Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la taupe de Townsend (Scapanus townsendii) au Canada

Taille et tendances des populations

D’après l’information disponible – 28 spécimens récoltés depuis 1927 (tableau 1) et 16 territoires repérés dans le cadre de la présente mise à jour – il semble que la population soit stable dans le secteur de Huntingdon. Elle se serait même étendue quelque peu vers Abbotsford. Cette dernière population n’a été découverte qu’après un piégeage intensif effectué en 1995; il se pourrait qu’il y ait eu des taupes à cet endroit avant 1995 sans que nous le sachions. À l’automne 2001, des taupes de Townsend ont été capturées au terrain de golf Ledgeview et près de Marshall Road, à l’est d’Abbotsford (Sheehan, comm. pers.). Des monticules ont été vus aux mêmes endroits en mai 2002, pendant la présente étude. Si les activités de piégeage intensif s’étendaient plus à l’est, on constaterait peut-être que l’aire de répartition canadienne est plus grande qu’on ne le croit.

Tableau 1.  Spécimens de taupes de Townsend récoltés au Canada et catalogués dans les musées canadiens (d’après Sheehan et Galindo-Leal, 1996).
EmplacementAnnéeQuantité
Village, Huntingdon19275
Village, Huntingdon19801
Ferme Racey, Huntingdon19303
Ferme Racey, Huntingdon19341
Ferme Racey, Huntingdon19351
Ferme Racey, Huntingdon19421
Ferme Racey, Huntingdon19441
Ferme Racey, Huntingdon19451
Ferme Racey, Huntingdon19462
Ferme Racey, Huntingdon19471
Ferme Racey, Huntingdon19491
Ferme Racey, Huntingdon19763
Ferme Racey, Huntingdon19811
Ferme Racey, Huntingdon19951
Marshall Road. Abbotsford19951
Terrain de golf Ledgeview, Abbotsford19951
Terrain de golf Ledgeview, Abbotsford19952
Total27

 

La taupe de Townsend est moins répandue que la taupe du Pacifique, avec laquelle elle partage son aire de répartition au Canada. Des 25 spécimens récoltés pendant 1 308 nuits-pièges à 22 emplacements, trois étaient des taupes de Townsend et 22 étaient des taupes du Pacifique (Sheehan et Galindo-Leal, 1996). Des pièges permettant de capturer l’animal vivant ont été utilisés dans cette étude; ces pièges se bloquent souvent, ou les animaux les évitent, et c’est pourquoi la quantité de taupes capturées constitue une estimation peu fiable de la taille de la population.

Les estimations des densités de taupes de Townsend faites dans d’autres régions vont de 0,42 à 12 individus par hectare (Pedersen, 1963; Kuhn et al., 1966; Giger, 1973). Au Canada, la taupe de Townsend est à l’extrémité nord de son aire de répartition, donc une densité de 0,42 individu par hectare (ou 42 individus par kilomètre carré) y serait plus réaliste (Nagorsen, 1996). Sheehan et Galindo-Leal (1996) donnent une estimation approximative de 700 adultes au Canada. Ce chiffre est fondé sur la superficie des habitats appropriés, qui est de 13 km²  dans le secteur Huntingdon-Abbotsford, et sur une densité de 0,5 taupe par hectare, ce qui donne un total de 650 individus, arrondi à 700. Selon la présente étude, la densité reste faible, et il n’y a pas de motif justifiant une révision de cette estimation. Les adultes matures représenteraient entre 60 et 70 p. 100 de la population totale, ce qui équivaudrait à 420 à 490 taupes de Townsend adultes au Canada. Avec une moyenne de trois petits par femelle et d’un rapport mâles/femelles de 1:1, on pourrait conclure que les trois cinquièmes de la population sont des jeunes. En réalité, la proportion de jeunes serait moindre, car les adultes ne se reproduisent pas tous, la mortalité juvénile est forte pendant la dispersion et les adultes survivent de deux à trois ans en moyenne.

Il est difficile d’estimer avec précision la taille d’une population étant donné le caractère fouisseur des taupes. Il se pourrait que les taupes de Townsend soient plus abondantes dans des pâturages fertilisés avec du fumier de vache solide, qui rend les conditions plus favorables pour les lombrics (Pedersen, 1963).

Lors de travaux sur le terrain réalisés le 18 novembre 2001 et le 3 janvier 2002, les chercheurs se sont fiés aux dimensions des monticules et des tunnels pour différencier les territoires des taupes de Townsend de ceux des taupes du Pacifique, pour lesquelles ces dimensions sont plus petites (monticules de 30 cm sur 11 cm et tunnels de 3,6 cm de diamètre). Ces critères sont jugés fiables par Sheehan et Galindo-Leal (1997), et sont recommandés par le Resources Inventory Committee (B.C. Ministry of Environment, Lands and Parks, 2001).

Des 18 territoires de taupes repérés dans le secteur Huntingdon, dans le quadrilatère délimité par la frontière internationale, Riverside Road, Vye Road et Angus Road, trois semblaient être des territoires de taupes de Townsend, soit un rapport de 6:1 qui semble concorder avec les résultats de l’étude antérieure ayant utilisé le piégeage à capture vivante. Seize territoires de taupes de Townsend ont été repérés à partir de routes pendant la présente étude. Les résultats de la présente étude semblent indiquer une légère expansion de l’aire par rapport à ce qu’ont constaté Sheehan et Galindo-Leal (1996). Dans la présente étude, 137 territoires de taupes du Pacifique ont été trouvés dans la même zone et à l’extérieur du périmètre de l’aire de répartition de la taupe de Townsend. En 1995, des taupes de Townsend ont été capturées vivantes sur Marshall Road et au golf Ledgeview (Sheehan et Galindo-Leal, 1996). À l’automne 2001, des spécimens ont été capturés au moyen de pièges-pinces dans le même secteur (Sheehan, comm. pers.). L’espèce semble cependant absente du centre urbain d’Abbotsford.

Il existe environ 30 km² de loam limoneux dans la vallée du Fraser, notamment autour de Mission, où aucune taupe de Townsend n’a été vue. Le secteur Huntingdon/Abbotsford renfermerait quelque 20 km² de ce genre d’habitat, mais une partie de ce territoire est occupé par des habitations et des routes. Sheehan et Galindo-Leal (1996) estiment que la taupe de Townsend habite une zone de 13 km². D’autres habitats favorables contigus à cette zone se trouvent au sud, dans une bande de basses-terres associées au ruisseau Johnson et aux rivières Sumas et Nooksack, dans l’État de Washington (annexe D). Cette zone de basses terres, large de 4 km, s’étend depuis la frontière sur 9 km vers le sud-ouest, jusqu’à Nooksack (soit 36 km² d’habitat disponible) et au-delà. Une recherche effectuée en mai 2002 n’a pas permis de trouver de monticules de taupe de Townsend dans la ville de Sumas. On a repéré trois territoires dans un pâturage le long de la route 546, au sud-ouest de Huntingdon. Cependant, la construction de monticules est plus intense pendant l’hiver.

La ville d’Abbotsford et le fleuve Fraser, qui se trouvent entre Huntingdon et Mission, constitueraient des obstacles empêchant les taupes de Townsend d’accéder à l’habitat situé au nord et à l’est dans la région de Mission. Les sols de loam limoneux se prolongent dans l’État de Washington.

Les taupes du Pacifique réoccupent très rapidement les zones où elles ont été exterminées. Un champ de 60 ha a dû être piégé pendant neuf années consécutives avant que le nombre de taupes du Pacifique ne diminue de façon appréciable (Glendenning, 1969). Par contre, un champ d’où ont été éliminées les taupes de Townsend a été réoccupé par des taupes du Pacifique, et non par des taupes de Townsend (Pedersen, 1963).