Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’Otarie à fourrure du Nord (Callorhinus ursinus) au Canada – Mise à jour

Importance de l'espèce

L’otarie à fourrure de l’Alaska est la seule espèce d’otaries à fourrure présente au Canada et dans l’hémisphère nord. Elle est endémique des eaux tempérées du Pacifique Nord. Au Canada, les otaries à fourrure de l’Alaska ont été chassées en mer par des non‑Autochtones au large de la côte ouest de l’île de Vancouver et dans toute la région de Haida Gwaii, peut‑être dès 1866 (Scheffer et  al.,1984).

Depuis des millénaires, les Autochtones des Aléoutiennes, de l’Alaska, de la Colombie‑Britannique, de l’État de Washington et de l’Oregon ont également chassé l’otarie à fourrure de l’Alaska à des fins de subsistance (Gustafson, 1968; Huelsbeck, 1983; Savinetsky et al., 2004). Il semblerait que les récoltes aient été pélagiques et qu’elles s’effectuaient en tout temps de l’année.

Sur les îles Pribilof, la chasse de subsistance est actuellement limitée à une saison de 47 jours, du 23 juin au 8 août, afin d’en limiter les effets négatifs sur la population (NMFS, 2004a). Seuls les mâles préreproducteurs peuvent être tués durant cette période; entre 1997 et 2001, le nombre moyen d’individus récoltés à des fins de subsistance a été de 1 132 (plage de 750 à 1558)(Angliss et Lodge, 2003). La viande des otaries à fourrure est consommée par les Aléoutes, et les fourrures sont utilisées dans le cadre d’un programme d’artisanat (Corbett et Swibold, 2000).