Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la taupe de Townsend (Scapanus townsendii) au Canada

Facteurs limitatifs et menaces

Au Canada, la quantité d’habitats pouvant accueillir des taupes de Townsend se limite vraisemblablement à 20 km² répartis dans le secteur Huntingdon/Abbotsford (Sheehan et Galindo-Leal, 1996). Les principales menaces sont la détérioration des habitats par l’agriculture et l’exploitation urbaine. La taupe de Townsend est considérée comme nuisible par les agriculteurs, qui les éliminent de leurs champs cultivés et de leurs pâturages. Le labourage systématique et l’application régulière d’engrais et de pesticides pour la culture de légumes, de petits fruits et de fleurs créent des sols mal structurés, dans lesquels la biomasse de lombrics est plus faible. De plus, les pesticides et les équipements agricoles peuvent tuer directement les taupes.

L’exploitation urbaine menace de fragmentation les habitats agricoles. L’annexe contient trois photographies aériennes à une échelle de 1:15 000, montrant le secteur de Huntingdon et du Sumas Way jusqu’à Abbotsford; ces cartes sont datées de 1972, de 1983 et de 1996. La perte d’habitat due à l’exploitation urbaine est évidente, comme l’est le confinement de l’exploitation à un étroit couloir grâce à la réserve de terres agricoles (RTA); d’ailleurs, les terres agricoles hors des zones exploitées font toutes partie de la RTA. L’avenir des terres de la RTA est vulnérable à des changements possibles dans les gouvernements provinciaux et dans leurs priorités.

Entre 1976 et 1996, le taux de croissance moyen annuel composé de la population dans le district régional de la vallée du Fraser, qui comprend Abbotsford et Huntingdon, était de 3 à 4 p. 100, alors que la moyenne provinciale était de 2 p. 100 (www.bcstats.gov.bc.ca [a])(en anglais seulement). La croissance prévue de la population dans la région pour la période de 1996 à 2016 est de 1 à 2 p. 100, contre une moyenne provinciale de 1,4 p. 100 (www.bcstats.gov.bc.ca [b])(en anglais seulement). Une telle croissance de la population occasionnera une perte d’habitats de taupes à l’extérieur de la RTA.

La taille moyenne d’une ferme dans le secteur Huntingdon-Abbotsford est de 25 ha (British Columbia Ministry of Economic Development, 1986). Les terres agricoles du secteur font place à des habitations, mais les taupes peuvent vivre dans les pelouses si elles ne sont pas chassées activement. La vallée du bas Fraser comptait 300 000 ha faisant partie de la réserve de terres agricoles, dont 29 000 devaient être retranchés de la réserve en date de 2000 (Moore, 1990). La taupe de Townsend pourrait souffrir d’être limitée à un plus petit nombre de champs qui pourraient ne pas pouvoir subvenir aux besoins de toutes les espèces présentes et être le siège de nombreuses spirales d’extinction (Saunders et al., 1991).