Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le saumon sockeye (saumon rouge) (Oncorhynchus nerka) (population Sakinaw) au Canada

Repeuplement et restauration

Repeuplement par propagation artificielle

Des projets de repeuplement du lac Sakinaw ont débuté en 1986 avec le prélèvement de 28 000 œufs à la frayère Haskins, qui ont été incubés à l’écloserie du ruisseau Ruby, les œufs de chaque femelle étant placés sur un même plateau dans l’écloserie. Depuis 1986, on a prélevé des échantillons de tous les poissons de la génération parentale (stock de géniteurs) afin de déceler la présence de maladies, plus précisément du virus de la nécrose hématopoïétique infectieuse (NHI) et de la maladie rénale bactérienne. Aucun poisson n’a présenté de signes de ces deux maladies, sauf en 1986, où les œufs d’une seule femelle étaient infectés par le virus de la NHI. Les 2 200 œufs infectés ont été replacés dans la frayère d’origine. Les autres œufs ont été placés en incubation dans l’écloserie et ont produit 23 000 alevins vésiculés qui ont été relâchés dans le lac Sakinaw à la mi‑avril 1987. En novembre 1987, on a capturé 18 femelles reproductrices (9 à chacune des frayères 1 et 2) et l’on a incubé leurs œufs à l’écloserie de la Thornborough Channel Salmon Enhancement Society, au ruisseau Ouellette. À la mi‑avril 1988, 57 000 alevins vésiculés ont été relâchés à la frayère 1. En 1988, les œufs de 18 femelles ont été incubés à l’écloserie du ruisseau Ouellette; ils ont produit 33 000 alevins qui ont eux aussi été relâchés à la frayère 1. L’ensemencement a ensuite été discontinué jusqu’en 2000, année où 16 000 œufs de 10 femelles ont été incubés et les alevins élevés jusqu’au poids de 1 g à l’écloserie du ruisseau Ouellette; 14 981 alevins nageants ont ensuite été relâchés au milieu du lac le 8 juin 2001. En 2001, on a prélevé les œufs de 15 femelles et les alevins obtenus ont été élevés jusqu’au poids de 1 g; plus de 30 000 alevins nageants ont ensuite été relâchés au début de juin 2002. En 2002, on n’a pu obtenir que six génitrices, la plupart ayant déjà pondu une partie de leurs œufs; moins de 5 000 juvéniles étaient encore vivants en captivité au moment de la rédaction du présent document.

L’établissement aquicole de la Saga Seafarms Ltd, situé à 500 m de la décharge du lac Sakinaw, a élevé une unique génération de saumons rouges issus de la population de la rivière Pitt dans le cadre d’une expérience débutée en 1991. Aucune évasion hors du parc d’élevage n’a été signalée, et l’établissement n’est plus exploité. Selon le responsable du site, la présence de phoques et de loutres de rivière rendait l’exploitation difficile.


Activités de restauration de l’habitat

Les débris laissés par l’exploitation forestière ont été enlevés sporadiquement dans l’émissaire et dans les frayères du lac Sakinaw. Une embâcle de grumes et d’autres débris ont été retirés de l’émissaire en 1972. En 1974, on a enlevé les débris ligneux qui encombraient la frayère 2 jusqu’à une profondeur de 5 à 10 m. Les résidents du bord du lac ont continué de nettoyer le fond ici et là en utilisant des schnorkels et des cordes. Actuellement, on procède à l’enlèvement des grumes à la frayère 1, dans les secteurs où des eaux souterraines entrent dans le lac. Des cailloux de drain ont été utilisés pour améliorer la frayère 2 dans une zone de 25 m par 5 m où les eaux sont plus froides, signe d’une remontée d’eaux souterraines; malheureusement, un seul saumon rouge femelle a été observé (en 2002) à la frayère 2 depuis cet ajout de gravier (G. McBain, MPO, comm. pers.).