Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’adiante cheveux-de-Vénus au Canada - Mise à jour 2000

Résumé

Adiante cheveux-de-Vénus
Adiantum capillus-veneris

Description

L’adiante cheveux-de-Vénus (Adiantum capillus-veneris) est une fougère délicate qui se propage par un rhizome mince et ramifié recouvert de petites écailles brunes effilées. Les feuilles (frondes), lâches ou retombantes, sont dispersées le long du rhizome. Dans chaque fronde, l’axe central du limbe prolonge de manière continue le pétiole qui est noir violacé. Le limbe est habituellement bipenné, comportant de chaque côté de son axe central de 5 à 12 segments primaires (pennes) alternes, chacun desquels comporte lui-même un axe central avec, de chaque côté, jusqu’à environ six segments secondaires (pinnules). Le sommet de chaque pinnule est large, arrondi et bordé de plusieurs dents arrondies, tandis que la base de la pinnule s’effile jusqu’à un pétiolule court et délicat. Les pinnules ressemblent ainsi à de minuscules feuilles de ginkgo. Dans le cas des frondes fertiles, les sporanges sont réunis à la surface inférieure des pinnules sous des replis protecteurs (indusies) ayant la forme de croissants.

Répartition

L’adiante cheveux-de-Vénus est une espèce commune et très répandue dans les régions chaudes du Sud des États-Unis ainsi qu’au Mexique. L’espèce est également présente en Amérique du Sud, en Afrique du Sud, en Australie et dans les régions chaudes d’Eurasie. Au Canada, l’adiante cheveux-de-Vénus a été trouvé dans un seul endroit, à la source thermale de Fairmont Hot Springs, dans le Sud-Est de la Colombie-Britannique, soit à un millier de kilomètres au nord de son aire principale.

Habitat

Au Canada, l’espèce pousse sur un substrat rocheux mouillé, poreux et riche en calcaire, constitué de dépôts minéraux produits par une source thermale. La chaleur de l’eau crée également un microclimat doux qui favorise la croissance de la fougère.

Biologie générale

L’adiante cheveux-de-Vénus est une fougère délicate qui pousse normalement dans les terrains suintants et sur les falaises humides, sous un climat tropical ou tempéré-chaud. La fougère arrive à survivre dans son site canadien grâce au microclimat et au substrat favorables créés par la source thermale. Cependant, à cause de l’apport insuffisant en eau de source dans le milieu, la fougère a perdu de sa vigueur et ne produit plus de spores (propagules produisant les petites plantes qui portent les organes sexuels de la fougère). Par ailleurs, en raison de son aspect délicat, l’espèce est souvent cultivée en serre.

Taille et tendances de la population

L’espèce était encore relativement abondante aux alentours de la source thermale il y a une cinquantaine d’années. En 1996, la population ne comptait plus qu’un petit groupe de 16 frondes stériles.

Facteurs limitatifs et menaces

Le principal facteur limitatif semble être l’apport insuffisant en eau de source chaude dans le milieu, qui ne permet plus de maintenir le microclimat doux ainsi que le substrat rocheux minéralisé et mouillé dont la fougère a besoin.

Protection actuelle

L’espèce ne jouit d’aucune protection officielle, mais figure sur la liste rouge provinciale établie par le gouvernement de la Colombie-Britannique.


MANDAT DU COSEPAC

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) détermine la situation, à l’échelle nationale, des espèces, sous-espèces, variétés et populations (importantes à l’échelle nationale) sauvages jugées en péril au Canada. Les désignations peuvent être attribuées aux espèces indigènes des groupes taxinomiques suivants : mammifères, oiseaux, amphibiens, reptiles, poissons, mollusques, lépidoptères, plantes vasculaires, lichens et mousses.

COMPOSITION DU COSEPAC

Le COSEPAC est formé de représentants des organismes provinciaux et territoriaux responsables des espèces sauvages, de quatre organismes fédéraux (Service canadien de la faune, Agence Parcs Canada, ministère des Pêches et des Océans et Partenariat fédéral en biosystématique) et de trois organismes non gouvernementaux, ainsi que des coprésidents des groupes de spécialistes des espèces. Le comité se réunit pour examiner les rapports sur la situation des espèces candidates.

DÉFINITIONS

 

Espèce : Toute espèce, sous-espèce, variété ou population indigène de faune ou de flore sauvage géographiquement définie.

Espèce disparue (D) : Toute espèce qui n’existe plus.

Espèce disparue du Canada (DC) : Toute espèce qui n’est plus présente au Canada à l'état sauvage, mais qui est présente ailleurs.

Espèce en voie de disparition (VD)* : Toute espèce exposée à une disparition ou à une extinction imminente.

Espèce menacée (M) : Toute espèce susceptible de devenir en voie de disparition si les facteurs limitatifs auxquels elle est exposée ne sont pas renversés.

Espèce préoccupante (P)** : Toute espèce qui est préoccupante à cause de caractéristiques qui la rendent particulièrement sensible aux activités humaines ou à certains phénomènes naturels.

Espèce non en péril (NEP)*** : Toute espèce qui, après évaluation, est jugée non en péril.

Données insuffisantes (DI)**** : Toute espèce dont le statut ne peut être précisé à cause d’un manque de données scientifiques.

* : Appelée « espèce en danger de disparition » jusqu’en 2000.

** : Appelée « espèce rare » jusqu’en 1990, puis « espèce vulnérable » de 1990 à 1999.

*** : Autrefois « aucune catégorie » ou « aucune désignation nécessaire ».

**** : Catégorie « DSIDD » (données insuffisantes pour donner une désignation) jusqu’en 1994, puis « indéterminé » de 1994 à 1999.

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a été créé en 1977, à la suite d’une recommandation faite en 1976 lors de la Conférence fédérale-provinciale sur la faune. Le comité avait pour mandat de réunir les espèces sauvages en péril sur une seule liste nationale officielle, selon des critères scientifiques. En 1978, le COSEPAC (alors appelé CSEMDC) désignait ses premières espèces et produisait sa première liste des espèces en péril au Canada. Les espèces qui se voient attribuer une désignation lors des réunions du comité plénier sont ajoutées à la liste.

Environment Canada         Environnement Canada

Canadian Wildlife Service          Service canadien de la faune

Le Service canadien de la faune d’Environnement Canada assure un appui administratif et financier complet au Secrétariat du COSEPAC.