Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

L’otarie à fourrure du Nord (Callorhinus ursinus)

Répartition

Aire de répartition mondiale

Les otaries à fourrure de l’Alaska ne sont présentes que dans le Pacifique Nordse concentrent exclusivement dans l’hémisphère nord de l’Océan Pacifique, depuis le du centre du Japon (latitude 36º N) et dles Aléoutiennes jusqu’au au golfe d’Alaska, à la Colombie‑Britannique et à la frontière américano‑méxicaine (latitude 32º N) (Figurefigure 1, Gentry, 1998). Les restes fossiles découverts en Californie, en Oréegon et en Alaska laissent penser que l’espèce a probablement évoluée dans au moins une partie à partir de son aire de répartition actuelle emplacement géographique actuel (Lyman, 1988; Gentry, 1998; Pyle et al., 2001). Toutefois, l’espèce est plus ancienne quela présence des otaries à fourrure du Nord est antérieure à celle que l’on observe sur certaines des îles où elle se reproduit actuellement, et on ade reproduction actuelles. En effet, on a retrouvé des os dansmêlés à des débris de cuisine lors de fouilles archéologiquessur le continent aux États‑Unisdans plusieurs sites du continent américain (Burton et al., 2001), ce qui laisse penser qu’une certaine redistribution de population s’est produite (Gentry, 2002).

Dans la mer de Béring, les otaries à fourrure de l’Alaska se reproduisent dans les colonies situées dans sur les îles dCommanderu Commandeur (îles Béring et Medny), en Russie, et sur dans les îles Pribilof (îles Saint‑Paul et Saint‑George), en Alaska (Figurefigure 1, Gentry, 2002; Angliss et Lodge, 2003). D’autres colonies de reproduction sont présentes dans les Kouriles,au nord du Japon,et dansl’île Robben (Tyuleniy),dans la mer d’Okhotsk.Les îles Pribilof abritent environ 74 p. 100 de la population mondiale, et  d’otaries à fourrure du Nord. Lles colonies de reproduction des îles Commanderet de l’île Robben et des îles du Commandeur en abritent respectivement environ 159 p. 100 et 15 9 p. 100de la populationmondiale d’otaries à fourrure du Nord. D’autres colonies de reproduction se retrouvent sur les Kouriles au nord du Japon et sur l’île Robben (Tyuleniy) dans la mer d’Okhotsk. De nouvelles roqueries ont vu le jour dans sur l’île San Miguel, au large de la Californie, en 1965, ainsi que dans et sur l’île Bogoslof, dans lesla chaîne des Aléoutiennes, en 1980. Les otaries à fourrure de l’Alaska ont tendance à migrer au large des côtes nord‑américaines ou asiatiques(Bigg, 1990).

 

Aire de répartition canadienne

Les otaries à fourrure de l’Alaska ne sont présentes au Canada que se concentrent exclusivement sur sur la côte ouestdu Canada, où les femelles et les mâles préreproducteurs fréquentent habituellement les eaux du talus se concentrent sur laplate‑formecontinentale durant les mois d’hiver et de printemps (Bigg,1990; Trites et Bigg, 1996). En règle générale, dans les eaux de la Colombie‑Britannique, les plus forts effectifs sont observés de janvier à juin entre les mois de janvier et de juin, la majorité des otaries se concentredans les eaux de la Colombie‑Britannique, à environ 20 à 150 km au large des côtes(Baird et Hanson, 1997; Heise et al., 2003). Des otaries à fourrure de l’Alaska ont également été observées dans des roqueries et des échoueries de lions de mer d’otaries au Canada et dans le sud‑est de l’Alaska (Fiscus, 1983; Baird et Hanson 1997; Trites, obs. pers.).