Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de la Paruline orangée au Canada [Proposition] 2007

Addenda au programme de rétablissement de la Paruline orangée (protonotaria citrea) au Canada

Désignation de l'habitat essentiel sur le territoire domanial 

11 juin 2007


Introduction

Le présent addenda a été préparé afin de compléter le programme de rétablissement de la Paruline orangée (Protonotaria citrea) au Canada (ci-après appelé « programme de rétablissement de la Paruline orangée »). Conformément à l'alinéa 41(1)c) de la Loi sur les espèces en péril (LEP), les programmes de rétablissement doivent inclure une désignation de l'habitat essentiel de l'espèce, dans la mesure du possible, et des exemples d’activités susceptibles d'entraîner sa destruction. Il est également précisé au paragraphe 45(1) de la LEP que les programmes de rétablissement peuvent être modifiés en tout temps et que des copies des modifications doivent être affichées au Registre public de la LEP.

De nouvelles données relatives à l'habitat essentiel de la Paruline orangée ont été évaluées depuis que les compétences coopérantes ont donné leur appui au programme de rétablissement de l'espèce. Le présent addenda donne un aperçu des critères proposés pour la désignation de l'habitat essentiel de la Paruline orangée dans toute son aire de répartition au Canada (section 1) et les applique au territoire domanial en utilisant l'information actuellement disponible (section 2). Le présent addenda désigne l'habitat essentiel à un emplacement, soit la partie marais Hahn de la réserve nationale de faune (RNF) du ruisseau Big Creek, et décrit les activités susceptibles de détruire l'habitat essentiel dans cette réserve ou à proximité (section 3).

Les critères utilisés pour désigner l'habitat essentiel (section 1) seront évalués de façon plus poussée en consultation avec des spécialistes des oiseaux migrateurs et les compétences coopérantes, afin de désigner l’habitat essentiel de façon plus éclairée sur d'autres sites dans l'aire de répartition canadienne de la Paruline orangée. Les consultations portant sur ces critères et sur les approches utilisées pour délimiter l'habitat essentiel pour cette espèce sont en cours.

1.0 Critères utilisés pour la désignation de l'habitat essentiel

Selon la LEP, l'habitat essentiel est « l'habitat nécessaire à la survie ou au rétablissement d'une espèce sauvage inscrite, qui est désigné comme tel dans un programme de rétablissement ou un plan d'action élaboré à l'égard de l'espèce ».

Pour la Paruline orangée, l’habitat essentiel est caractérisé comme étant l’endroit où des individus de l’espèce réalisent les aspects essentiels de leur cycle de reproduction (pariade, défense de territoire, alimentation, nidification et la période après l’envol) au Canada. Pour la Paruline orangée, les sites

[1] où l'habitat essentiel est désigné doivent satisfaire à deux critères de base ayant trait à la preuve de reproduction et à l'occupation du site :

1) Critère de base de la preuve de reproduction :

Preuve de reproduction confirmée pour au moins une année

Des personnes–ressources fiables doivent avoir observé un nid fonctionnel[2] exhibant des preuves confirmées de reproduction (des œufs et/ou des oisillons, et/ou des adultes transportant de la nourriture, et/ou des adultes transportant des sacs fécaux, et/ou des jeunes ayant pris leur envol, et/ou un mâle et une femelle adulte entrant dans une même cavité dans des circonstances suggérant fortement une nidification).

Les nids naturels ou les nichoirs où les données ne réussissent pas à justifier une confirmation de la reproduction ne satisfont pas aux critères de désignation de l'habitat essentiel. Conformément à la description de la « résidence » de la Paruline orangée au Canada, les nids construits dans des nichoirs mis en place spécialement pour attirer l'espèce (avec la permission des propriétaires fonciers) bénéficient du même niveau de protection que les sites des nids naturels. Par conséquent, ce critère peut s'appliquer aux sites où des nichoirs ont été occupés par l'espèce ciblée.

ET

2) Critère de base de l’occupation du site :

Le site a été occupé par la Paruline orangée pendant la saison de reproduction au moins deux années depuis 1997.

La Paruline orangée occupe occasionnellement des petits îlots d'habitat isolés pendant seulement une année sans jamais y revenir. La présence de couples occupant un site pendant plus d'une année indique cependant que ce site est suffisamment convenable pour justifier la désignation de l'habitat essentiel. L'année 1997 a été choisie comme point de référence car elle coïncide avec les premiers relevés annuels systématiques pour l'espèce au Canada.

Les critères qui serviront à la désignation de l'habitat essentiel aux emplacements où il y aura remise en état, amélioration et création d'habitat (c.-à-d. habitat de rétablissement) seront élaborés dans le cadre des études prévues au calendrier des études. Les critères qui seront considérés pour tracer plus précisément les limites de l'habitat essentiel dans des emplacements donnés au Canada, incluent, sans s’y limiter, les facteurs tels que le territoire autour des nids fonctionnels confirmés, les habitats utilisés par les juvéniles suivant l’envol et les communautés végétales où se trouvent les nids fonctionnels confirmés (p. ex. niveau des ensembles de communautés selon le cadre de classification écologique des terres de l'Ontario de Lee et al., 1998). Il est prévu que certains éléments particuliers seront également exclus de l’habitat essentiel (p. ex. bâtiments et autres structures d’origine anthropique).


2.0 Application des critères de base et désignation de l'habitat essentiel sur le territoire domanial

Selon les critères de base décrits ci-dessus, il n’est possible de désigner l'habitat essentiel que sur un seul territoire domanial de l'aire de répartition de la population canadienne de la Paruline orangée, soit la partie marais Hahn, de la réserve nationale de faune (RNF) du ruisseau Big Creek.

Comme l'exige la LEP, la description de l'habitat essentiel sera publiée dans la Gazette du Canada dans les 90 jours suivant l'affichage de la version finale de l'addenda au Registre public de la LEP. Les limites de l'habitat essentiel sont contenues à l’intérieur de celles de la partie marais Hahn de la réserve nationale de faune du ruisseau Big Creek (légalement décrite comme étant : toute la parcelle de terrain située dans la municipalité régionale de Haldimand-Norfolk, township de Norfolk, autrefois dans le township géographique de South-Walsingham, comté de Norfolk, représenté par la partie 1 d’un plan parcellaire déposé au Bureau d’enregistrement des terres, division de Norfolk (no 37), carte portant le numéro 37R 264, ainsi qu’une emprise dans la partie 2 indiquée sur le plan. Ladite partie 1 couvre 402,19 acres, plus ou moins, et la partie 2 couvre 0,14 acre, plus ou moins).

Aucun autre territoire domanial ne satisfait aux deux critères de base pour la désignation de l'habitat essentiel. De l'habitat essentiel supplémentaire sera désigné dans d'autres sites au sein de l’aire de répartition de la population canadienne de la Paruline orangée en utilisant les critères de base, au fur et à mesure que de nouvelles données seront réunies (p. ex. données sur l'habitat, cartographie de la végétation et analyses scientifiques).

Le plan d'action, dont l'affichage au Registre public de la LEP est prévu pour juin 2010, désignera de l’habitat essentiel supplémentaire et énumérera les méthodes de suivi proposées pour le rétablissement de la Paruline orangée au Canada.

 

3.0 Exemples d'activités se déroulant dans la réserve nationale de faune du ruisseau Big Creek ou à proximité et susceptibles de détruire l'habitat essentiel

Les activités se déroulant dans l'habitat essentiel désigné ou à proximité de celui-ci qui sont susceptibles de le détruire sont notamment : les modifications draconiennes ou permanentes des régimes hydrologiques normaux (p. ex. drainage des terres humides, construction de barrages et remplissage des basses terres marécageuses et des marais associés), toute réduction de la superficie totale du couvert forestier par des pratiques d'exploitation forestière commerciale ou le défrichement, l'expansion des lotissements résidentiels existants et le développement industriel.

Depuis 1985, le niveau de l'eau de la partie Big Creek de la réserve nationale de faune a été modifié artificiellement par endiguement et pompage dans le but de maintenir l’habitat pour les espèces sauvages. Ces activités ne détruisent pas l'habitat essentiel dans la partie marais Hahn, comme le prouve les oiseaux qui reviennent à cet emplacement et s'y reproduisent avec succès de façon régulière depuis la fin des années 1970. Le suivi de la Paruline orangée se poursuivra dans la réserve nationale de faune afin de garantir la protection de l'habitat essentiel de l'espèce.

 

Références :

Lee, H., W. Bakowski, J. Riley, J. Bowles, M. Puddister, P. Uhlig et S. McMurray. 1998. Ecological Land Classification for Southern Ontario: First Approximation and Its Application, Ministère des Richesses naturelles de l'Ontario, Section des sciences de la région Centre-Sud, Direction du développement et du transfert des connaissances scientifiques, Guide sur le terrain de la SSRCS FG-02.



[1] Aux fins du présent addenda, un site est un carré de 10 km sur 10 km du quadrillage MTU où au moins deux observations ont été faites au cours de la saison de reproduction.

[2]Un nid fonctionnel est un emplacement naturel (p. ex. une souche) ou artificiel (p. ex. un nichoir) où la reproduction de la Paruline orangée a été confirmée. Les nids incomplets ne sont pas considérés comme des nids fonctionnels.