Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le noyer cendré au Canada

Taille et tendances des populations

Ontario 

Le programme Ontario Tree Atlas, lancé en 1996, vise à établir la répartition et l’abondance de chaque espèce d’arbre, selon une grille dont les carrés mesurent 100 km2 (figure 2). D’après le nombre des carrés où chaque classe d’effectif a été relevée, on peut obtenir une estimation très prudente d’environ 13 000 arbres pour l’effectif total du noyer cendré en Ontario. Il existe également 32 mentions de l’espèce dans les bases de données personnelles de Mike Oldham et de Wasyl Bakowsky, du Centre d’information sur le patrimoine naturel (CIPN) de l’Ontario. Par ailleurs, selon la base de données Natural Areas Database (NADb) du CIPN, le noyer cendré a été signalé dans 32 des zones naturelles de la province. Une autre base de données du CIPN, la Element Occurrence (EO) Database, renferme 17 mentions de l’espèce.

La Forest Gene Conservation Association (FGCA) a recueilli 500 mentions de l’espèce dans le cadre d’une enquête réalisée entre 1996 et 1998 par des bénévoles auprès de propriétaires fonciers. Nous n’avons pas tenu compte de ces mentions dans l’estimation de l’effectif total, afin d’éviter que les mêmes arbres soient comptés deux fois.


Nouveau-Brunswick

Au Nouveau-Brunswick, le noyer cendré a été jugé commun et indigène dans la vallée du fleuve Saint-Jean et dans la vallée supérieure de la Miramichi Sud-Ouest (Hinds, 2000). Selon la carte publiée par cet auteur, l’espèce serait présente dans ces deux vallées ainsi que dans celles de plusieurs grands affluents du bas Saint-Jean. Cependant, par rapport aux autres espèces d’arbres présentes dans la province, il vaudrait peut-être mieux considérer le noyer cendré comme peu commun, même s’il est abondant dans certains terrains inondables (Dwayne Sabine, comm. pers., 2003).

Le ministère des Ressources naturelles (MRN) du Nouveau-Brunswick ne tient pas de suivi particulier des occurrences du noyer cendré dans cette province. Le MRN note cependant la présence de l’espèce dans les parcelles d’échantillonnage permanentes qu’il a établies pour son inventaire forestier ainsi que dans les parcelles temporaires qu’il a établies pour son relevé sur la croissance des peuplements forestiers. Le noyer cendré a ainsi été observé dans 2 des parcelles permanentes et 29 des parcelles temporaires, c’est-à-dire dans environ 2 p. 100 des parcelles permanentes et 2 p. 100 des parcelles temporaires se trouvant dans l’aire de répartition principale du noyer cendré.


Figure 2 : Données de l’Ontario Tree Atlas sur le noyer cendré (arbres non plantés)

Figure 2 : Données de l’Ontario Tree Atlas sur le noyer cendré (arbres non plantés). Entre 1996 et 2000, les bénévoles ont noté l’abondance, selon une échelle comportant quatre classes d’effectif, de chacune des espèces d’arbres présentes dans le carré de 10 x 10 kilomètres qui leur a été assigné.

Entre 1996 et 2000, les bénévoles ont noté l’abondance, selon une échelle comportant quatre classes d’effectif, de chacune des espèces d’arbres présentes dans le carré de 10 x 10 km qui leur a été assigné.

Afin de préciser davantage le nombre de sites du noyer cendré existant au Nouveau-Brunswick et l’effectif de ces populations, nous avons interrogé à ce sujet cinq employés du MRN connaissant bien cette espèce et ayant une solide expérience de terrain à l’intérieur de son aire de répartition. Nous avons ainsi pu dresser une liste et une carte des sites connus de l’espèce dans la province. Comme ces données sont fondées sur des souvenirs de visites récentes qui ne visaient pas à dénombrer les noyers cendrés, il était difficile d’en tirer des informations sur l’abondance de l’espèce. Nous avons donc demandé aux employés de faire une estimation prudente du nombre d’individus matures selon une échelle exponentielle comportant les classes suivantes : 1-10, 11-100, 101-1 000 et « plus de 1 000 ». Dans le calcul des effectifs minimum et maximum d’arbres matures, nous avons attribué un maximum de 1 000 arbres à la catégorie « plus de 1 000 », pour obtenir une estimation prudente. Les occurrences ont été consignées en termes de sites ou peuplements distincts, sauf dans les secteurs où le noyer cendré était jugé répandu et abondant. Dans ces cas, nous avons noté que le noyer cendré présentait une grande aire d’occurrence, et nous avons fait une estimation prudente du nombre de sites ou peuplements existant dans cette zone (tableau 1).

Tableau 1 : Compilation des occurrences connues et estimation de l’effectif du noyer cendré au Nouveau-Brunswick
LocalitéEffectifNombre de sites ou peuplementsSuperficie et nature du terrainBassin hydrographique
111-1001 Saint-Jean
2101-1 0002île inondable de 97 haSaint-Jean
3101-1 0005île inondable de 536 haSaint-Jean
411-1001 Saint-Jean
511-1001 Saint-Jean
611-1001 Saint-Jean
711-1001 Saint-Jean
811-1001 Saint-Jean
9101-1 0004zone inondable de 220 haSaint-Jean
1011-1001 Saint-Jean
1111-1001 Saint-Jean
12plus de 1 00040zone inondable de 1 700Saint-Jean
1311-1005île inondable de 122 haSaint-Jean
14plus de 1 00010île inondable de 312 haSaint-Jean
151-101 Saint-Jean
16101-1 0001 Saint-Jean
17plus de 1 00030zone inondable de 1 600 haSaint-Jean
18plus de 1 00040zone inondable de 2 900 haSaint-Jean
19101-1 0001 Saint-Jean
2011-1005 Saint-Jean
2111-1001 Saint-Jean
2211-1001 Saint-Jean
23101-1 00010zone inondable et urbaine de 900 haSaint-Jean
241-101 Saint-Jean
2511-1001 Miramichi Sud-Ouest
2611-1001 Saint-Jean
2711-1001 Saint-Jean
2811-1001 Saint-Jean
29101-1 0001025 km de vallée fluvialeSaint-Jean
3011-1001 Saint-Jean
3111-1002 Saint-Jean
3211-1005 Saint-Jean
331-101 Saint-Jean
341-101 Saint-Jean
3511-1001 Saint-Jean
361-101 Saint-Jean
3711-1002 Saint-Jean
38101-1 0002025 km de vallée fluviale et de zone inondableSaint-Jean
3911-1002 Miramichi Sud-Ouest
40101-1 0002065 km de vallée fluviale et de zone inondableMiramichi Sud-Ouest
411-101 Saint-Jean
421-101 Saint-Jean
431-101 Saint-Jean
4411-1001 Saint-Jean
451-101 Saint-Jean
461-101 Saint-Jean
47plus de 1 0005040 km de vallée fluvialeSaint-Jean
48plus de 1 0005040 km de vallée fluvialeSaint-Jean
49101-1 0003045 km de vallée fluvialeSaint-Jean
501-101 Saint-Jean
Total7 241 – 17 411372  

Les employés interrogés connaissaient 50 secteurs où le noyer cendré est présent et ont estimé à environ 370 le nombre de sites ou peuplements distincts de l’espèce (tableau 2). Tous les secteurs où l’effectif estimatif de l’espèce était supérieur à 1 000 ont été considérés comme de grandes zones d’occurrence comptant chacune plusieurs sites. Parmi ces secteurs, quatre étaient des îles ou zones inondables occupant en tout 6 512 ha, et deux étaient des zones linéaires de vallée fluviale, de largeur inconnue mais mesurant en tout 80 km de longueur (tableau 1). Parmi les 10 secteurs ayant un effectif estimatif de 101 à 1 000 individus matures, quatre étaient des zones inondables occupant en tout 1 753 ha, et quatre étaient des zones linéaires de vallée fluviale mesurant en tout 160 km de longueur.

En additionnant séparément les effectifs minimaux et maximaux de tous les secteurs, on peut estimer que l’effectif total de l’espèce, au Nouveau-Brunswick, se situe entre 7 000 et 17 000 arbres matures. Étant donné le caractère exponentiel des classes d’effectif, l’effectif minimal constitue probablement la meilleure estimation de l’effectif total des sites que connaissaient les employés interrogés. Cependant, comme les sites connus des employés ne constituaient qu’une part, inconnue, des sites réels, cette valeur minimale demeure une estimation prudente de l’effectif de l’espèce au Nouveau-Brunswick.

Par la suite, nous nous sommes entretenus avec le botaniste du Centre de données sur la conservation du Canada atlantique, avec des naturalistes locaux ainsi qu’avec d’autres employés du MRN et avons examiné la carte publiée par Hinds (2000). Nous avons ainsi pu établir que le noyer cendré compte dans la province au moins 75 sites en plus de ceus mentionnés ci-dessus. Ces ajouts comprennent des sites situés dans les bassins de la Kennebecasis et de la Cannan (affluent du bas Saint-Jean) ainsi que quelques plantations dispersées dans l’ensemble de la province (Sabine, comm. pers., 2003).


Québec 

En ce qui concerne la répartition et l’abondance du noyer cendré au Québec, nous avons utilisé les données provenant des parcelles utilisées pour les inventaires forestiers et les relevés écologiques. Selon ces données, l’espèce serait présente dans 378 peuplements forestiers de la province, indiqués dans la figure 3, et elle constituerait au moins 25 p. 100 de la surface terrière ou du couvert forestier dans 39 de ces peuplements, indiqués dans la figure 4 (Saucier, comm. pers., 2002).

Les occurrences du noyer cendré ne font actuellement l’objet d’aucun suivi par le Centre de données sur le patrimoine naturel du Québec (Labrecque, comm. pers., 2002; Sean Blaney, comm. pers., 2002).