Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de la Paruline orangée au Canada [Proposition] 2007

2.     Rétablissement


2.1    Justification du caractère réalisable du rétablissement

Le rétablissement de la Paruline orangée est considéré réalisable sur les plans biologique et technique pour les raisons suivantes :

·        il existe des individus capables de se reproduire;

·        l’habitat disponible est suffisant ou peut être créé pour soutenir l’espèce;

·        les principales menaces peuvent être éliminées ou atténuées;

·        des techniques de rétablissement efficaces sont disponibles.

Selon l’analyse de la viabilité des populations de Tischendorf (2003), l’immigration d’individus des États-Unis est nécessaire au maintien de l’espèce au Canada. Par conséquent, le rétablissement de l’espèce au pays dépendra des tendances démographiques et des activités de rétablissement dans les États voisins des Grands Lacs. Si ces mesures et celles qui sont nécessaires pour contrer les menaces et les facteurs limitatifs (p. ex. remise en état de l’habitat, installation de nichoirs, lutte contre les espèces envahissantes) sont appropriées, le rétablissement constitue un but réaliste.

2.2    But du rétablissement

Le but à long terme du présent programme de rétablissement est de rétablir les effectifs et l’aire de répartition de la population canadienne de Parulines orangées jusqu’aux niveaux historiques qu’on considère qu’ils avaient en 1980.  Il s’agit donc d’augmenter la population canadienne pour atteindre au moins 40 couples reproducteurs répartis dans au moins six aires de nidification géographiquement distinctes, distantes d’au moins 20 km l’une de l’autre, au cours des 20 prochaines années. Le but à court terme est d’augmenter la population actuelle pour atteindre au moins 25 couples répartis dans au moins cinq aires de nidification géographiquement distinctes au cours des cinq prochaines années.

2.3    Objectifs du rétablissement

Au cours des cinq prochaines années, le but du rétablissement sera atteint par les objectifs suivants :

1.      protéger l’habitat essentiel désigné et effectuer le suivi de ses conditions;

2.      améliorer, créer et remettre en état l’habitat aux endroits appropriés;

3.      accroître les possibilités de nidification par le maintien d’au moins 200 nichoirs chaque année;

4.      augmenter le succès de la reproduction annuelle jusqu'à un taux moyen d’environ 60 %;

5.      élaborer une stratégie de gestion appropriée pour les sites occupés afin de réagir à l’expansion actuelle de l’aire de répartition de l’agrile du frêne;

6.      élaborer et mettre en œuvre des stratégies de gestion appropriées pour les sites occupés afin de réagir à la menace que représentent les plantes envahissantes;

7.      s’assurer qu’au moins cinq aires de nidification géographiquement distinctes sont disponibles chaque année afin d’atténuer les conséquences potentielles des catastrophes météorologiques;

8.      protéger l’habitat occupé contre l’épandage d’insecticides;

9.      établir un dialogue et des relations avec les organismes et les organisations qui s’intéressent aux initiatives de rétablissement dans l’État de New York, au Michigan, en Pennsylvanie et en Ohio;

10.  produire une description détaillée de l’habitat d’hivernage important et évaluer son statut en matière de protection, en collaboration avec les responsables d’initiatives de gestion pour d’autres espèces.

2.4    Approches et stratégies générales recommandées pour l’atteinte des objectifs du rétablissement

Les approches et stratégies générales qui sont recommandées pour l’atteinte des objectifs du rétablissement mettent l’accent sur une combinaison d’activités de sensibilisation, d’intendance, de recherche, d’inventaire et de suivi. Les étapes spécifiques nécessaires pour aborder les menaces sont décrites dans le tableau suivant, en regard de chaque objectif du rétablissement.


Tableau 2.  Approches et stratégies générales pour le rétablissement de la Paruline orangée

No obj.PrioritéApproche ou stratégie généraleMenace abordéeMesures généralesRésultats
1ÉlevéeProtection de l’habitat et intendancePerte et dégradation de l’habitat de reproduction

Désigner et, là où c’est nécessaire, cartographier l’habitat essentiel.

Établir l’ordre de priorité des sites qui ont le plus besoin de protection. Identifier les propriétaires des sites hautement prioritaires.

Déterminer les stratégies de protection idéales pour chaque site hautement prioritaire (allégement fiscal, servitude, entente, acquisition, intendance).

Désignation et priorisation des sites candidats à la sécurisation.

Élaboration et mise en œuvre des stratégies de protection.

1ÉlevéeProtection de l’habitat et intendancePerte et dégradation de l’habitat de reproductionÉlaborer des lignes directrices et des documents d’information sur les activités forestières jugées admissibles aux sites occupés par la Paruline orangée.Consultation par les spécialistes de l’aménagement forestier et les gestionnaires de terres des lignes directrices et des documents d’information.
1ÉlevéeSensibilisation du publicPerte et dégradation de l’habitat de reproductionIdentifier les propriétaires fonciers et les gestionnaires de terres touchés et appuyer la préparation du matériel de sensibilisation nécessaire.

Distribution des documents d’information aux propriétaires fonciers et aux gestionnaires de terres en fonction d’un calendrier qui tient compte des messages et des résultats escomptés.

Élaboration de lignes directrices et cartographie de l’habitat pour le Programme d’encouragement fiscal pour les terres protégées de l’Ontario.

1ÉlevéeInventaire et suiviPerte et dégradation de l’habitat de reproductionÉlaborer et mettre en œuvre un protocole visant à effectuer le suivi et à atténuer les menaces qui pèsent sur l’habitat dans les sites occupés.Maintien d’une base de données. Publication des résultats. Élaboration et mise en œuvre de stratégies permettant de faire face aux changements négatifs.
2ÉlevéeRemise en état de l’habitatPerte et dégradation de l’habitat de reproduction

Élaborer des critères pour établir l’ordre de priorité  des sites qui bénéficieraient le plus d’activités stratégiques de remise en état.

Élaborer des outils appropriés de remise en état et de gestion afin de remettre en état l’habitat de nidification de chaque site.

Remise en état ou création d’habitat convenable là où cette activité est rentable et appropriée, en accordant la priorité aux projets susceptibles d’avoir le plus de retombées.

Mise en œuvre de mesures visant à protéger ou à remettre en état l’intégrité de la nappe phréatique.

3

4

ÉlevéeRemise en état de l’habitat et intendancePerte et dégradation de l’habitat de reproduction et productivité de la reproductionAméliorer le programme de distribution de nichoirs et établir des critères de sélection des sites pour le déploiement des nichoirs.Déploiement d’au moins 200 nichoirs chaque année. Productivité de la reproduction atteignant au moins 60 % chaque année.
4ÉlevéeRecherche et suiviProductivité de la reproductionExaminer les techniques qui permettraient de réduire les échecs de la nidification attribuables aux Troglodytes communs.Évaluation et mise en application de techniques de contrôle. Productivité de la reproduction atteignant au moins 60 % chaque année.
4FaibleSensibilisation du publicProductivité de la reproduction

Réduire au minimum les perturbations anthropiques dans les sites de nidification pendant la période de reproduction en mettant de l’avant des activités de sensibilisation et d’action directe.

Ne pas divulguer au grand public les emplacements des sites de nidification?

Sensibilisation des ornithologues amateurs et des photographes aux pratiques responsables; aucun écart de conduite n’est observé.

Restriction au besoin de l’accès du public aux sites de nidification.

5ÉlevéeRechercheInsectes forestiers envahissantsQuantifier et cartographier les territoires où se trouvent les habitats occupés qui sont vulnérables aux infestations d’insectes forestiers et évaluer les répercussions potentielles de ces insectes pour chaque site.Élaboration de stratégies de gestion appropriées en réponse aux infestations d’insectes exotiques; conseils et avis formulés en regard de toute mesure de lutte proposée qui ont des impacts sur l’habitat essentiel.
6ÉlevéeRecherche et remise en état de l’habitatPlantes envahissantes

Déterminer la superficie qu’occupent actuellement les espèces végétales envahissantes dans chaque secteur contenant de l’habitat essentiel.

Examiner les méthodes de lutte contre les espèces envahissantes.

Élaboration de lignes directrices de gestion et, au besoin, lutte contre les espèces végétales envahissantes.
7ÉlevéeInventaire et suiviSans objetEffectuer le suivi des tendances démographiques, la productivité et la survie annuelles au Canada, en lien avec la prédation, le parasitisme des couvées et la compétition pour les sites de nidification.Production de rapports annuels et maintien d’une base de données géoréférencées des résultats de relevés.
7MoyenneRecherche et suiviCatastrophes météorologiquesÉvaluer les répercussions possibles des catastrophes météorologiques éventuelles sur l’habitat essentiel.Évaluation des répercussions et production de rapports à ce sujet.
8FaibleRechercheProduits chimiques toxiques et autres polluants

Étudier la possibilité que les programmes de lutte contre les moustiques aient des répercussions directes ou indirectes sur l’espèce pendant la saison de reproduction au Canada.

Examiner l’ampleur actuelle de l’épandage de DDT dans l’habitat d’hivernage et fournir une analyse des risques.

Communication des résultats de recherche et, au besoin, abandon de la lutte contre les moustiques dans l’habitat essentiel au Canada.

Communication des résultats de recherche et, au besoin, étude et promotion des solutions de rechange au DDT.

9MoyenneProtection de l’habitatPerte et dégradation de l’habitat de reproduction (États-Unis)Identifier des partenaires ou collaborateurs potentiels dans les États des Grands Lacs qui contiennent des populations sources pour le Canada.Communiquer avec les partenaires américains afin d’aborder les besoins en matière de conservation dans les États des Grands Lacs visés.
10ÉlevéeRecherchePerte d’habitat d’hivernageEn collaboration avec d’autres chercheurs et organismes, décrire d’une manière quantitative l’habitat d’hivernage, définir l’habitat d’hivernage important, déterminer la fidélité aux sites d’hivernage, déterminer l’étendue de l’habitat d’hivernage restant de même que son statut en matière de protection.Publication des résultats et recommandations.


2.5    Habitat essentiel

2.5.1   Désignation de l’habitat essentiel de l’espèce

On procédera à la désignation de l’habitat essentiel de la Paruline orangée une fois menées à bonne fin les activités qui figurent dans le calendrier des études (tableau 3), et cette désignation sera intégrée dans le plan d’action. L’habitat essentiel a été désigné dans la partie marais Hahn de la Réserve nationale de faune du ruisseau Big Creek dans un addenda au présent programme de rétablissement.

Aux fins de la désignation de l’habitat essentiel, on considérera en premier lieu les forêts marécageuses où des données historiques de nidification ont été confirmées. Il manque l’information détaillée sur les limites de ces territoires, et une plus grande concertation sera nécessaire pour réunir ces données nécessaires à la désignation de l’habitat essentiel. Par exemple, il est à prévoir qu’une forêt marécageuse ne puisse pas être entièrement désignée habitat essentiel parce qu’elle pourrait contenir des portions d’habitat inapproprié. Grâce à des données de terrain additionnelles, à des vérifications au sol et à une meilleure description des limites les propriétaires fonciers touchés pourront avoir une meilleure compréhension des secteurs d’habitat essentiel.

2.5.2   Calendrier des études

Le calendrier des études (tableau 3) décrit les étapes nécessaires à la désignation de l’habitat essentiel de la Paruline orangée. La définition de l’habitat essentiel devrait être modifiée aussi souvent qu’il le faut à la lumière des résultats des études.

Tableau 3.   Calendrier des études détaillant les activités nécessaires à la désignation de l’habitat essentiel de la Paruline orangée au Canada

Description détaillée de l’activité de rechercheDate d’achèvement
Utiliser les meilleures connaissances disponibles pour délimiter sur des cartes les sites d’habitat essentiel dans les secteurs de forêt marécageuse où la nidification a déjà été confirmée.Juin 2010
Obtenir de l’information sur les déplacements et la dispersion après l’envol, de même que sur les besoins en matière d’habitat des jeunes à l’envol. Mettre à jour la désignation de l’habitat essentiel à la lumière des nouvelles connaissances.Juin 2010
Effectuer le suivi des sites pour lesquels il existe des signes de l’utilisation de la Paruline orangée (p. ex. sites pour lesquels l’information historique est peu concluante ou sites utilisés lors de la migration). Considérer l’ajout de ces sites à l’habitat essentiel.Juin 2010
Une analyse préliminaire de la viabilité de l’habitat pour la population canadienne de Parulines orangées a été réalisée au moyen de systèmes d’information géographiques (SIG) à grande échelle (Flaxman et Lindsay, 2004). Cette analyse devrait être précisée pour inclure des données de SIG détaillées sur le paysage et l’altitude afin de faire ressortir clairement les secteurs inondés dans les forêts caducifoliées marécageuses (c.‑à‑d. l’habitat de nidification potentiellement de grande qualité). Des relevés de suivi sur le terrain devraient être réalisés dans les secteurs nouvellement reconnus comme habitat potentiellement de grande qualité, afin de vérifier sur place les modèles prédictifs des SIG et de disposer de meilleures données sur le potentiel de rétablissement de l’espèce.Juin 2012

 

2.6    Mesures de rendement

Le programme de rétablissement et le plan d’action doivent reposer sur une approche de gestion adaptative où toute nouvelle information est intégrée au plan sur une base régulière afin de tirer parti des nouveaux outils, des connaissances, des enjeux et des possibilités. Une évaluation du programme de rétablissement, fondée sur les mesures de rendement présentées ci-dessous et ayant 2007 comme année repère, sera effectuée dans cinq ans.


Tableau 4.   Mesures de rendement qui seront utilisées pour évaluer l’atteinte des objectifs de rétablissement d’ici 2012

Objectif du rétablissementMesures de rendement
1. Protéger l’habitat essentiel désigné et effectuer le suivi de ses conditions.Changement dans la proportion d’habitat protégé par rapport aux niveaux de 2007 et connaissance de l’état de l’habitat essentiel.
2. Améliorer, créer et remettre en état l’habitat aux endroits appropriés.Amélioration et remise en état dans des sites où on trouve de l’habitat essentiel et création au besoin de nouveaux habitats. Augmentation par rapport aux niveaux de 2007 du nombre de sites et d’hectares ayant été améliorés ou restaurés.
3. Accroître les possibilités de nidification par le maintien d’au moins 200 nichoirs chaque année.200 nichoirs prêts à recevoir des Parulines orangées chaque année en Ontario. Augmentation soutenue de la taille de la population reproductrice et du nombre de nids par rapport aux niveaux de 2007.
4. Augmenter le succès de la reproduction annuelle jusqu’à un taux moyen d’environ 60 %.Amélioration du succès de la reproduction et de la productivité générale de la population canadienne.
5. Élaborer une stratégie de gestion appropriée pour les sites occupés afin de réagir à l’expansion actuelle de l’aire de répartition de l’agrile du frêne.Élaboration de stratégies de gestion, distribution aux propriétaires fonciers et adoption de ces stratégies par ceux-ci.
6. Élaborer et mettre en œuvre des stratégies de gestion appropriées pour les sites occupés afin de réagir à la menace que représentent les plantes envahissantes.Élaboration de stratégies de gestion, distribution aux propriétaires fonciers et adoption de ces stratégies par ceux-ci.
7. S’assurer qu’au moins cinq aires de nidification géographiquement distinctes sont disponibles chaque année afin d’atténuer les conséquences potentielles des catastrophes météorologiques.Occupation d’au moins cinq aires de nidification géographiquement distinctes chaque année.
8. Protéger l’habitat occupé contre l’épandage d’insecticides.Augmentation, par rapport aux niveaux de 2007, du nombre de municipalités ayant adopté des mesures visant à interdire l’épandage d’insecticides dans l’habitat occupé.
9. Établir un dialogue et des relations avec les organismes et les organisations qui s’intéressent aux initiatives de rétablissement dans l’État de New York, au Michigan, en Pennsylvanie et en Ohio.Augmentation du nombre de nouveaux projets de rétablissement aux États-Unis et du nombre de réunions et de visites de sites auxquelles participent des collaborateurs américains et canadiens.
10. Produire une description détaillée de l’habitat d’hivernage important et évaluer son statut en matière de protection, en collaboration avec les responsables d’initiatives de gestion pour d’autres espèces.Définition des caractéristiques de l’habitat d’hivernage important. Cartographie générale des aires d’hivernage importantes. Réalisation d’une évaluation des menaces et production d’un rapport sur le sujet.

 

2.7    Effets sur les espèces non ciblées

Les mesures de rétablissement qui ciblent la Paruline orangée, plus particulièrement celles qui sont conçues pour protéger, remettre en état ou créer des habitats de forêt marécageuse, auront des répercussions positives pour une grande variété d’espèces. On estime qu’elles n’auront aucun effet négatif sur des espèces dont la conservation soulève des préoccupations. Toutes les espèces en péril qui figurent dans le tableau 5 fréquentent les forêts caducifoliées marécageuses, et l’on sait qu’elles sont présentes dans un ou plusieurs sites occupés par la Paruline orangée au Canada. Plusieurs sites accueillent plus d’une espèce en péril.

Tableau 5.   Espèces désignées en péril par le COSEPAC, susceptibles de tirer parti des activités de rétablissement visant la Paruline orangée

Nom communNom latinStatut attribué
par le COSEPAC
Moucherolle vertEmpidonax virescensEn voie de disparition
Paruline hochequeueSeirus motacillaPréoccupante
Paruline azuréeDendroica ceruleaPréoccupante
Buse à épaulettesButeo lineatusPréoccupante
Pic à tête rougeMelanerpes erythrocephalusPréoccupante
Tortue ponctuéeClemmys guttataEn voie de disparition
Tortue mouchetéeEmydoidea blandingiiMenacée
Couleuvre fauve de l’EstElaphe gloydiMenacée
Couleuvre minceThamnophis sauritusPréoccupante
Couleuvre à nez platHeterodon platirhinosMenacée
Salamandre de JeffersonAmbystoma jeffersonianumMenacée
Ketmie des maraisHibiscus moscheutosPréoccupante


2.8    Échéancier prévu pour l'élaboration d'un ou de plusieurs plans d'action

Un plan d’action pour la Paruline orangée devrait être préparé d’ici juin 2010. Afin de s’attaquer au plus grand nombre possible de menaces et de mieux délimiter l’habitat essentiel, on envisage d’élaborer un seul plan d’action global pour l’espèce. Des plans d’action séparés devraient être établis pour s’attaquer aux menaces que posent les plantes envahissantes et les insectes forestiers  ravageurs, en étroite collaboration avec l’équipe de rétablissement nouvellement formée pour la forêt carolinienne et avec d’autres équipes. Le plan d’action global permettra de déterminer si la création de groupes de mise en œuvre du rétablissement est nécessaire et, le cas échéant, le rôle de chacun d’eux.