Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l'uropappe de Lindley (Uropappus lindleyi) au Canada

Taille et tendances des populations

Activités de recherche

On trouve souvent l’U. lindleyi dans des microhabitats en pente quelque peu inaccessibles, ce qui pourrait expliquer le manque de données datant d’avant la première observation de l’espèce, en 1974. Des études non systématiques de l’habitat de l’U. lindleyi ont été entreprises par des botanistes au cours des 30 dernières années et ont mené à peu de résultats concluants. Une fouille exhaustive des superficies d’habitat convenant spécifiquement à l’U. lindleyi a été effectuée en 2003 et 2004 par plusieurs botanistes (voir l’annexe 1 pour les sites de recherche infructueuse). Cependant, il est possible que des populations supplémentaires existent en petites colonies à des endroits n’ayant pas été étudiés de manière approfondie. Il est impossible d’obtenir plus de renseignements concernant les activités de recherche puisque le rédacteur principal (George Douglas) est aujourd’hui décédé.

Abondance

Au Canada, on connaît cinq localités où pousse actuellement l’U. lindleyi, toutes situées dans les îles Gulf (figure 4; tableau 1). En 1998, on a enregistré une population dans le sud de l’île de Vancouver. Cette population, dont le site a été revisité par les rédacteurs en 2004, est aujourd’hui considérée comme disparue, à la suite de la construction d’un complexe résidentiel ayant éliminé la plus grande part de la pente sur laquelle on trouvait l’espèce. La taille des populations existantes varie de 20 à 1 200 individus environ, sur des superficies allant de moins de un mètre carré à un hectare.

Les observations les plus récentes des cinq populations d’U. lindleyi de Colombie-Britannique, effectuées en 2003 et en 2004 (figure 4), portent à croire qu’elles comptent un total d’environ 2 000 individus (tableau 1).

Tableau 1. Emplacement et taille des populations d’Uropappus lindleyi en Colombie-Britannique
PopulationDernière observationObservateurNombre d’individus / superficie occupée
Île North Pender
1996
Penny20 / ? m² – 2004 recherche infructueuse
Île de Vancouver
2004
Douglas et SmithDisparue
Île Ruxton
2003
Ennis800 / 1 ha
Île Saturna : Population 1
2003
Janszen22+ / 0,7 m²
Île Saturna : Population 2
2004
Douglas et Smith28 / 8 m²
Île Galiano : Sous-population 1
2003
Janszen390 / 512 m²
Île Galiano : Sous-population 2
2004
Douglas et Smith800 / 440 m²

Fluctuations et tendances

Les tendances des populations ne sont pas connues et sont difficiles à évaluer étant donné la nature annuelle de l’espèce.

Immigration de source externe

On ne connaît pas le potentiel d’immigration de source externe, en provenance de l’aire de répartition principale de l’espèce, à 300 km de distance, sur le versant est de la chaîne des Cascades, aux États-Unis, mais on peut considérer qu’elle est très peu probable. Même localement, la fréquence des échanges génétiques entre les populations est inconnue. Les populations canadiennes sont fragmentées et séparées par des distances de 10 à 15 km.