Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la fabronie naine (Fabronia pusilla) au Canada

COSEPAC Résumé

Fabronie naine
Fabronia pusilla

Information sur l’espèce

Le Fabronia pusilla est une mousse rampante minuscule dont les petites feuilles sont bordées de dents souvent pluricellulaires ressemblant à des cils. Les feuilles se terminent par une longue arête incolore. Le F. pusilla a parfois été inclus dans le Fciliaris, mais il se distingue de cette espèce par les caractéristiques susmentionnées des dents de ses feuilles.

Répartition

À l’échelle mondiale, le Fabronia pusilla est présent d’une part dans l’Ouest de l’Amérique du Nord et d’autre part, en Europe de l’Ouest et en Afrique du Nord, principalement dans des régions à climat méditerranéen. Au Canada, il n’a été trouvé que dans deux localités, soit au mont Sumas, à l’est d’Abbotsford, et près du lac Arrow inférieur, dans la vallée du Kootenay. Le site du lac Arrow est maintenant submergé à cause d’un barrage, et l’espèce n’a pas été récoltée à cet endroit depuis la fin du 19e siècle. Les populations canadiennes semblent constituer la limite nord de la répartition de l’espèce, qui est plus répandue et plus commune vers le sud.

Habitat

En Colombie-Britannique, le Fabroniapusillan’a été récolté que sur des parois rocheuses et dans des crevasses. Ailleurs, il a été observé sur la roche et sur des arbres, dans des milieux qui sont secs une partie de l’année. En Colombie-Britannique, l’habitat semble stable.

Biologie

Le Fabronia pusilla est une mousse vivace rampante qui pousse sur la roche ou l’écorce semi-exposées. La plante est autoïque et produit fréquemment des sporophytes dans toute son aire de répartition. Les deux spécimens récoltés au mont Sumas comportent des sporophytes.

Taille et tendances des populations

L’espèce n’a pas été trouvée dans le cadre de la préparation du présent rapport, et aucune information démographique détaillée n’avait été recueillie au moment de la première récolte, en 1968.

Facteurs limitatifs et menaces

Les incendies de forêt, la dégradation de la paroi rocheuse et la compétition exercée par les mousses plus grandes auxquelles est associé le Fabronia pusilla constituent pour cette espèce des menaces potentielles, mais sans doute mineures.

Importance de l’espèce

Le Fabronia pusilla est relativement répandu dans les parties méridionales de son aire de répartition nord-américaine, mais elle devient moins commune vers le nord et est rare dans le Sud de la Colombie-Britannique.

Protection actuelle ou autres désignations

Aucune loi, réglementation, règle coutumière ou circonstance particulière ne protège actuellement les populations canadiennes du Fabronia pusilla. À l’échelle mondiale, l’espèce est provisoirement considérée de commune à très commune (G5?). En Colombie-Britannique, elle est cotée S1 et figure sur la Liste rouge de la province. En Oregon, l’espèce est cotée S1.

Sommaire du rapport de situation

Le seul site canadien actuel du Fabronia pusilla a fait l’objet de relevés intensifs en 2001, mais ces relevés n’ont pas permis de retrouver l’espèce. Cependant, il est possible qu’elle soit toujours présente dans cette localité, parce que celle-ci compte une grande étendue de milieux propices et qu’il est difficile de repérer la plante sur le terrain, étant donné sa petite taille et le fait qu’elle pousse avec d’autres espèces. Ces facteurs pourraient également expliquer la rareté apparente de l’espèce au Canada.

Mandat du COSEPAC

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) détermine le statut, au niveau national, des espèces, des sous-espèces, des variétés et des populations sauvages  canadiennes importantes qui sont considérées comme étant en péril au Canada. Les désignations peuvent être attribuées à toutes les espèces indigènes des groupes taxinomiques suivants : mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens, poissons, lépidoptères, mollusques, plantes vasculaires, mousses et lichens.

Composition du COSEPAC

Le COSEPAC est composé de membres de chacun des organismes fauniques des gouvernements provinciaux et territoriaux, de quatre organismes fédéraux (Service canadien de la faune, Agence Parcs Canada, ministère des Pêches et des Océans, et le Partenariat fédéral sur la biosystématique, présidé par le Musée canadien de la nature), de trois membres ne relevant pas de compétence, ainsi que des coprésident(e)s des sous-comités de spécialistes des espèces et des connaissances traditionnelles autochtones. Le Comité se réunit pour étudier les rapports de situation des espèces candidates.

Définitions

Espèce
Toute espèce, sous-espèce, variété ou population indigène de faune ou de flore sauvage géographiquement définie.
Espèce disparue (D)
Toute espèce qui n’existe plus.

Espèce disparue du Canada (DC)
Toute espèce qui n’est plus présente au Canada à l'état sauvage, mais qui est présente ailleurs.

Espèce en voie de disparition (VD)Note de bas de page1
Toute espèce exposée à une disparition ou à une extinction imminente.

Espèce menacée (M)
Toute espèce susceptible de devenir en voie de disparition si les facteurs limitatifs auxquels elle est exposée ne sont pas renversés.

Espèce préoccupante (P)Note de bas de page2
Toute espèce qui est préoccupante à cause de caractéristiques qui la rendent particulièrement sensible aux activités humaines ou à certains phénomènes naturels.

Espèce non en péril (NEP)Note de bas de page3
Toute espèce qui, après évaluation, est jugée non en péril.

Données insuffisantes (DI)Note de bas de page4
Toute espèce dont le statut ne peut être précisé à cause d’un manque de données scientifiques.

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a été créé en 1977, à la suite d’une recommandation faite en 1976 lors de la Conférence fédérale-provinciale sur la faune. Le comité avait pour mandat de réunir les espèces sauvages en péril sur une seule liste nationale officielle, selon des critères scientifiques. En 1978, le COSEPAC (alors appelé CSEMDC) désignait ses premières espèces et produisait sa première liste des espèces en péril au Canada. Les espèces qui se voient attribuer une désignation lors des réunions du comité plénier sont ajoutées à la liste.

Le Service canadien de la faune d’Environnement Canada assure un appui administratif et financier complet au Secrétariat du COSEPAC.

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Appelée « espèce en danger de disparition » jusqu’en 2000.

Retour à la référence de la note de bas de page1

Note de bas de page 2

Appelée « espèce rare » jusqu’en 1990, puis « espèce vulnérable » de 1990 à 1999.

Retour à la référence de la note de bas de page2

Note de bas de page 3

Autrefois « aucune catégorie » ou « aucune désignation nécessaire ».

Retour à la référence de la note de bas de page3

Note de bas de page 4

Catégorie « DSIDD » (données insuffisantes pour donner une désignation) jusqu’en 1994, puis « indéterminé » de 1994 à 1999.

Retour à la référence de la note de bas de page4