Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le noyer cendré au Canada

Résumé technique

Juglans cinerea

noyer cendré
butternut

Répartition au Canada : Ontario, Québec, Nouveau-Brunswick


Information sur la répartition

Zone d’occurrence (km2)
(Estimation de la superficie totale de l’aire de répartition de l’espèce dans les trois provinces)
121 000 km2




Préciser la tendance (en déclin,
stable, en croissance, inconnue)

Probablement stable


Y a-t-il des fluctuations extrêmes
dans la zone d’occurrence (ordre de
grandeur > 1)?

Non



Zone d’occupation (km2)

Inconnue. La répartition est éparse. L’espèce se rencontre surtout comme composante mineure de peuplements de feuillus, mais il en existe de grands peuplements purs dans certaines plaines inondables.

Préciser la tendance (en déclin,
stable, en croissance, inconnue)

Inconnue


Y a-t-il des fluctuations extrêmes
dans la zone d’occupation (ordre de
grandeur > 1)?

Non



Nombre d’emplacements existants (connus ou supposés)

Inconnu. Plus de 500 sites (peuplements) ont été signalés par les propriétaires fonciers en Ontario; 378 parcelles ont été signalées au Québec, dont 39 où le noyer cendré constitue au moins 25 % de la surface terrière; 50 localités réunissant environ 370 peuplements ont été signalés au Nouveau-Brunswick.

Préciser la tendance du nombre d’emplacements (en déclin, stable, en croissance, inconnue)

Inconnue. Aucune donnée n’est disponible concernant les tendances.


Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’emplacements (ordre de grandeur >1)?

Non. Jusqu’à présent, des arbres sont atteints dans les peuplements. On s’attend que des peuplements finiront par être éliminés.

Tendance de l’habitat : préciser la tendance de l’aire, de l’étendue ou de la qualité de l’habitat (en déclin, stable, en croissance ou inconnue)

En déclin dans le sud-ouest de l’Ontario. Stable dans le reste de l’aire de répartition.


Information sur la population

Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la population :  indiquer en années, en mois, en jours, etc.)
de 30 à 60 ans



Nombre d’individus matures (reproducteurs) au Canada (ou préciser une gamme de valeurs plausibles)

Inconnu



Tendance de la population quant au nombre d’individus matures en déclin, stable, en croissance ou inconnue

Un déclin est prévu



S’il y a déclin, % du déclin au cours des dernières/prochaines dix années ou trois générations, selon la plus élevée des deux valeurs (ou préciser s’il s’agit d’une période plus courte).

Aucune donnée fiable ne permet de calculer les taux d’infection et de mortalité au Canada. Selon l’étendue actuelle de la maladie et les données disponibles pour une partie de l’aire de répartition au Canada, les populations canadiennes risquent de subir un taux de déclin semblable à celui observé aux États-Unis (pouvant atteindre 70 %).

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures (ordre de grandeur > 1)?

Non



La population totale est‑elle très fragmentée (la plupart des individus se trouvent dans de petites populations, relativement isolées [géographiquement ou autrement] entre lesquelles il y a peu d’échanges, c.-à-d. migration réussie de ≤ 1 individu/année)?

Non







Préciser la tendance du nombre de populations (en déclin, stable, en croissance, inconnue)

Un déclin est prévu



Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations (ordre de grandeur >1)?

Non

Énumérer chaque population et donner le nombre d’individus matures dans chacune : Aucun ensemble complet de données n’est disponible


Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou les habitats)

Le chancre du noyer cendré constitue la menace la plus immédiate; la récolte ainsi que la conversion de l’habitat pour d’autres usages sont préoccupantes dans certaines parties de l’aire de répartition.


Effet d’une immigration de source externe

Statut ou situation des populations de l’extérieur?
États-Unis : Le taux de mortalité atteint 77 % dans certains États; le déclin continue

Une immigration a-t-elle été constatée connue ou est-elle possible?
Elle est possible, mais la présence de grandes nappes d’eau et la rareté des liens terrestres font obstacle à une telle immigration, et les populations-sources potentielles sont encore plus gravement atteintes par le chancre que les populations canadiennes.

Des immigrants s’adapteraient‑ils pour survivre à cet endroit?

Oui, s’ils proviennent de certains régions climatiques. Cependant, toutes les populations semblent sensibles au chancre, même si certains individus semblent posséder une résistance.

Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible pour les individus immigrants à l’endroit en question?

Oui



Peut-il y avoir sauvetage par des populations de l’extérieur?

Peu probable


Analyse quantitative

Non disponible


Statut actuel

COSEPAC : Espèce en voie de disparition


Statut et justification de la désignation

Statut : Espèce en voie de disparition
Cote alphanumérique : A3e + 4e

Justification de la désignation : Un arbre répandu se trouvant en arbres individuels ou en petits groupes dans des forêts à feuilles caduques et mixtes dans le sud de l’Ontario, du Québec et du Nouveau Brunswick. Le chancre du noyer cendré, qui a causé des taux élevés d’infection et de mortalité aux États-Unis, a été détecté dans les trois provinces. Des taux élevés d’infection et de mortalité ont été observés dans certaines parties de l’Ontario et sont prévus pour le reste de la population canadienne.


Application des critères

Critère A (Population totale en déclin) :
Espèce en voie de disparition aux termes de A3 et A4 (c.-à-d., pathogènes introduits). Au Canada, l’espèce satisfait sans doute à ce critère, étant donné la gravité de l’infection, les taux de mortalité observés aux États-Unis dans des forêts semblables et les taux de mortalité aussi élevés observés au Canada, à tout le moins selon les données ontariennes et les signes d’infection répandue relevés dans l’est du pays.

Critère B (Aire de répartition peu étendue, et déclin ou fluctuation) :
S/O. Il n’existe aucune donnée sur le taux global de déclin, et la répartition est trop vaste et n’est pas fragmentée.

Critère C (Petite population totale et déclin) :
S/O. La population totale est trop grande.

Critère D (Très petite population ou aire de répartition limitée) :
S/O La population est trop grande, et l’aire d’occupation est trop élevée.

Critère E (Analyse quantitative) :
S/O