Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Noctuelle sombre des dunes au Canada

Répartition

Aire de répartition mondiale

Le C. longipenne est une espèce des Grandes Plaines, région géologiquement distincte qui traverse le centre de l’Amérique du Nord (Trimble, 1990). Elle se trouve depuis le sud du Manitoba, la Saskatchewan et l’Alberta jusque dans l’ouest du Texas et le sud du Nouveau-Mexique (figure 2). Parmi les localités où l’espèce est présente, Saskatoon (Saskatchewan) est la plus septentrionale, et la région de Paducah (centre-nord du Texas), le plus méridionale. La superficie de la zone d’occurrence mondiale est estimée à 1 258 285 km2.


Figure 2 : Répartition du C. longipenne en Amérique du Nord

Figure 2. Répartition du C. longipenne en Amérique du Nord.

Les sites occupés par l’espèce sont représentés par des cercles pleins. La zone d’occurrence est délimitée par la ligne noire entourant ces cercles.


Aire de répartition canadienne

La superficie estimée de la zone d’occurrence canadienne, calculée à l’aide d’un polygone convexe minimal incluant toutes les localités connues au Canada, s’élève à 164 480 km2. À l’exception de la population établie dans la région de Brandon (Manitoba), toutes les populations connues de l’espèce se trouvent dans le triangle de Palliser, zone de prairie sèche à graminées courtes qui s’étend de l’extrémité sud-ouest du Manitoba au centre-sud de l’Alberta et, vers le nord, jusqu’à Lloydminster (Saskatchewan) (Barendregt et al., 1988). Le triangle de Palliser est la région la plus sèche des Prairies canadiennes. Aucun adulte n’a été capturé plus au nord en dépit de séances de piégeage lumineux répétées effectuées dans des zones de dunes à proximité de North Battleford (Saskatchewan) et de Wainwright (Alberta). L’espèce a cependant déjà été observée dans le passé non loin de là, près de Rivercourse (Alberta). Sur le plan écologique, la majeure partie de l’aire de répartition canadienne du C. longipenne est incluse dans l’écorégion de la prairie mixte de l’écozone des Prairies (Marshall et Schut, 1999). La population du Manitoba se trouve dans l’écorégion de la tremblaie-parc de l’écozone des Prairies. La zone d’occupation maximale au Canada est estimée à 126 km2. La zone d’occupation englobe les zones de dunes dénudées abritant ou soupçonnées d’abriter des populations comprises à l’intérieur de l’aire de répartition canadienne de l’espèce, telle que mesurée à l’aide d’une grille de 1 km superposée à une image satellitaire Landsat acquise en 2000; les carreaux de grille incluant des dunes exposées ont été considérés comme occupés.L’espèce est cependant incontestablement absente de certaines régions pourtant apparemment favorables. La zone d’occupation des populations connues est estimée à moins de 50 km2.

Depuis 1922, le C. longipenne a été trouvé au Canada dans 12 localités représentant autant de populations (figure 3; annexe 1) : 5 en Alberta, 6 en Saskatchewan, et 1 au Manitoba. Au total, 3 de ces 12 populations ont été découvertes par N.A. Page en 2004–2005 dans le sud de la Saskatchewan (Dundurn, Cramersburg et Seward Sand Hills), et 1 nouvelle population a été trouvée par B.C. Schmidt à Dune Point, dans le sud de l’Alberta (annexe 1). Le C. longipenne est peut-être présent à d’autres endroits dans le sud des Prairies canadiennes. La figure 3 montre 4 localités comportant des dunes actives susceptibles d’abriter des populations de C. longipenne.

On ignore si l’espèce a disparu de certains sites anciennement occupés. Il n’y a plus de dunes actives dans la région de Lethbridge, et il est peu probable que la population qui y a été observée en 1922 s’y trouve encore. La stabilisation des dunes par la végétation dans les Middle Sand Hills et dans d’autres régions pourrait avoir causé la disparition de certaines populations ou sous-populations de la noctuelle.


Figure 3 : Répartition du C. longipenne au Canada

Figure 3. Répartition du C. longipenne au Canada.

Les cercles pleins désignent les localités où l’espèce est reconnue comme présente. Les cercles évidés indiquent l’emplacement des sites de dunes ou de prairie sèche échantillonnés en 2004–2005 où aucun adulte n’a été capturé. Les triangles montrent les localités qui, d’après des observations effectuées sur le terrain ou une interprétation de photos aériennes, pourraient abriter l’espèce. Des populations de C. longipenne pourraient être présentes dans d’autres localités.


Structure des populations

Le C. longipenne est associé aux dunes actives ou au creux de déflation à couvert végétal clairsemé. Ces dunes et creux sont généralement répartis en îlots isolés à l’intérieur de zones de prairie sableuse et sèche plus vastes. Les dunes actives sont souvent regroupées parce que les caractéristiques de leur substrat et les processus physiques qui les façonnent sont semblables. Au Canada, les Great Sand Hills, dans le sud-ouest de la Saskatchewan, forment la plus grande région de dunes actives. On y retrouve quatre groupes de dunes actives.

La structure des populations du C. longipenne reflète la répartition spatiale des caractéristiques des dunes aux échelles régionale et locale. Les populations occupent probablement un certain nombre de dunes actives à l’intérieur d’un paysage formé de dunes stables, semi-stables et actives. Elles sont probablement capables de se disperser entre dunes voisines (c.-à-d. séparées par des distances de 250 à 1 000 m), mais cette hypothèse demeure à confirmer. En revanche, leur dispersion entre champs de dunes régionalement isolés apparaît au mieux comme un phénomène très rare. Toutefois, le fait que le C. longipenne ait recolonisé le sud des Prairies canadiennes après la dernière période glaciaire sous-entend que l’espèce est capable de se disperser sur de grandes distances. La figure 4 montre la répartition des champs de dunes et des habitats sableux dans le sud-ouest de la Saskatchewan et la répartition des dunes actives dans un secteur représentatif des Great Sand Hills. Les secteurs qui se trouvent entre les zones de dunes ne conviennent vraisemblablement pas au C. longipenne, car les sols y sont différents et font l’objet d’une exploitation agricole.


Figure 4 : Répartition régionale et locale des dunes dans le sud-ouest de la Saskatchewan

Figure 4. Répartition régionale et locale des dunes dans le sud-ouest de la Saskatchewan.

Image Landsat acquise en 2000. La carte présentée en médaillon montre des dunes actives (taches blanches) dans une portion des Great Sand Hills, près de Liebenthal, en Saskatchewan (groupes de dunes Straw Road). Les habitats sableux (taches foncées) se détachent nettement contre le paysage à vocation agricole intensive.