Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le chevalier noir au Canada – Mise à jour

Importance de l'espèce

Comme toutes les espèces de suceurs, le chevalier noir joue un rôle important, bien qu’encore sous-estimé, dans le cycle des nutriments des écosystèmes aquatiques. Il transfert de l’énergie (p. ex. des nutriments) du réseau trophique benthique (où il se nourrit) au réseau trophique pélagique, où il devient une proie.

Cette espèce est historiquement reconnue par les peuples autochtones de la région et était pêchée pour être consommée durant les montaisons printanières. Quelques fois par le passé, on a relevé que des populations ont subi un déclin et ont été remplacées par le meunier noir (H. Lickers, Conseil des Mohawks d’Akwesasne, ministère de l’Environnement, Cornwall [Ontario]; comm. pers., 2005).