Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le grenadier berglax (Macrourus Berglax) au Canada

Information sur l'espèce

Nom et classification

Le Macrourus berglax Lacépède, 1801, appartient à la famille des Macrouridés, et il est généralement connu sous le nom de grenadier berglax. Les noms suivants sont des synonymes : Coryphaena rupestris Fabricius, 1780; Macrourus rupestris Bloch, 1786; Macrurus fabricii Sundevall, 1842; Macrourus holotrachys Collett, 1896; Coryphaenoides berglax Collett, 1905. Au Canada, l’espèce est généralement appelée roughhead grenadier, onion eye ou smooth-spined rattail en anglais. En français, le M. berglax porte le nom de grenadier berglax. Les Inuit l’appellent Ingminniset, ce qui signifie « qui mugit en mourant » (Leim et Scott, 1966; Scott et Scott, 1988; Cohen et al., 1973).

Description

Le grenadier berglax se distingue par son corps et sa tête, dont la forme distincte caractérise la famille des Macrouridés (Bigelow et Schroeder, 1953). Il possède une grosse tête et un corps moyennement élancé, qui s’amincit de façon uniforme pour former une queue pointue (voir la figure 1; Scott et Scott, 1988).

Le grenadier berglax peut atteindre 1 m de longueur (Bigelow et Schroeder, 1953; Collette et Klein-MacPhee, 2002). Le corps est de couleur cendrée, mais la poitrine, la nageoire anale et la partie arrière des écailles postérieures sont plus foncées (Scott et Scott, 1988; Cohen et al., 1990). Sa large tête représente environ 25 p. 100 de la longueur totale de son corps. Le grenadier berglax porte un petit barbillon au menton, de courtes branchicténies et de trois à cinq rangées irrégulières de dents pointues sur la mâchoire supérieure (Whitehead et al., 1986; Scott et Scott, 1988; Cohen et al., 1990).

Le grenadier berglax doit son nom commun anglais (roughhead grenadier, qui pourrait se traduire littéralement par grenadier à la tête rugueuse) à ses caractéristiques distinctives. En effet, la tête relativement large de ce poisson est striée d’écailles surélevées ressemblant à des plaques osseuses et pourvues de petites épines robustes (Scott et Scott, 1988). L’espèce se distingue des autres grenadiers de l’Atlantique Nord par son museau saillant et pointu qui se trouve à la hauteur de l’œil et dont le dessous est presque ou entièrement dépourvu d’écailles (Whitehead et al., 1986).

Figure 1. Illustration du Macrourus berglax. Dessin de H. L. Todd, tiré de Collette et Klein-MacPhee (2002). Reproduction autorisée par la Division of Fishes, National Museum of Natural History, Smithsonian Institution.

Figure 1.    Illustration du Macrourus berglax. Dessin de H. L. Todd, tiré de Collette et Klein-MacPhee (2002). Reproduction autorisée par la Division of Fishes, National Museum of Natural History, Smithsonian Institution.

Unités désignables

De récentes études laissent entrevoir une certaine différenciation génétique chez le grenadier berglax à de grandes échelles géographiques dans l’Atlantique Nord, les grenadiers de l’ouest du Groenland, de l’est du Groenland et de la mer de Norvège formant des unités de stock distinctes (Katsarou et Naevdal, 2001). Cependant, dans les eaux situées au large du Canada, le grenadier berglax présente une répartition continue le long du talus du plateau continental, depuis le détroit de Davis jusqu’à la partie sud du Grand Banc (D.W. Kulka, analyses inédites). L’espèce est également présente entre le Grand Banc et le Bonnet flamand, dans des eaux appelées Passe flamande. En l’absence de données permettant de conclure à une adaptation locale et à une différenciation génétique dans cette aire de répartition, le présent rapport repose sur l’hypothèse de travail suivante : les grenadiers berglax des eaux situées au large des provinces de l’Atlantique (y compris le Bonnet flamand et les autres eaux situées au-delà de la limite des 200 milles marins) forment une seule unité désignable.