Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le lichen cryptique ( Nephroma occultum) au Canada – Mise à jour

Importance de l'espèce

Le Nephroma occultum est endémique à l’ouest de l’Amérique du Nord. Le Canada abrite plus de 50 p. 100 de l’aire de répartition de cette espèce. Seulement cinq emplacements canadiens sont protégés contre l’exploitation forestière. Le N. occultum appartient à un groupe de lichens et de bryophytes rares et peu communs qui dépendent des peuplements forestiers anciens et humides et qui ont une répartition disjointe inhabituelle, partagée entre la côte et les terres intérieures. L’habitat du N. occultum , dans l’ensemble de son aire de répartition, connaît un déclin progressif attribuable à l’exploitation forestière et aux infestations d’insectes. Cette tendance est très prononcée dans les terres de l’intérieur, où l’habitat convenable est déjà limité géographiquement par le climat.

Reconnu au Canada et aux États-Unis comme une espèce nécessitant des mesures de conservation spéciales (Goward, 1995a; FEMAT, 1993), le Nephroma occultum a fait l’objet d’une attention considérable de la part des lichenologistes. Plusieurs études sur l’écologie et la répartition du N. occultum ont été publiées au cours des 10 dernières années (Goward, 1994; idem, 1995a; idem, 1995b; Sillett, 1995; Sillett et Neitlich, 1996; Goward et Pojar, 1998; Sillett et Goslin, 1999; Rossoet al., 1999; idem, 2000; McCune et al., 2002; Zavarzin et Timdal, 2004). Parmi les lichens, le Nephroma occultum est devenu l’une des très rares espèces « phare » et a joué le rôle d’espèce cible pour la conservation d’un grand nombre de lichens, de bryophytes et de plantes vasculaires tributaires des peuplements anciens, et même de forêts entières. Des mesures officielles de protection liées à la gestion forestière aux États-Unis (qui exigent des relevés des lichens; FEMAT, 1993) ont mené à la découverte de plus de 190 nouvelles populations depuis 1994. L’inscription de l’espèce à la liste fédérale canadienne par le COSEPAC ne s’est pas traduite par une obligation de mener des relevés des lichens dans les régions susceptibles d’abriter l’habitat du N. occultumlorsqu’une exploitation forestière y est planifiée; par contre, seulement 24 populations ont été découvertes au Canada au cours des 10 dernières années.