Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de la Paruline orangée au Canada [Proposition] 2007

Sommaire

Au Canada, l’aire de reproduction de la Paruline orangée se limite à la zone de la forêt carolinienne, et presque tous les sites sont situés sur la rive nord du lac Érié. La Paruline orangée a été désignée espèce en voie de disparition au Canada par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) de même qu’en vertu de la Loi sur les espèces en voie de disparition de l’Ontario et de la Loi sur les espèces en péril du gouvernement fédéral. Depuis 1966, la population de Parulines orangées du continent a diminué à un rythme annuel moyen de 1,5 %. Au Canada, la population est passée d’une quarantaine de couples dans les années 1980 à moins de 20 couples en 2005.

La dégradation et la perte d’habitat de nidification en forêt marécageuse et d’habitat d’hivernage dans les mangroves sont considérées comme des menaces et des facteurs limitatifs de première importance. Les impacts de ces menaces sont aggravés par une compétition élevée livrée par d’autres espèces pour l’occupation des sites de nidification, les niveaux élevés de prédation des nids et de parasitisme des couvées, l’empiètement par les plantes envahissantes, les nouveaux problèmes liés au changement climatique et aux infestations par des insectes exotiques.

D’après une analyse de la viabilité de l’habitat et d’autres caractéristiques, la population canadienne de la Paruline orangée pourrait être rétablie à son niveau des années 1980 (environ 40 couples). Le but à long terme du rétablissement est d’augmenter la population canadienne pour atteindre 40 couples reproducteurs répartis dans au moins six aires de nidification géographiquement distinctes, distantes d’au moins 20 km l’une de l’autre, au cours des 20 prochaines années. Le but à court terme est d’augmenter la population actuelle pour atteindre au moins 25 couples répartis dans au moins cinq aires de nidification géographiquement distinctes au cours des cinq prochaines années.

Au cours des cinq prochaines années, le but du rétablissement sera atteint en atteignant les objectifs du rétablissement suivants :

  1. protéger l’habitat essentiel désigné et effectuer le suivi de ses conditions;
  2. améliorer, créer et remettre en état l’habitat aux endroits appropriés;
  3. accroître les possibilités de nidification par le maintien d’au moins 200 nichoirs chaque année;
  4. augmenter le succès de la reproduction annuelle jusqu'à un taux moyen d’environ 60 %;
  5. laborer une stratégie de gestion appropriée pour les sites occupés afin de réagir à l’expansion actuelle de l’aire de répartition de l’agrile du frêne;
  6. laborer et mettre en œuvre des stratégies de gestion appropriées pour les sites occupés afin de réagir à la menace que représentent les plantes envahissantes;
  7. s’assurer qu’au moins cinq aires de nidification géographiquement distinctes sont disponibles chaque année afin d’atténuer les conséquences potentielles des catastrophes météorologiques;
  8. protéger l’habitat occupé contre l’épandage d’insecticides;
  9. tablir un dialogue et des relations avec les organismes et les organisations qui s’intéressent aux initiatives de rétablissement dans l’État de New York, au Michigan, en Pennsylvanie et en Ohio;
  10. produire une description détaillée de l’habitat d’hivernage important et évaluer son statut en matière de protection, en collaboration avec les responsables d’initiatives de gestion pour d’autres espèces.

L’habitat essentiel sera désigné dans un plan d’action pour l’espèce d’ici juin 2010. Le présent programme de rétablissement propose un cadre pour les cinq prochaines années. Au terme de cette période, le programme sera révisé et modifié au besoin afin de l’adapter aux conditions qui existeront alors.