suivi de la taille, de la répartition et du succès de reproduction des populations de yucca glauque et de teigne du yucca en Alberta. Des mesures de gestion continueront d'être envisagées pour réduire la menace que présentent les ongulés pour la population de Pinhorn.

7.5.2 Conservation et gestion de l'habitat

La conservation de l'habitat repose sur l'amélioration des mesures de protection et le renforcement des initiatives visant à limiter les perturbations humaines dans la région, ce qui devrait être fait en collaboration avec les utilisateurs des terres.

7.5.3 Information et sensibilisation

Des mesures seront prises pour sensibiliser le public au yucca glauque et à la teigne du yucca de même qu'à la nécessité et à l'importance de conserver ces espèces en Alberta.

7.5.4 Recherche

Les efforts de recherche seront axés sur l'acquisition de l'information nécessaire pour la conservation du yucca glauque et de la teigne du yucca. Un soutien institutionnel sera accordé aux chercheurs en quête d'un appui financier pour entreprendre de tels projets.

7.5.5 Obtention des ressources

Il est important d'obtenir le soutien logistique, financier et non financier nécessaire pour la mise en œuvre du plan de rétablissement.

7.5.6 Gestion et administration du plan

Durant toute la période d'exécution du plan, des membres de l'équipe initiale de rétablissement du yucca glauque et de la teigne du yucca pourront être consultés au besoin. Le plan sera mis à jour au terme de cette période ou à n'importe quel moment au cours de cette période.

8.0 Plan d'action

8.1 Conservation et gestion des populations

  1. Des organismes gouvernementaux, des organisations non gouvernementales ou des universités effectueront chaque année un inventaire des populations de yucca glauque et de teigne du yucca à des fins de suivi de la répartition, de l'abondance et des tendances démographiques de ces espèces. Lorsqu'une quantité suffisante de données aura été recueillie, ces données devraient être utilisées pour entreprendre une analyse de la viabilité de la population pour la teigne du yucca.
  2. Des organismes gouvernementaux, des organisations non gouvernementales ou des universités établiront un protocole pour la translocation de teignes du yucca au stade larvaire et/ou adulte du site de Onefour ou de l'Etzikom Windmill Museum au site de Pinhorn, et pour l'évaluation du succès des tentatives de translocation. Le nombre d'individus transférés annuellement dépendra de la taille annuelle des populations de yucca glauque (c.-à-d. du succès de la fructification) et de teigne du yucca au site d'origine et ne devrait pas compromettre la persistance de ces populations.
  3. Une fois l'élaboration du protocole de translocation terminée, et si cela est jugé nécessaire, des organismes gouvernementaux, des organisations non gouvernementales ou des universités procéderont au transfert de chenilles et/ou d'adultes de la teigne du yucca du site de Onefour ou d'autres sites au site de Pinhorn, conformément au protocole établi, et évalueront la taille de la population de teigne du yucca et le succès de la fructification chez le yucca glauque au cours des années subséquentes.
  4. Le ministère de l'Environnement et du Développement durable des ressources de l'Alberta veillera à la gestion appropriée des ongulés indigènes dans les secteurs de la zone de protection de la faune 102 (WMU 102) occupés par le yucca glauque et la teigne du yucca, notamment en employant des techniques de gestion des populations telles que l'établissement d'objectifs de récolte, l'utilisation d'agents répulsifs contre les ongulés ou l'installation de clôtures, au besoin.

8.2 Conservation et gestion de l'habitat

  1. Des cartes délimitant l'habitat essentiel du yucca glauque et de la teigne du yucca seront tenues à jour et employées pour encadrer l'utilisation (autorisation ou restriction) des terres.
  2. Divers organismes et organisations, dont le ministère de l'Environnement et du Développement durable des ressources de l'Alberta, Agriculture et Agroalimentaire Canada et des universités, en collaboration avec les utilisateurs des terres, travailleront de concert à élaborer et appliquer des pratiques exemplaires de gestion pour le pâturage du bétail à l'intérieur de l'habitat du yucca glauque et de la teigne du yucca. Ces pratiques seront mises à jour et révisées à la lumière des nouvelles informations disponibles.
  3. Des organismes gouvernementaux ou des organismes de conservation non gouvernementaux aideront les locataires et les gestionnaires des terres à gérer leurs terres de manière à y favoriser le maintien des populations de yucca glauque et de teigne du yucca en leur proposant diverses améliorations.
  4. Agriculture et Agroalimentaire Canada (sous-station de recherche de Onefour) et la réserve de pâturage de Pinhorn, conjointement avec le ministère de l'Environnement et du Développement durable des ressources de l'Alberta et le ministère du Tourisme, des Parcs et des Loisirs de l'Alberta, élaboreront des plans de gestion de l'accès en vue d'interdire la circulation des véhicules à l'intérieur des zones d'habitat abritant le yucca glauque et la teigne du yucca ou dans leur voisinage immédiat.
  5. On réévaluera périodiquement les limites de l'habitat essentiel pour tenir compte de l'expansion des populations.

8.3 Information et sensibilisation

  1. Le ministère de l'Environnement et du Développement durable des ressources de l'Alberta mettra à jour les fiches d'information existantes sur le yucca glauque et la teigne du yucca, au besoin. Ces documents seront mis à la disposition du public, en particulier des locataires et des gestionnaires des terres, sur le site Web d'Alberta Species at Risk.
  2. Des organismes gouvernementaux ou des organisations non gouvernementales continueront de collaborer avec l'Etzikom Windmill Museum pour promouvoir la conservation du yucca glauque et de la teigne du yucca auprès du public.
  3. Le ministère de l'Environnement et du Développement durable des ressources de l'Alberta mettra le plan de rétablissement à la disposition du public et des parties intéressées sur le site Web d'Alberta Species at Risk.

8.4 Recherche

La réalisation des projets de recherche suivants (énumérés par ordre de priorité) est recommandée pour obtenir les informations nécessaires en vue de la conservation et du maintien des populations de yucca glauque et de teigne du yucca en Alberta.

  1. Des chercheurs de divers organismes gouvernementaux, organisations non gouvernementales ou universités devraient assurer le suivi, d'une saison à l'autre et sur plusieurs années, des yuccas glauques déjà marqués afin de mieux comprendre le cycle vital de cette plante et de la teigne du yucca, en particulier les effets des fluctuations des taux de floraison, d'émergence des adultes et de production de fruits sur la dynamique des populations de yucca glauque et de teigne du yucca.
  2. Des chercheurs de divers organismes gouvernementaux, organisations non gouvernementales ou universités devraient étudier les facteurs influant sur la survie des chenilles de la teigne du yucca afin de mettre en lumière les impacts des taux de survie larvaire sur la dynamique des populations et de faciliter l'élaboration et le perfectionnement d'un protocole de translocation pour cette espèce.
  3. Des chercheurs de divers organismes gouvernementaux, organisations non gouvernementales ou universités devraient étudier les effets directs et indirects des teignes T. corruptrix et P. quinquepunctellus sur la relation de mutualisme qui unit le yucca glauque et la teigne du yucca.

8.5 Obtention des ressources

  1. Des organismes gouvernementaux, des organisations non gouvernementales et des chercheurs inciteront périodiquement le gouvernement, les organisations non gouvernementales, l'industrie, les gestionnaires des terres, les locataires, les universités et les organismes de conservation privés à participer aux initiatives de rétablissement du yucca glauque et de la teigne du yucca ou à leur financement.

8.6 Gestion et administration du plan

  1. Le ministère de l'Environnement et du Développement durable des ressources de l'Alberta pourra réunir, au besoin, les anciens membres de l'équipe de rétablissement du yucca glauque et de la teigne du yucca de l'Alberta.
  2. Le personnel de l'Alberta Conservation Information Management System (ACIMS), en collaboration avec d'autres organismes et chercheurs, versera toutes les informations recueillies sur le yucca glauque et la teigne du yucca dans la base de données de l'ACIMS après chaque saison d'inventaire.
  3. Les activités de recherche seront adéquatement autorisées et coordonnées chaque année, afin d'optimiser les retombées de la recherche.

9.0 Calendrier de mise en œuvre et ventilation des coûts

Le tableau suivant présente le calendrier de mise en œuvre et une estimation des coûts des activités considérées comme importantes pour la conservation du yucca glauque et de la teigne du yucca. On prévoit que divers organismes participeront au financement et à la mise en œuvre de ces activités. Les coûts des activités faisant partie des opérations quotidiennes des organisations participantes ne sont pas inclus.

Tableau 1. Calendrier de mise en œuvre et estimation des coûts (directs et indirects, en milliers de dollars) des mesures de rétablissement visant le yucca glauque et la teigne du yucca, 2012-2022.
Section du planMesureOrganisme responsable a2012-2132013-20142014-20152015-20162016-20172017-20182018-20192019-20202020-20212021-2022Total
8.1Gestion des populations------------
1RelevésDivers555555555550
2Protocole de translocationAESRD5---------5
3TranslocationsAESRD-----------
4Gestion des ongulésAESRD111111111110
8.2Gestion de l'habitat------------
1CartesAESRD2---2-----4
2Pratiques exemplaires de gestionAESRD-5--------5
3Amélioration de l'habitatAESRD-22222222218
4Gestion de l'accèsAAC, RPP-5-------510
8.3Information et sensibilisation------------
1Fiches d'informationAESRD-1-------12
2ExpositionsAESRD-1----1---2
3Publication et promotion du planAESRD1---------1
8.4Recherche------------
1Cycle vital-151515-------45
2Survie larvaire-151515-------45
3Influence des autres espèces de teignes-151515-------45
8.5Obtention de ressources------------
1FinancementAESRD-----------
8.6Gestion du plan------------
1Réunions d'équipe périodiquesAESRD1---1----13
2Gestion de bases de donnéesACIMS----------0
3Coordination de la rechercheAESRD----------0
4Liaison avec d'autres équipes de rétablissementAESRD0,5---0,5----0,51,5
TotalTotal-60,56553811,5898815,5246,5

a Organismes responsables : AESRD – Ministère de l'Environnement et du Développement durable des ressources de l'Alberta (Alberta Environment and Sustainable Resource Development), ACIMS – Alberta Conservation Information Management System, AAC – Agriculture et Agroalimentaire Canada, RPP – Réserve de pâturage de Pinhorn

10.0 Considérations socio-économiques

Le territoire abritant le yucca glauque et la teigne du yucca, d'une superficie d'environ 189 hectares, est assez restreint pour qu'il soit possible de limiter les coûts socio-économiques potentiels associés à la mise en œuvre du plan de rétablissement. L'un des principes directeurs du plan de rétablissement est de ne pas imposer aux propriétaires fonciers et aux locataires des terrains une part indue du fardeau financier lié à la mise en œuvre du plan. Les modifications mineures apportées au mode de gestion des pâturages pourraient avoir des répercussions économiques en entraînant une baisse de productivité ou une hausse des coûts de production du bétail. L'imposition de restrictions visant l'extraction des ressources ou l'augmentation des coûts d'extraction ou de développement résultant de l'application des mesures d'atténuation pourraient avoir des répercussions sur le développement industriel. Les utilisateurs récréatifs et les naturalistes de la région pourraient se voir interdire l'accès aux secteurs abritant des populations de yucca glauque et de teigne du yucca et la collecte de spécimens de ces espèces. Sous le régime de gestion actuellement préconisé au site de Onefour, la population s'est maintenue et a même augmenté; aucun changement majeur n'est donc prévu au mode de fonctionnement de ce site.

La mise en œuvre du plan de rétablissement pourrait avoir plusieurs retombées positives. Pour les locataires des terres, l'amélioration de l'habitat pourrait se traduire par une augmentation de la qualité et de la productivité des pâturages. La gestion des ongulés indigènes dans l'habitat abritant le yucca glauque et la teigne du yucca pourrait accroître les possibilités de chasse récréative dans la zone de protection de la faune 102. Le yucca glauque et la teigne du yucca sont des espèces prairiales uniques qui suscitent beaucoup d'intérêt au sein de la population. L'élaboration de matériel d'information et l'exposition de spécimens vivants de la plante et de l'insecte dans les municipalités de la région (p. ex. à l'Etzikom Windmill Museum) pourraient y stimuler le tourisme tout en réduisant la fréquentation et les perturbations dans les sites naturels.

11.0 Évaluation et modification du plan

Le présent plan de rétablissement couvre une période de dix ans. Des examens périodiques seront effectués pour suivre sa mise en œuvre et évaluer l'efficacité des mesures de rétablissement. Les plans de rétablissement sont considérés comme des documents « évolutifs » et peuvent être modifiés dans le cadre de ces examens ou à n'importe quel moment au cours de la période de dix ans, si cela est jugé nécessaire. Au terme de la période de dix ans, on évaluera si des modifications doivent être apportées avant de reconduire le plan pour dix autres années. Pour ce faire, il pourra être nécessaire de consulter les anciens membres de l'équipe de rétablissement ou d'autres spécialistes, organismes de conservation et parties intéressées.

12.0 Ouvrages cités

Addicott, J. F. et A. J. Tyre. 1995. Cheating in an obligate mutualism: how often do yucca moths benefit yuccas? Oikos 72: 382-394.

Addicott, J. F., J. Bronstein et F. Kjellberg. 1990. Evolution of mutualistic life-cycles: yucca moths and fig wasps. Pp 143-161 In Insect Life Cycles: Genetics, Evolution and Co-ordination (Gilbert, F. ed.). Springer, London. 258 pp.

Aker, C. L. et D. Udovic. 1981. Oviposition and pollination behaviour of the yucca moth, Tegeticula maculata (Lepidoptera: Prodoxidae), and its relation to the reproductive biology of Yucca whipplei (Agavaceae). Oecologia 49: 96-101.

Alberta Conservation Information Management System (ACIMS). 2005 natural regions and subregions of Alberta. [En ligne]

Alberta Sustainable Resource Development. 2002. Status of the yucca moth (Tegeticula yuccasella) in Alberta. Alberta Sustainable Resource Development, Fish and Wildlife Division, and Alberta Conservation Association, Wildlife Status Report No. 44, Edmonton, AB. 21 pp.

Baker, H. G. 1986. Yucca and yucca moths – a historical commentary. Annals of the Missouri Botanical Garden 73: 556-564.

COSEWIC. 2000. COSEWIC assessment and update status report on the soapweed, Yucca glauca, in Canada. Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada. Ottawa. 12 pp.

COSEWIC. 2002. Assessment and status report on the yucca moth Tegeticula yuccasella in Canada. Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada. Ottawa. 24 pp.

COSEWIC. 2006. COSEWIC assessment and status report on the non-pollinating yucca moth Tegeticula corruptrix in Canada (PDF; 541 KB). Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada. Ottawa. vi + 24 pp. [En ligne] (Également disponible en français : COSEPAC. 2006. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la teigne tricheuse du yucca (Tegeticula corruptrix) au Canada (PDF; 557 Ko). Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa. vi + 26 p.)

COSEWIC. 2006a. COSEWIC assessment and status report on the five-spotted bogus yucca moth Prodoxus quinquepunctellus in Canada (PDF; 491 KB). Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada. Ottawa. vi + 31 pp. (Également disponible en français : COSEPAC. 2006a. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le fausse-teigne à cinq points du yucca (Prodoxus quinquepunctellus) au Canada (PDF; 806 Ko). Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa. vii + 35 p.)

Csotonyi, J. T. et D. Hurlburt. 2000. Update COSEWIC status report on the soapweed, Yucca glauca, in Canada, In COSEWIC assessment and update COSEWIC status report on the soapweed, Yucca glauca, in Canada. Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada. Ottawa. 12 pp.

Davis, D. R. 1967. A revision of the moths of the subfamily Prodoxinae. United States National Museum Bulletin 255: 1-170.

Dodd, R. J. et Y. B. Linhart. 1994. Reproductive consequences of interactions between Yucca glauca (Agavaceae) and Tegeticula yuccasella (Lepidoptera) in Colorado. American Journal of Botany 81: 815-825.

Environment Canada. 2011. Recovery strategy for the soapweed (Yucca glauca) and yucca moth (Tegeticula yuccasella) in Canada (PDF; 950 KB). Species at Risk Act Recovery Strategy Series. Environment Canada, Ottawa. 15 pp + Appendix. (Également disponible en français : Environnement Canada. 2011. Programme de rétablissement du yucca glauque (Yucca glauca) et de la teigne du yucca (Tegeticula yuccasella) au Canada (PDF; 662 Ko). Série de Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril . Environnement Canada, Ottawa. 16 p + annexe.)

Fairbarns, M. 1985. COSEWIC status report on the soapweed, Yucca glauca, in Canada. Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada. Ottawa. 16 pp.

Foreman, K., J. Nicholson, L. Matthias et J. Chandler. 2006. 2004 Pinhorn Grazing Reserve soapweed population survey. Alberta Sustainable Resource Development, Fish and Wildlife Division, Alberta Species at Risk Report No. 111, Edmonton, Alberta. 9 pp.

Fuller, O. S. 1990. Factors affecting the balance of co-operation and conflict between the yucca moth, Tegeticula yuccasella and its mutualist, Yucca glauca. Thèse de doctorat, University of New Mexico, Albuquerque, NM. 91 pp.

Hurlburt. D. 2001. Status of soapweed (Yucca glauca) in Alberta. Alberta Environment, Fisheries and Wildlife Management Division, and Alberta Conservation Association, Wildlife Status Report No. 35, Edmonton, AB. 18 pp.

Hurlburt, D. 2004. Persistence of the moth-yucca mutualism at the northern edge of range. Thèse de doctorat, Univ. of Alberta. Edmonton. 179 pp.

Hurlburt, D. 2007. Yucca moth (Tegeticula yuccasella) population assessment and monitoring methodology at AAFC Onefour Research Substation, Alberta in 2007 - final report. Prepared for Agriculture and Agri-Food Canada. 42 pp.

Kershaw, L., J. Gould, D. Johnson et J. Lancaster (Eds.). 2001. Rare Vascular Plants of Alberta. The University of Alberta Press and the Canadian Forest Service, Edmonton, Alberta. 484 pp.

Kingsolver, R. W. 1984. Population biology of a mutualistic association: Yucca glauca and Tegeticula yuccasella. Thèse de doctorat inédite, University of Kansas, Lawrence, KS. 130 pp.

Milner, B. J. 1977. Habitat of Yucca glauca in southern Alberta. Mémoire de maîtrise inédit, University of Alberta. 72 pp.

Pellmyr, O. 1999. Systematic revision of the Tegeticula yuccasella complex (Lepidoptera: Prodoxidae) north of Mexico. Systematic Entomology 24:243-271.

Riley, C. V. 1892. The yucca moth and yucca pollination. Missouri Botanical Garden Annual Report 3: 99-158.

Webber, J. M. 1953. Yuccas of the southwest. United States Department of Agriculture, Agriculture Monographs 17. 97 pp.

Wershler, C. et C. Wallis. 1986. Lost River significant features assessment. Alberta Forestry, Lands and Wildlife – AESRD, Edmonton, AB. 54 pp.

Communications personnelles

Hurlburt, D., biologiste-conseil indépendante, Annapolis Royal, Nouvelle-Écosse.

Johnson, D., Professor of Environmental Science, Department of Geography, University of Lethbridge, Lethbridge, Alberta.

Linowski, C., Program Coordinator, Environmental Land Reclamation, Medicine Hat College, Medicine Hat, Alberta.

Nicholson, J., Senior Species at Risk Biologist, AESRD, Medicine Hat, Alberta.

Walker, I., directeur, sous-station de recherche de Onefour d'AAC, Onefour, Alberta.