Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le saumon chinook population de l’Okanagan, au Canada

Résumé technique

Oncorhynchus tshawytscha

Nom courant : saumon chinook, population de l’Okanagan
Chinook Salmon, Okanagan population

Répartition au Canada : Colombie-Britannique (rivière Okanagan, lac Osoyoos, côte du Pacifique)


Information sur la répartition

Superficie de la zone d’occurrence (km2) au Canada (phase dulcicole au Canada)
Environ 16 km2 (rivière Okanagan et lac Osoyoos)


Préciser la tendance (en déclin,
stable, en expansion, inconnue)

Peut-être stable


Y a–t-il des fluctuations extrêmes
dans la zone d’occurrence (ordre de grandeur > 1)?

Peu probable



Superficie de la zone d’occupation (km2) (phase dulcicole au Canada)

Environ 15 km2 (adultes et juvéniles)


Préciser la tendance (en déclin, stable, en expansion, inconnue).

En déclin dans la zone de grossissement adéquate dans le lac

Y a–t-il des fluctuations extrêmes
dans la zone d’occupation (ordre de grandeur > 1)?

Non



Nombre d’emplacements actuels connus ou inférés.

Un (rivière et lac)


Préciser la tendance du nombre d’emplacements (en déclin, stable,
en croissance, inconnue).

Aucune



Y a–t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’emplacements (ordre de grandeur > 1)?

Non



Tendance de l’habitat : préciser la tendance de l’ère, de l’étendue ou de la qualité de l’habitat (en déclin, stable, en croissance ou inconnue).

En croissance dans la rivière; probablement en déclin dans le lac



Information sur la population

Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la population : indiquer en années, en mois, en jours, etc.)
Individus anadromes : 4,5 ans; non anadromes : 2 ans


Nombre d’individus matures (reproducteurs) au Canada (ou préciser une gamme de valeurs plausibles).

Probablement moins de 50 (y compris les individus anadromes et non anadromes)

Tendance de la population quant au nombre d’individus matures : en déclin, stable, en croissance ou inconnue.

Peut-être stable pour des nombres très faibles


S’il y a déclin, % du déclin au cours des dernières/prochaines dix années ou trois générations, selon la plus élevée des deux valeurs (ou préciser s’il s’agit d’une période plus courte).

Effondrement historique, probablement en raison de la surpêche et des barrages



Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures (ordre de grandeur > 1)?

Non



La population totale est‑elle très fragmentée (la plupart des individus se trouvent dans de petites populations, relativement isolées [géographiquement ou autrement] entre lesquelles il y a peu d’échanges, c.-à-d. migration réussie de ≤ 1 individu/année)?

Une population (le chinook de l’Okanagan est isolé génétiquement et démographiquement de toutes les autres populations de saumons chinooks au Canada; reçoit vraisemblablement un flux génétique des États-Unis)


Énumérer les populations et donner le nombre d’individus matures dans chacune.

Non disponible



Préciser la tendance du nombre de populations (en déclin, stable, en croissance, inconnue).

Non disponible



Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations (ordre de grandeur > 1)?

Non disponible



Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou les habitats)

- mortalité des juvéniles et des adultes due aux barrages américains sur le fleuve Columbia
- exploitation des pêcheries dans l’océan et les rivières
- habitat de fraye et de grossissement restreint au Canada en raison du barrage
- dégradation de l’habitat des juvéniles (lac Osoyoos); perte de l’habitat de fraye des adultes et de grossissement des juvéniles (rivière)
- prédateurs, y compris les espèces exotiques
- projets d’écloserie et dépression potentielle consécutive à des croisements distants


Effet d’une immigration de source externe) : Important

L’espèce existe-t-elle ailleurs (au Canada ou à l’extérieur)?
Oui (mais cette unité désignable est génétiquement distincte de toutes les autres unités désignables canadiennes)

Statut des populations de l’extérieur?

Candidates à la liste de l’État de Washington.

Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?

Des adultes provenant d’écloseries américaines ont été observés au  Canada. La preuve génétique laisse penser que des individus de la population américaine ont contribué à la  reproduction au Canada.

Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada?

Inconnu


Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible au Canada pour les individus immigrants?

Peut-être



Analyse quantitative


Statut et justification de la désignation

Statut : Espèce menacée
Code alphanumérique : Correspond aux critères de la catégorie « en voie de disparition », D1, mais désignée « menacée » en raison d'une immigration de source externe. Correspond aux critères de la catégorie « menacée » D1+2.

Justification de la désignation : Le saumon chinook de la population de l’Okanagan constitue la seule population restante de cette espèce dans le bassin du fleuve Columbia au Canada, qui est distincte de toutes les autres populations de saumon chinook du Canada du point de vue géographique, reproductif et génétique. Cette population est composée d’individus anadromes qui migrent à destination et en provenance de l’océan Pacifique par le fleuve Columbia et d’autres individus qui demeurent dans le lac Osoyoos. La population de saumon chinook de l’Okanagan a déjà été suffisamment grande pour permettre une importante pêche vivrière et commerciale avant l’établissement de peuples non autochtones. La population occupait auparavant la région comprise entre le lac Osoyoos et le lac Okanagan, mais le barrage McIntyre en a bloqué l’accès; le saumon est aujourd’hui limité à l’aval du barrage et au lac Osoyoos. En plus d’avoir subi cette perte d’habitat, la population a connu un déclin en raison de la surpêche historique dans le fleuve Columbia et de la mortalité de juvéniles et d’adultes attribuable aux barrages en aval du fleuve. Les pêches océaniques, la détérioration de la qualité des habitats restants au Canada et la venue de nouveaux prédateurs et compétiteurs, comme des poissons non indigènes, ont également contribué à l’épuisement actuel de la population. Des données génétiques indiquent clairement une reproduction et une maturation réussies chez des individus de cette population, mais également que cette petite population possède une diversité génétique semblable à celle de populations beaucoup plus grandes dans les régions adjacentes du bassin du Columbia et qu’elle est étroitement liée à ces populations. Les données génétiques ainsi que la présence de poissons provenant d’alevinières dans la partie canadienne de la rivière Okanagan indiquent qu’il est très probable que des individus provenant d’autres endroits du cours supérieur du bassin du Columbia aient contribué de façon reproductive à la population. Avec moins de 50 adultes reproducteurs, la population est aujourd’hui menacée de disparition en raison de la perte d’habitat, de l’exploitation et des facteurs stochastiques, mais pourrait également faire l’objet d’une immigration de populations se trouvant dans des endroits adjacents du bassin du Columbia.


Applicabilité des critères

Critère A (Population globale en déclin) :
Ne s’applique pas, car le pourcentage du déclin  dans un passé récent est inconnu; toutefois, on sait que la population ne s’est pas rétablie après un important déclin dans les années 1880.

Critère B (Petite aire de répartition, et déclin ou fluctuation) :
Ne s’applique pas, car le déclin dans un passé récent est inconnu; toutefois, on sait que la répartition est considérablement réduite en raison de la construction d’un barrage canadien.

Critère C (Petite population globale et déclin) :
Ne s’applique pas, car le pourcentage du déclin est inconnu.

Critère D (Très petite population ou aire de répartition limitée) :
Correspond au critère de la catégorie « en voie de disparition », D1 (moins de 250 individus matures. L’estimation actuelle de N est inférieure à 50 individus. Correspond au critère de la catégorie « menacée », D1+2 (moins de 1 000 individus et zone d’occupation inférieure à 20 km2). L’habitat de fraye et de grossissement en eau douce est de 15 km2.

Critère E (Analyse quantitative) :
S.O.