Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le chevalier noir au Canada – Mise à jour

Répartition

Aire de répartition mondiale

L’aire de répartition du chevalier noir est vaste, mais disjointe, dans les bassins hydrologiques du Mississippi et des Grands Lacs dans l’est de l’Amérique du Nord (figure 2). On rencontre l’espèce depuis l’Alabama et le Mississippi au sud jusqu’en Ontario et au Michigan au nord, et de New York à l’est jusqu'en Oklahoma et au Minnesota à l’ouest. Dans le bassin du Mississippi, sa répartition est continue à l’est du fleuve, mais disjointe à l’ouest (Lee et al., 1980; Page et Burr, 1991). Dans le bassin des Grands Lacs, on trouve des populations disjointes en Ontario, au Michigan et au Wisconsin (Lee et al., 1980; Page et Burr, 1991).


Figure 2 : Aire de répartition mondiale du chevalier noir

Figure 2 : Aire de répartition mondiale du chevalier noir


Aire de répartition canadienne

Au Canada, le chevalier noir est confiné au sud-ouest de l’Ontario (figure 3). Dans le bassin du lac Érié, on l’a observé dans le ruisseau Catfish (duquel on le croit actuellement disparu) et dans le bassin de la rivière Grand. On le rencontre dans le bassin versant de la rivière Thames et dans le réseau hydrographique du lac Sainte-Claire. Les populations de la rivière Grand et la rivière Thames sont fragmentées par des barrages (cinq dans la rivière Grand et trois dans la rivière Thames), ce que signifie une occurrence dans sept et dans cinq emplacements respectivement. Il est connu dans les rivières Bayfield et Maitland et, récemment (depuis 2002), dans le bassin de la rivière Ausable dans le réseau du lac Huron. On sait aussi qu’il fréquente un lieu unique du bassin du ruisseau Spencer qui se déverse dans l’ouest du lac Ontario. Deux spécimens auraient été récoltés par le Department of Planning and Development de l’Ontario en 1958 dans la rivière Sauble dans le bassin du lac Huron, et déposés au Musée royal de l’Ontario (no de dépôt du ROM RMA0446). Ces spécimens, identifiés en 1969 par le professeur Beamish de la University of Guelph, ont par la suite été rejetés par le Musée royal de l’Ontario (E. Holm, Musée royal de l'Ontario, communication personnelle). Des tentatives d’échantillonnage plus récentes dans la rivière Sauble n’ont permis de récolter aucun autre spécimen (E. Holm, Musée royal de l'Ontario, communication personnelle). En l’absence de spécimens de référence, cette mention est jugée sujette à caution et a dont été exclue de la figure 3.


Figure 3 : Aire de répartition canadienne du chevalier noir

Figure 3 : Aire de répartition canadienne du chevalier noir