Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le stylophore à deux feuilles au Canada – Mise à jour

Habitat

Besoins en matière d’habitat 

Le Stylophorum diphyllum est une plante caractéristique des forêts riches. Parmi les données sur l’habitat mentionnées se rapportant aux spécimens d’herbier collectés dans l’ensemble de l’aire de répartition figurent les bois riches en espèces, les ravins et les versants boisés, les ruisseaux sylvestres, les fonds de ravin et la base d’escarpements. La plupart des spécimens récoltés semblent provenir de ravins et de versants, mais il s’agit sans doute d’un artéfact en raison des caractéristiques de répartition de ce qui reste des terres boisées qui se trouvent sur des terres impropres à l’agriculture. Au nombre des descriptions plus précises de l’habitat comportant de l’information sur les conditions édaphiques figurent « bois riches et humides de hêtres », « bois calcaires riches », « versants et terrasses calcaires », « bois riches humides », « versants mésiques » et « bois d’érables et de hêtres sur sable loameux ». Selon les descriptions supplémentaires fournies par Kiger (1997), l’espèce pousse aussi dans les fourrés, les landes à thuya, les dunes ombragées et, parfois, les champs, souvent en terrain incliné, sur sol loameux ou sableux.

En Ontario, les trois populations se trouvent sur des terrains boisés mésiques riches de feuillus mixtes, sur argile loameuse issue de till calcaire d’origine glaciaire. Deux de ces populations (de London et de Fanshawe) se trouvent sur des berges inclinées de la Thames, tandis que la troisième (d’Ilderton) se trouve sur une plaine de till assez éloignée de tout cours d’eau. À London et à Ilderton, des individus isolés poussent dans des milieux perturbés (dans des remblais et des rejets de drainage, respectivement) voisins de la population principale. En milieu naturel, le Stylophorum diphyllum pousse habituellement sous ombre complète, tandis qu’en culture la plante peut prospérer sous ensoleillement partiel (obs. pers.). L’habitat paraissant propice au Stylophorum diphyllum semble être beaucoup plus répandu et étendu que ne le sont, même localement, les populations elles-mêmes de l’espèce.

Les populations de l’Ontario se trouvent sous couvert forestier d’érable à sucre (Acer saccharum), de frêne blanc (Fraxinus americana), de hêtre à grandes feuilles (Fagus grandifolia), de cerisier tardif (Prunus serotina) et de micocoulier occidental (Celtis occidentalis). Les plus grands arbres mesurent environ 40 cm de diamètre à hauteur d’homme. La strate arbustive est clairsemée à dense, le couvert forestier étant constitué principalement de cerisiers de Virginie (Prunus virginiana) et de gaules. Là où le Stylophorum diphyllum est présent, il est souvent l’espèce dominante de la strate herbacée, les plantes les plus proches étant souvent d’autres individus de l’espèce. La strate herbacée renferme également de nombreuses espèces du cortège caractéristique des bois riches, comme le caulophylle faux-pigamon (Caulophyllum thalictroides), l’hydrophylle de Virginie (Hydrophyllum virginianum), l’hydrophylle du Canada (H. canadense), l’érythrone d’Amérique (Erythronium americanum), l’asaret du Canada (Asarum canadense), la verge d'or à tige flexible (Solidago flexicaulis), l’élyme étalé (Elymus hystrix), l’impatiente du Cap (Impatiens capensis), la smilacine à grappes (Maianthemum racemosum) et le petit prêcheur (Arisaema triphyllum). Une espèce exotique envahissante, l’alliaire officinale (Alliaria petiolata), est également présente dans deux des sites (Bowles, données inédites).

Tendances en matière d’habitat 

À London, une coupe forestière intensive suivie d’un remblayage a fortement réduit la superficie de l’habitat connu du Stylophorum diphyllum en 1993. Depuis, la population restante s’est un peu étendue. L’érosion et le dépôt de sédiments dans la vallée du ruisseau et au bord du remblai endommagent les individus isolés durant certaines tempêtes. L’ouverture du couvert causée par l’abattage d’arbres et la mortalité d’arbres causée par les travaux de remblayage ont été suivies par une croissance dense de gaules. On ne sait pas exactement quels ont été les effets globaux des modifications du couvert forestier.

À Fanshawe, bon nombre des arbres entourant le site où se trouve le Stylophorum diphyllum sont morts au cours des cinq dernières années, ce qui a créé des ouvertures dans le couvert et laissé une quantité considérable de débris ligneux grossiers. La croissance des arbustes du sous-étage (principalement le Prunus virginiana) a augmenté et fait peut-être de l’ombre sur le peuplement d’origine. L’Alliaria petiolata est abondant dans ce site, mais son abondance semble avoir diminué légèrement à proximité de l’aire du Stylophorum diphyllum,peut-être grâce aux mesures d’atténuation consistant à arracher les rosettes de cette plante envahissante qui se trouvent près des individus de S. diphyllum. Ces changements survenus dans l’habitat ont peut-être aussi eu un effet sur les populations de souris (qui consomment les graines de la plante) et de fourmis (qui dispersent ces graines) ainsi que sur la quantité d’ombre, la compétition, les traitements du sol et les mycorhizes. Au cours des deux dernières années, le recrutement a soudainement augmenté dans ce site.

À Ilderton, la population se trouve au bord d’une érablière exploitée. Outre la construction d’un canal de drainage municipal à proximité, l’aménagement du site a très peu changé au cours des 30 dernières années. Les rejets du canal ont procuré des sites de recrutement au Stylophorum diphyllum.

Protection et propriété 

Les sites de London et d’Ilderton sont situés sur des terrains privés. Le site de London se trouve à l’intérieur de la zone de croissance de 30 ans prévue pour la ville de London, et le lotissement est en cours dans les environs. Un plan d’aménagement communautaire en préparation pour le secteur devrait fournir quelques balises permettant de protéger la population. Cependant, l’expansion domiciliaire en cours dans le secteur devrait faire augmenter le degré de perturbation et la pression des activités récréatives dans le site et pourrait aussi accroître la présence d’espèces exotiques compétitrices.

Le site d’Ilderton fait partie d’une grande érablière commerciale bien établie. Les propriétaires connaissent la présence du Stylophorum diphyllum et ne prévoient pour le moment aucune modification de l’utilisation du terrain qui pourrait toucher la population. Les travaux d’aménagement et de construction liés au canal de drainage pourraient nuire à certains des individus.

La population de Fanshawe se trouve dans une aire de conservation qui appartient au Upper Thames River Conservation Authority et est gérée par cet organisme. Celui-ci connaît la présence du Stylophorum diphyllum sur le terrain et a aménagé le site de manière à favoriser la protection de la plante, en déplaçant un sentier et en installant des affiches.