Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le grenadier berglax (Macrourus Berglax) au Canada

Résumé technique

Macrourus berglax Lacépède, 1801

Grenadier berglax – Roughhead grenadier

Répartition au Canada :

Océan atlantique

Information sur la répartition

Superficie de la zone d’occurrence (km²) au Canada

> 120 000 km², plateau et talus continentaux de l’Atlantique Nord

Préciser la tendance (en déclin, stable, en croissance, inconnue).

Inconnue

Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occurrence (ordre de grandeur > 1)?

Non

Superficie de la zone d’occupation (km²)

> 120 000 km² toutes tailles confondues; > 13 000 à 22 000 km² pour les femelles adultes.
Estimation minimale fondée sur des relevés ne couvrant qu’une partie de la répartition

Préciser la tendance (en déclin, stable, en croissance, inconnue).

Inconnue : changement de la répartition dans les années 1980 et au début des années 1990; stable depuis 1995

Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occupation (ordre de grandeur > 1)?

Non

Nombre d’emplacements actuels connus ou inférés.

Répartition continue

Préciser la tendance du nombre d’emplacements (en déclin, stable, en croissance, inconnue).

Répartition continue

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’emplacements (ordre de grandeur > 1)?

Non

Tendances en matière d’habitat : préciser la tendance de l’aire, de l’étendue ou de la qualité de l’habitat (en déclin, stable, en croissance ou inconnue).

Inconnue

Information sur la population

Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la population : indiquer en années, en mois, en jours, etc.).

19 ans

Nombre d’individus matures (reproducteurs) au Canada (ou préciser une gamme de valeurs plausibles).

Estimation minimale > 1,4 million (femelles adultes)
Estimation minimale fondée sur des relevés ne couvrant qu’une partie de la répartition

Tendance de la population quant au nombre d’individus matures en déclin, stable, en croissance ou inconnue.

Inconnue

S’il y a déclin, % du déclin au cours des dernières/prochaines dix années ou trois générations, selon la plus élevée des deux valeurs (ou préciser s’il s’agit d’une période plus courte).

Les taux de prise des relevés pour les femelles adultes ont connu un déclin de 95 à 96 % sur une période de 13 à 15 ans dans la période s’étendant des années 1980 au début des années 1990; stable au cours des 10 dernières années, mais les déclins indiqués dans les relevés reflètent certaines combinaisons de déclins de population et de changements de répartition. % du déclin sur 15 années (< 1 génération)

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures (ordre de grandeur > 1)?

Peu probable

La population totale est-elle très fragmentée (la plupart des individus se trouvent dans de petites populations, relativement isolées [géographiquement ou autrement] entre lesquelles il y a peu d’échanges, c.-à-d. migration réussie de < 1 individu/année)?

Non

Préciser la tendance du nombre de populations (en déclin, stable, en croissance, inconnue).

Une seule population

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations (ordre de grandeur > 1)?

Non

Énumérer les populations et donner le nombre d’individus matures dans chacune.

Sans objet

Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou les habitats)

Prises accessoires dans le cadre des pêches en combinaison avec les caractéristiques prudentes de son cycle vital.

Effet d’une immigration de source externe

L’espèce existe-t-elle ailleurs (au Canada ou à l’extérieur)?

 

Statut ou situation des populations de l’extérieur?

Inconnu

Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?

Possible

Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada?

Probable

Y a-t-il suffisamment d’habitats disponibles au Canada pour les individus immigrants?

Oui

La possibilité d’une immigration de populations externes existe-t-elle?

Inconnue

Analyse quantitative

Statut existant

COSEPAC : Espèce préoccupante (2007)

Statut recommandé : Espèce préoccupante

Code alphanumérique : Sans objet

Justification de la désignation : Cette espèce est répandue dans la partie supérieure de la pente continentale et dans la partie profonde du plateau continental dans tout l’Atlantique Nord. Les femelles atteignent la maturité vers l’âge de 13 à 15 ans; la durée de génération étant estimée à environ 20 ans. La répartition de l’espèce s’étend du détroit de Davis, au nord, jusqu'au Banc Georges, au sud, et l’espèce est présente de part et d'autre de la limite des 200 milles nautiques, principalement à des profondeurs de 400 à 1500 m. Des relevés menés à bord de navires de recherche n’ont pas systématiquement porté sur les parties profondes de l’aire de répartition et ont pris une faible proportion (environ 2 %) d'individus matures. Les indices tirés des relevés canadiens indiquent un déclin de plus de 90 % sur 15 ans (moins d'une génération) entre les années 1980 et le début des années 1990, mais les relevés n’ont porté que sur des profondeurs de 1000 m. Ce déclin est probablement dû à la fois à un changement de la répartition de l’espèce et à un déclin de son abondance : il existe des preuves de déplacement des individus vers des eaux plus profondes à la suite du refroidissement du plateau durant les années 1980. Une diminution de la taille de la population en raison de la pêche est également un facteur possible. L’espèce est principalement prise de façon accessoire lors de la pêche au flétan du Groenland, laquelle a connu une diminution du total autorisé des captures (TAC) et des restrictions plus sévères dans les zones d’opération depuis 2000. Cependant, il n’existe aucune limite des prises ni plans de gestion pour l’espèce dans les eaux canadiennes, et la déclaration des prises par des navires étrangers est souvent peu fiable. Selon les indices tirés des relevés (du Canada et de l’Union européenne), l'abondance des adultes est demeurée stable au cours de la dernière décennie. L’espèce est préoccupante en raison de sa maturation tardive, du manque de preuve du retour des adultes à des moindres profondeurs si les conditions environnementales sont rétablies à leur état d’avant 1980, du déclin probable de l’abondance dans les années 1980 et 1990 et de l’absence d’un plan de gestion relatif aux prises dirigées et accessoires. 

Applicabilité des critères

  • Critère A (Population globale en déclin) : Même si l’indice établi pour les adultes a connu une baisse de plus de 90 % en moins d’une génération dans les années 1980 et au début des années 1990 (dépassant ainsi les critères minimums pour le statut d’espèce en voie de disparition), les chercheurs estiment que l’abondance n’a pas fait l’objet d’un suivi exact au cours de cette période, parce que l’indice a été influencé à la fois par le changement de la répartition et par des changements dans l’abondance. Par conséquent, cet indice n’est pas considéré comme un indice d’abondance approprié pour le taxon, conformément à la définition du critère A-b.
  • Critère B (Petite aire de répartition, et déclin ou fluctuation) : Ne correspond pas au critère, parce que la zone d’occurrence dépasse les 20 000 km² et que la zone d’occupation est supérieure à 2 000 km².
  • Critère C (Petite population globale et déclin) : Ne correspond pas au critère, parce que la taille estimative de la population dépasse les 10 000 individus.
  • Critère D (Très petite population ou aire de répartition limitée) : Ne correspond pas au critère, parce que la population compte plus de 1 000 individus matures et que la zone d’occupation est supérieure à 20 km².
  • Critère E (Analyse quantitative) : L’analyse quantitative n’a pas été entreprise.