Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Plan de gestion de l’otarie de Steller (Eumetopias jubatus) au Canada

2. Gestion

2.1 But

Le présent plan de gestion a deux buts.

  1. Faire en sorte que les menaces anthropiques d’origine canadienne ne provoquent pas un déclin insoutenable de la population ou une contraction de l’aire de répartition ou du nombre de sites de reproduction que l’on observe actuellement au Canada.

  2. Assurer un soutien et une contribution à un environnement dans lequel les activités de recherche et de surveillance concernant les otaries de Steller en C.-B. contribuent à l’amélioration de notre compréhension d’ensemble de la population de l’est du Pacifique.

La population d’otaries de Steller de l’est du Pacifique continue de croître, et aucun signe n’indique qu’elle a atteint la capacité biotique. On peut donc s’attendre que la croissance de la population de cette espèce dépendante des proies se stabilise à un moment donné et fluctue en fonction de changements naturels survenant dans l’abondance des proies. Le rôle des gestionnaires canadiens chargés de cette espèce est de protéger la population vivant dans les eaux canadiennes des sources anthropiques de mortalité qui mettraient en péril la durabilité de cette ressource.

Comme il existe des lacunes importantes dans notre compréhension de l’écologie de cette espèce, de la dynamique de ses populations et des impacts des menaces connues, il est essentiel, pour atteindre cet objectif de gestion, de combler les lacunes dans les connaissances. L’espèce affiche une répartition transfrontalière, et des travaux de recherche ainsi que des initiatives de gestion sont actuellement menés par les gouvernements canadien et américain ainsi que par des organismes privés et des chercheurs indépendants. Le présent plan de gestion reconnaît que les initiatives de gestion et les travaux de recherche sont menés d’une manière plus efficace lorsque toutes les parties coordonnent leurs efforts et collaborent, lorsque c’est possible.

2.2 Objectifs

Objectifs relatifs à la population

P1 Maintenir une population viable et éviter que celle-ci ne décline pour atteindre des effectifs auxquels elle pourrait être considérée comme étant à risque d’extinction.

Objectifs relatifs à la répartition

D1 Maintenir l’utilisation annuelle des trois principales roqueries et soutenir la conversion du quatrième site de reproduction en une roquerie permanente.

D2 Maintenir le nombre d’échoueries en Colombie-Britannique ainsi que leur utilisation afin d’assurer une répartition étendue de l’espèce sur toute la côte de la C.-B.

Le maintien de l’abondance et de la répartition des otaries de Steller en C.-B. au cours des trois prochaines générations nous permettra de protéger cette population au Canada. Les échoueries et les roqueries connues, si elles sont protégées, fourniront l’habitat terrestre requis sur l’ensemble de la côte. Comme la population affiche une tendance soutenue à la hausse depuis plus de quatre décennies et que ses effectifs sont supérieurs aux pics historiques connus, les données dérivées des activités de surveillance nous aideront à détecter toute tendance à la baisse au sein de la population ou toute contraction de son aire de répartition.

Objectifs en matière de recherche et de surveillance

Les objectifs en matière de recherche et de surveillance exposés dans le présent plan de gestion sont axés sur les besoins prioritaires suivants.

R1 Mener des évaluations de la population dans l’ensemble de son aire de répartition par l’entremise de relevés coordonnés entre le Canada et les États-Unis, lorsque c’est possible.

R2 Contribuer à accroître et à renforcer notre compréhension de la biologie et des besoins en matière d’habitat de l’otarie de Steller en C.-B.

R3 Soutenir et favoriser la recherche visant à combler les lacunes dans les connaissances relatives aux menaces relevées (tableau 1) et à d’autres menaces éventuelles pesant sur cette population, et contribuer à cette recherche.

R4 Établir les taux cumulatifs totaux de mortalité annuelle d’origine anthropique qui peuvent être maintenus chez les otaries de Steller de la C.-B.

La recherche doit être axée sur les principales lacunes dans les connaissances relatives à cette espèce qui sont précisées dans la section 1.7, « Lacunes dans les connaissances », ainsi que sur les lacunes concernant les effets des menaces énumérées à la section 1.5 du présent plan de gestion.

À l’heure actuelle, les relevés de la population présente dans les eaux de la C.-B. sont d’ordinaire menés tous les quatre ans. Comme les otaries de Steller occupent une aire de répartition qui franchit les limites nord et sud de la frontière canadienne, il faut mettre l’accent sur la coordination de ces relevés si l’on veut obtenir une estimation globale de la population d’otaries de Steller de l’est du Pacifique. Cela nous permettra, en bout de ligne, d’accroître notre compréhension de l’importance relative du composant canadien de cette population. Une surveillance plus fréquente, en particulier aux sites de reproduction locaux, améliorera notre capacité à détecter les déclins démographiques et à intervenir.

On a établi que la recherche sur l’écologie de l’alimentation, y compris l’évaluation des interactions possibles avec les pêches, constituait une priorité au Canada. En outre, des programmes pour préciser les indices vitaux, l’utilisation de l’habitat et la cartographie génétique à échelle réduite nous aideront à orienter la gestion et la protection de cette population dans les eaux de la C.-B.

L’otarie de Steller est vulnérable à un certain nombre de sources de mortalité anthropique. Nous devons mieux comprendre les taux actuels de mortalité anthropique et leurs tendances au fil du temps. L’établissement de seuils durables pour la mortalité d’origine anthropique (objectif R4) permettra la surveillance des effets au niveau de la population. Les populations d’otaries de Steller se sont accrues au cours des dernières années, ce qui indique que les taux actuels de mortalité anthropique ne mettent pas en péril la durabilité de l’espèce. Cependant, la situation pourrait changer si les conditions devenaient moins favorables pour les otaries, auquel cas la mortalité pourrait réduire les taux de croissance de la population ou accroître l’ampleur des fluctuations démographiques.

Objectifs de gestion

Le tableau 1 (section 1.5.1) résume l’évaluation des menaces pesant sur les otaries de Steller de l’est du Pacifique et présente le potentiel d’atténuation perçu pour chaque menace. L’analyse de la gravité, de l’occurrence et de la certitude causale a permis d’établir l’importance globale de chaque menace relativement aux impacts qu’elle peut avoir sur la viabilité de cette population. Au cours des dix prochaines années, les objectifs de gestion suivants nous aideront à faire en sorte que les menaces les plus importantes n’aient pas d’incidence sur la population d’otaries de Steller ou sur sa répartition en C.-B. et à contribuer à la conservation de cette population dans l’ensemble de son aire de répartition.

M1 Promouvoir la collaboration internationale, la recherche indépendante, la formation et la vulgarisation concernant les initiatives de gestion et de conservation.

M2 Limiter l’exposition des otaries de Steller aux polluants.

M3 Limiter la perturbation des otaries de Steller aux roqueries pendant la saison de reproduction.

M4 Réduire le risque de déversements catastrophiques ayant une incidence sur les otaries de Steller ou leur habitat au Canada.

M5 Limiter l’exposition des otaries de Steller à des bruits aigus qui provoquent des perturbations comportementales ou physiques chez les pinnipèdes.

M6 Limiter la probabilité que les proies soient limitées par des facteurs anthropiques.

La population affiche une tendance soutenue à la hausse. Le but des objectifs de gestion portant sur les menaces les plus importantes est d’éviter toute diminution non souhaitée de la population et de prévenir la survenue de changements importants dans l’aire de répartition de l’espèce dans les eaux de la C.-B. Les déversements catastrophiques, les perturbations (telles que les perturbations acoustiques, celles découlant de l’exploitation des ressources énergétiques et minérales ainsi que les perturbations physiques aux roqueries) et les contaminants sont considérés comme étant des menaces anthropiques qui doivent faire l’objet de mesures d’atténuation ou de gestion afin que l’on puisse atteindre le but visé dans le présent plan de gestion. La limitation de l’abondance des espèces-proies par des moyens anthropiques (obj. M5) est d’une importance particulière; cependant, on manque d’information sur les besoins en matière de proies. Ainsi, la surveillance de la disponibilité des proies et l’exécution de travaux de recherche nous aideront à réaliser l’objectif M6.

Les menaces qui ont été évaluées comme étant d’importance faible ou inconnue ne font pas l’objet d’objectifs particuliers ni de nouvelles recommandations en matière d’atténuation; les lacunes dans les connaissances se rapportant à ces menaces seront plutôt comblées par des moyens opportunistes ou peu coûteux lorsque cela sera possible. Certaines menaces ont une incidence sur les individus, mais n’affectent pas l’ensemble de la population. Lorsque la possibilité de mettre en œuvre des mesures d’atténuation efficaces est élevée (tableau 1) et que des ressources sont disponibles, il est prudent de gérer ces menaces et d’atténuer leurs effets.

2.3 Mesures

Les mesures suivantes (non classées par ordre de priorité) soutiennent les objectifs exposés à la section 2.2. Certaines des mesures énumérées ci-après sont en cours (voir section 1.6, « Mesures déjà prises ou en cours ») et ont été décrites dans d’autres documents de planification du rétablissement jusqu’à maintenant (voir section 4, « Plans connexes »). La synchronisation des activités énumérées pour la protection, la gestion et la recherche facilitera l’application d’une approche plurispécifique à la conservation des mammifères marins en C.-B. et permettra une utilisation efficace des ressources disponibles. Les mesures sont recommandées lorsque leur mise en œuvre est considérée comme étant réalisable et que celle-ci aura lieu là où elles seront vraisemblablement les plus efficaces pour assurer la protection de la population d’otaries de Steller en C.-B.

Lorsque les mesures à prendre relèvent de la compétence de Pêches et Océans Canada ou de l’Agence Parcs Canada, celles-ci seront mises en œuvre directement sous réserve de la disponibilité des fonds et des autres ressources requises. La collaboration d’autres organismes et agences responsables sera cependant nécessaire pour la mise en œuvre de certaines mesures. Lorsque la responsabilité de la mise en œuvre des mesures ne relève pas du mandat ou de la compétence de Pêches et Océans Canada ou de l’Agence Parcs Canada, il sera prioritaire de soutenir la mise en œuvre de la ou des mesures et la contribution aux efforts consentis, lorsque cela est possible. Les agences participantes, les organismes et les échéanciers de mise en œuvre pour chacune des mesures énumérées sont présentés à la section 3 (tableau 3). Les organismes qui participent actuellement à la collecte de données sur la population d’otaries de Steller de l’est du Pacifique sont énumérés à l’annexe II.

2.3.1 Protection

1. Protéger les otaries de Steller contre les perturbations (physiques et acoustiques) aux quatre sites de reproduction ou à proximité de ceux-ci, aux 23 échoueries permanentes et à de nombreuses échoueries d’hiver en C.-B.

  • Poursuivre la mise en application du Règlement sur les mammifères marins (RMM) et la promotion des lignes directrices régionales sur l’observation des mammifères marins ainsi que des règlements pertinents s’appliquant au développement industriel marin.

2. Poursuivre la mise en œuvre de la réglementation concernant les rejets de débris3 et élaborer de nouvelles normes sur les engins de pêche (engins de pêche à la traîne, sennes et palangres) afin de réduire le risque d’emmêlement dans des débris marins ou d’emmêlement direct dans des engins de pêche.

2.3.2 Gestion

3. Poursuivre la gestion des ressources halieutiques et des pêches lorsqu’un lien existe avec le régime alimentaire des otaries de Steller. Examiner les besoins alimentaires des otaries de Steller lorsque des changements surviennent dans les régimes de gestion des pêches en vigueur pour les espèces que l’on sait importantes pour l’otarie de Steller en C.-B.

4. Poursuivre l’examen de propositions de projets qui comportent des activités ayant la possibilité de perturber les otaries aux échoueries ou aux roqueries et formuler des avis propres aux projets concernant des mesures d’atténuation ou d’évitement qui tiennent compte des besoins en matière d’habitat des otaries de Steller.

5. Même si les contaminants sont considérés comme une menace pour cette population, la gestion de la contamination biologique et chimique relève de la compétence d’Environnement Canada. Les mesures suivantes sont recommandées pour réduire la charge de substances toxiques chez les mammifères marins et dans leur habitat.

  • Élaborer un plan d’intervention d’urgence pour préciser les champs d’expertise en mammifères marins nécessaires pour mener à bien des initiatives d’intervention en cas de déversement, au besoin.

  • Élaborer un manuel opérationnel propre aux mammifères marins qui sera inclus dans les plans d’intervention en cas de déversement catastrophique4 afin de préciser les protocoles d’intervention à suivre et les données à recueillir pour assurer l’atténuation et le suivi des effets à court et à long termes sur les mammifères marins et l’habitat important.

  • Passer en revue la gestion des sources ponctuelles de polluants toxiques dans l’habitat connu de l’otarie de Steller afin d’évaluer le respect des lignes directrices fédérales, provinciales et régionales concernant les seuils de contamination environnementale établis pour certaines toxines figurant à l’annexe I.

6. Soutenir les activités de recherche à faible impact par la délivrance de permis et la coordination, pour toute l’aire de répartition de l’espèce, de recherches transfrontalières ainsi que les activités de surveillance et d’évaluation (sections 2.3.3 et 2.3.4) afin de combler les lacunes importantes dans les connaissances et de clarifier les menaces relevées, tout en limitant la perturbation des animaux. On pourra ainsi effectuer une collecte de données uniforme et normalisée pour les besoins des évaluations et des comparaisons des populations et sur l’ensemble de l’aire de répartition.

7. Renforcer les mesures mises en œuvre pour réduire le risque d’emmêlement des otaries de Steller dans des débris marins, des installations aquicoles et des engins de pêche.

  • Soutenir le Marine Mammal Response Network (MMRN) dans la collecte de données à l’appui d’une étude approfondie des menaces suivantes : prises accessoires, emmêlement dans des débris marins, des engins de pêche et des installations aquicoles.

  • Améliorer, soutenir et favoriser, lorsque c’est possible, l’élaboration continue de normes sur les déclarations par les observateurs des pêches et de lignes directrices pour l’identification des espèces de mammifères marins et la collecte de données afin de préciser l’étendue des interactions avec les pêches pour ce qui est des emmêlements, des prises accessoires ou de la déprédation et de recueillir des exemples, lorsque c’est possible et nécessaire.

  • Poursuivre l’élaboration de solutions au problème des interactions avec les prédateurs et pour la déclaration trimestrielle des abattages de mammifères marins aux sites aquicoles, et poursuivre l’élaboration d’exigences en matière de déclaration des interactions avec des mammifères marins aux sites aquicoles. Il est particulièrement important que l’on puisse identifier les espèces avec précision, recueillir des données et établir des exigences en matière de délais pour la déclaration des incidents.

  • Poursuivre les travaux engagés avec l’industrie aquicole afin d’évaluer et d’élaborer des pratiques de gestion optimales pour atténuer la déprédation par les otaries de Steller et éviter les emmêlements subséquents (p. ex. infrastructure de filets anti-prédation plus efficace).

  • Proposer d’autres types d’engins afin de limiter de façon préventive la probabilité d’emmêlement dans des débris marins, des engins de pêche et des installations aquicoles. Il est particulièrement important que l’on examine le risque d’emmêlement dans les filets anti-prédation et les bandes d’emballage ainsi que l’ingestion d’hameçons de lignes à la traîne et de palangres. Cette mesure contribuera à l’évolution continue des lignes directrices, des pratiques de gestion optimales, des règlements et des normes.

8. Évaluer le risque que font peser sur les otaries de Steller de la C.-B. les déversements catastrophiques et les perturbations attribuables aux bruits et aux navires qui pourraient découler de la levée du moratoire sur la prospection et l’extraction de combustibles fossiles au large de la C.-B. Les impacts sur le succès de l’alimentation en mer près des échoueries permanentes et des sites de reproduction de la C.-B. sont particulièrement préoccupants.

2.3.3 Recherche sur la biologie de l’otarie de Steller

Les domaines suivants ont été identifiés comme étant prioritaires sur le plan des recherches à effectuer pour combler les lacunes entourant la biologie de l’espèce. D’autres domaines de recherche potentiels ont été énumérés dans les sections précédentes du présent plan de gestion et doivent également être pris en considération du fait qu’ils peuvent être utiles pour la mise en œuvre des mesures ci-après.

9. Pêches et Océans Canada soutiendra, facilitera et favorisera la recherche sur les otaries de Steller en assurant la gestion des échantillons et des données recueillies par des organismes non gouvernementaux et le public, notamment :

  • Les échantillons de tissus provenant d’individus de la population d’otaries de Steller de la C.-B. pour d’éventuelles recherches sur la génétique, les agents pathogènes et les acides gras. On facilitera ainsi la collecte de données sur la génétique et les agents pathogènes afin que l’on puisse mieux comprendre les exigences et la santé de la population de la C.-B.; on facilitera ainsi également les comparaisons menées sur l’ensemble de l’aire de répartition de l’espèce.

  • Les nouvelles données d’observation des marques et d’éventuelles photographies des animaux marqués. On contribuera ainsi à résoudre les incertitudes relatives aux indices vitaux et aux déplacements des individus et à combler d’autres lacunes dans les connaissances.

10. Pêches et Océans Canada et l’Agence Parcs Canada soutiendront, faciliteront et favoriseront, lorsque c’est possible, la mise en œuvre des mesures de recherche dirigées suivantes afin de combler les principales lacunes dans les connaissances relatives aux otaries de Steller.

  • Études sur les aires d’alimentation et la répartition saisonnière des otaries ainsi que de leurs proies afin de résoudre les incertitudes concernant la disponibilité des proies près des roqueries.

  • Études afin de résoudre les incertitudes concernant le régime alimentaire des otaries de Steller en dehors de la saison de reproduction.

  • Tenue d’une base de données sur les nouvelles observations d’individus marqués afin de faciliter l’organisation des données recueillies et le partage des données entre les chercheurs.

2.3.4 Recherche pour clarifier les menaces relevées

Pêches et Océans Canada et l’Agence Parcs Canada soutiendront, faciliteront et favoriseront, lorsque c’est possible, la mise en œuvre des mesures de recherche suivantes afin de combler les lacunes dans les connaissances relatives aux menaces pesant sur la population.

11. Évaluer les taux actuels de mortalité anthropique annuelle qui peuvent être soutenus par les otaries de Steller dans diverses conditions (tout en atteignant l’objectif P1) ainsi que les tendances connexes.

12. Déterminer la composition du régime alimentaire des otaries de Steller (pour toutes les saisons) afin d’évaluer les possibilités de concurrence avec les pêches à l’égard des ressources que représentent les proies.

13. Évaluer la variation saisonnière de l’importance des impacts des perturbations causées par les activités de recherche menées aux échoueries et aux roqueries afin de clarifier l’ampleur de cette menace relevée.

14. Recueillir de l’information sur les taux d’emmêlement observés pendant les recherches sur l’otarie de Steller en C.-B. afin de compiler de l’information sur les taux d’emmêlement, les types d’engins et la gravité des emmêlements ainsi que d’examiner et d’élaborer des méthodes pour libérer les animaux emmêlés.

15. Recueillir des échantillons à des fins d’analyse des charges en toxines et en agents pathogènes chez les otaries de Steller, lorsque cela est possible.

16. Procéder à des évaluations des sources actuelles de polluants biologiques dans l’habitat connu de l’otarie de Steller afin d’évaluer la possibilité d’impacts sur toute la population. Une importance particulière est accordée aux sources agricoles de polluants et aux programmes de réhabilitation.

17. Identifier les sources diffuses importantes de contaminants toxiques dans l’habitat de l’otarie de Steller en C.-B. Une importance particulière est accordée aux contaminants nouveaux et aux sources situées à proximité immédiate des roqueries et des échoueries permanentes.

2.3.5 Suivi de l’état de la population

18. Continuer de soutenir et de faciliter la coordination de relevés aériens et par navire menés tous les quatre ans dans l’ensemble de l’aire de répartition.

19. Envisager l’exécution de relevés supplémentaires aux deux ans aux roqueries afin d’assurer un suivi plus étroit des populations reproductrices.

2.3.6 Vulgarisation et communication

20. Favoriser l’amélioration des réseaux de communication afin d’accroître la sensibilisation à l’égard des initiatives de conservation de l’otarie de Steller et de la recherche menée à cet égard.

  • Constituer, dans le cadre des activités de prévention, des réseaux intra et interagence afin d’assurer une communication efficace pendant les interventions en cas de déversement catastrophique et permettre la prise de mesures rapides, efficaces et coordonnées par les agences et parties responsables.

  • Soutenir et faciliter, lorsque c’est possible, la collaboration transfrontalière et intergouvernementale concernant des initiatives de conservation afin d’assurer une réaction coordonnée pour la conservation de cette population.

  • Communiquer de façon continue avec les médias et faire la promotion du RMM ainsi que du document « Respectez les baleines! Directives pour l’observation de la faune aquatique à l’intention des plaisanciers et des observateurs » afin de réduire la perturbation physique et acoustique aux échoueries. Cette mesure contribuera à accroître la sensibilisation des gens au Règlement et facilitera la mise en œuvre de mesures d’application de la réglementation.

  • Soutenir, dans la mesure du possible, les programmes d’éducation et de sensibilisation indépendants sur les sujets suivants :

    • Importance des cas d’emmêlement dans des débris marins observés chez des otaries de Steller.

    • Mesures pour éviter ou limiter la déprédation dans les engins de pêches commerciale et sportive.

    • Importance de déclarer les incidents mettant en cause des mammifères marins, y compris l’otarie de Steller, au MMRN.

    • Mesures d’atténuation disponibles pour réduire la contamination chimique et biologique de l’habitat.

3 Par exemple : Loi sur la marine marchande du Canada, Règlement sur la prévention de la pollution par les navires et sur les produits chimiques dangereux.
4 Inclure dans le manuel opérationnel les mesures précisées dans le guide de Pêches et Océans Canada sur les interventions en cas d’incident en lien avec les mammifères marins et le document de travail intitulé « Sea otter oil spill response plan for Canada’s Pacific coast » (plan d’intervention en cas de déversement d’hydrocarbures pour la loutre de mer de la côte canadienne du Pacifique).