Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le chevalier noir au Canada – Mise à jour

Mise à jour
Rapport de situation du COSEPAC
sur le
chevalier noir
Moxostoma duquesnei
au Canada
2005

Information sur l'espèce

Nom et classification

Règne :

Animal

Phylum :

Cordés

Classe :

Actinoptérygiens

Ordre :

Cypriniformes

Famille :

Catostomidés

Genre et espèce :

Moxostoma duquesnei (Lesueur, 1817)

Nom commun anglais :

black redhorse (Nelson et al. 2004)

Nom commun français :

chevalier noir


Description

Le chevalier noir (Moxostoma duquesnei) est une des sept espèces de chevaliers du genre Moxostoma de la famille des Catostomidés qui se trouvent au Canada (Scott et Crossman, 1998) (figure 1). Il se distingue par un corps comprimé latéralement et relativement peu haut (arc du dos très bas), un long museau arrondi (39,6 à 49,8 p. 100 de la longueur de la tête), une bouche inférieure nettement surplombée par le museau, une lèvre supérieure étroite, une lèvre inférieure légèrement concave, profondément fendue, avec des plis longs et sans stries transversales, des dents pharyngiennes claviformes, (12 ou 13) écailles du pédoncule caudal, et 44 à 47 (écailles) à la ligne latérale (Holm et Boehm, 1998; Scott et Crossman, 1998).


Figue 1 : Chevalier noir (Moxostoma duquesnei)

Figue 1 : Chevalier noir (Moxostoma duquesnei).

Illustration de Joe Tomelleri. Utilisée en vertu de l’autorisation accordée au ministère des Pêches et des Océans (MPO).

La face dorsale et les flancs supérieurs vont du gris au brun olive, avec une nuance bleu argent; les flancs sont plus pâles et ordinairement bleu argent; la face ventrale va de l’argent au blanc laiteux. Les écailles sont foncées en bordure, mais non à la base, et toutes les nageoires sont gris ardoise (Scott et Crossman, 1998).

Au temps de la fraye, les mâles arborent des bandes latérales noires, et les flancs varient de l’orange au rose; ils ont des tubercules nuptiaux sur les nageoires anale et caudale (Jenkins et Burkhead, 1993). La coloration des femelles change peu sinon pas du tout au moment de la fraye (Kwak et Skelly, 1992).

Les caractéristiques suivantes permettent de distinguer le chevalier noir des six autres espèces canadiennes de chevaliers. Il a la queue gris ardoise, alors que le chevalier de rivière (M. carinatum), le chevalier cuivré (M. hubbsi), le chevalier rouge (M. macrolepidotum) et le chevalier jaune (M. valenciennesi) ont la queue rouge (Holm et Boehm, 1999). Plusieurs caractéristiques permettent par ailleurs de le distinguer des deux autres espèces de chevaliers à queue grise (Holm et Boehm, 1998); le chevalier noir se distingue du chevalier blanc (M. anisurum) par la présence de stries transversales dans les lèvres, par la nageoire dorsale au bord légèrement concave, par le nombre inférieur de rayons des pelviennes (neuf au lieu de dix) et par le nombre d’écailles qui ne se chevauchent généralement pas à la ligne latérale (44-47 au lieu de 40-42). Le chevalier noir se distingue du chevalier doré (M. erythrurum), qui lui ressemble beaucoup, principalement par le nombre d’écailles qui ne se chevauchent généralement pas à la ligne latérale (44-47 au lieu de 40-42), par le nombre inférieur de rayons des pelviennes (9 contre 10) et par l’absence de tubercules nuptiaux sur la tête et les écailles des mâles reproducteurs.


Unités désignables

Toutes les populations canadiennes se trouvent dans l’écozone des Grands Lacs et de l’ouest du Saint-Laurent, selon la classification des écozones d’eaux douces adoptée par le COSEPAC. La structure de la population est inconnue, mais un examen de la structure génétique du chevalier noir de la rivière Grand est présentement mené par S. Reid (Trent University).