Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’adiante cheveux-de-Vénus au Canada - Mise à jour 2000

Facteurs limitatifs

L’Adiantum capillus-veneris doit sa présence au Canada à une source thermale qui améliore localement le microclimat. À une telle latitude, l’espèce ne pourrait simplement pas survivre sans la présence de cette eau chaude. La principale cause de perte d’habitat a été le détournement de l’eau de la source, par les propriétaires de l’établissement de villégiature, vers les piscines aménagées pour le bain. En 1982, la dernière population connue ne survivait qu’à la faveur d’une fuite dans le tuyau amenant l’eau chaude à ces piscines (Brunton, 1984).

Par ailleurs, la notoriété de l’espèce à titre de fougère très rare attire de nombreux naturalistes et amateurs de fougères, ce qui expose le site à un certain risque d’être endommagé par mégarde.