Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et rapport de situation du COSEPAC sur l’hermine de la sous-espèce haidarum au Canada - Mise à jour

Résumé technique

Répartition

Zone d’occurrence : environ 9 500 km2 au Canada.

Zone d’occupation : non déterminée; la sous-espèce est probablement présente par intermittence dans une grande partie des îles, à faible densité.


Information sur les populations

Nombre total d’individus au Canada :inconnu.

Nombre d’individus matures (reproducteurs) au Canada : inconnu.

Durée d’une génération : 1 an.

Tendance de la population totale : probablement en déclin.

Nombre de populations connues : deux en tenant compte de la population génétiquement apparentée du sous-archipel Prince of Wales, situé dans le sud-est de l’Alaska, s’il est établi qu’elle appartient à la sous-espèce Haidarum; sinon, une seule.

La population totale est-elle fragmentée? Oui, s’il est établi que la population des îles du sud-est de l’Alaska appartient à la sous-espèce Haidarum. La population de Haida Gwaii peut être considérée comme formée de trois sous-populations en raison de la distance qui sépare les îles où elle est présente.

La sous-espèce connaît-elle des fluctuations d’effectif? On ne sait pas; d’autres sous-espèces d’hermine en connaissent.


Facteurs limitatifs et menaces

Les principaux facteurs limitatifs et menaces semblent les suivants :

    1. augmentation de la prédation par la martre d’Amérique, dont l’effectif a augmenté après l’introduction de mammifères dont la martre se nourrit, en particulier le cerf à queue noire, l’écureuil roux, le rat surmulot et le rat noir. L’incidence de la prédation est peut-être exacerbée par la disparition du couvert arbustif, brouté par le cerf à queue noire.

    2. ressources alimentaires naturellement limitées et absence totale de campagnols et de lemmings, proies auxquelles l’hermine est particulièrement adaptée.

    3. compétition par exploitation et par interférence avec une population accrue de martres et avec l’écureuil roux, le rat surmulot, le rat noir et le raton laveur, introduits à Haida Gwaii.


Potentiel de sauvetage

La sous-espèce existe-t-elle à l’extérieur du Canada? Oui, si la population du sous-archipel Prince of Wales appartient à la sous-espèce Haidarum.

Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible? Non. L’entrée Dixon, qui sépare l’archipel Haida Gwaii du sous-archipel Prince of Wales, est infranchissable pour l’hermine.

Les individus des populations étrangères les plus proches seraient-ils adaptés aux conditions canadiennes? Oui.

Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible pour les individus immigrants? Oui. Il faut noter que l’habitat seul, considéré indépendamment du risque de prédation et de la disponibilité de nourriture, n’est probablement pas un facteur limitatif pour l’hermine à Haida Gwaii.


Statut recommandé et justification

Espèce menacée

Sous-espèce très rare; effectif faible et probablement en déclin.

Population isolée des populations du continent et des populations du sud de l’archipel Alexander (Alaska), sans aucune possiblité de rétablissement par immigration.

Population de Haida Gwaii fragmentée en trois sous-populations.

On pense que l’effectif de la martre a augmenté à Haida Gwaii et que celle-ci est en compétition avec l’hermine pour certaines proies et qu’elle exerce une prédation sur l’hermine.