Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la taupe de Townsend (Scapanus townsendii) au Canada

Information sur l’espèce

Nom et classification

Les taupes appartiennent à la famille des Talpidés de l’ordre des Insectivores, qui comprend également les taupes-musaraignes et les desmans. Les taupes du Nouveau Monde font partie de la sous-famille des Talpinés. Il y a six espèces de taupes au Canada. Les deux espèces présentes en Colombie-Britannique sont la taupe de Townsend (Scapanus townsendii) et la taupe du Pacifique (S. orarius), qui ont toutes deux une aire de répartition limitée à la vallée du bas Fraser.

Il y a deux sous-espèces de taupe de Townsend. Le S. t. townsendii (Bachman) est présent dans la totalité de l’aire de répartition de l’espèce, y compris en Colombie-Britannique. Le S. t. olympicus (Yates et Johnson) vit en haute altitude dans les monts Olympic, dans l’État de Washington aux États-Unis.

Description

La taupe de Townsend, d’une longueur totale de 205 mm en moyenne (de 179 à 237 mm), est la plus grande taupe d’Amérique du Nord. Par comparaison, la taupe du Pacifique mesure 162 mm en moyenne. La longueur moyenne de la queue est de 38 mm (de 31 à 45 mm), et celle du pied postérieur, de 25 mm (de 23 à 29 mm). Les mâles pèsent environ 138 g (de 121 à 164 g) et les femelles, 113,5 g (de 96 à 122 g) (Nagorsen, 1996). Abstraction faite de la taille, la taupe de Townsend et la taupe du Pacifique ont une apparence semblable.

Le corps cylindrique est recouvert d’un pelage gris, court et doux, aux poils de longueur uniforme (au lieu du duvet accompagné de jarres chez nombre d’autres mammifères). Le pelage plie facilement dans toutes les directions, ce qui permet à la taupe de reculer dans des tunnels étroits. La mue automnale d’octobre donne au pelage une teinte plus foncée que celle d’été, acquise lors de la mue printanière d’avril (Banfield, 1974).

Le museau et les pieds sont roses et peu velus. Les narines sont situées en position dorsale sur le museau glabre. La formule dentaire est : 3/3, 1/1, 4/4, 3/3. Les larges pieds antérieurs, semblables à des pelles, ont la paume tournée vers l’extérieur et sont dotés de griffes longues et fortes adaptées au creusage de tunnels dans le sol. Les pieds postérieurs sont petits et se terminent par de courtes griffes. Les yeux sont petits, cachés sous le pelage et habituellement couverts par des paupières glabres (Banfield, 1974). Ces yeux vestigiaux, qui ne sont sensibles qu’à l’intensité de la lumière, ne voient pas les objets.

Les taupes sont rarement aperçues, mais les monticules de déblais qu’elles font en creusant leurs taupinières[1] dénotent leur présence.

Populations d’importance nationale

La population habitant le secteur de Huntingdon-Abbotsford (C.-B.) est la seule au Canada.

[1] N.D.T. Le terme « taupinière » peut désigner à la fois les monticules de déblais et le réseau de galeries habité par les taupes. Par souci de clarté, nous avons dans le présent rapport utilisé ce terme seulement dans ce dernier sens pour bien distinguer « monticule de déblais » et « taupinière ».