Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Loup atlantique Anarhichas lupus au Canada - 2012

Taille et tendances des populations

Activités et méthodes d’échantillonnage

Les variations d’effectifs de loups atlantiques ont été évaluées au moyen des résultats des relevés scientifiques au chalut du MPO, qui évaluent les effectifs de plusieurs espèces de poissons de fond et d’invertébrés (tableau 4). Il faut savoir qu’il y a des différences régionales en ce qui concerne les engins utilisés sur l’ensemble de la période couverte, ainsi que des changements d’engin au fil du temps dans certaines régions, ce qui empêche les comparaisons directes.

Tableau 4. Relevés scientifiques au chalut du MPO utilisés dans le présent rapport pour déterminer les tendances des effectifs de loups atlantiques.
Relevés Divisions/sous-division de l’OPANOAnnéesEngins
Relevé d’été (Maritimes)4V, 4W et 4X1970–1981Chalut Yankee 36
Relevé d’été (Maritimes)4V, 4W et 4X1982-présentChalut Western IIA
Relevé dans le nord du golfe4RS et secteurs profonds de 4T1990–2003Chalut URI 81’/114
Relevé dans le nord du golfe4RS et secteurs profonds de 4T2004-présentChalut Campelen
Relevé dans le sud du golfe4T1971–1985Chalut Yankee 41.5
Relevé dans le sud du golfe4T1986-présentChalut Western IIA
Relevés de printemps
(Terre-Neuve et Labrador)
3N, 3O, 3Ps et 3L1971–1982Chalut Yankee 41.5
Relevés de printemps
(Terre-Neuve et Labrador)
3N, 3O, 3Ps et 3L1983–1995Chalut Engel 45
Relevés de printemps
(Terre-Neuve et Labrador)
3N, 3O, 3Ps et 3L1996-présentChalut Campelen
Relevés d’automne
(Terre-Neuve et Labrador)
2G, 2H, 3N, 3O, 3K et 3L1977–1994Chalut Engel 45
Relevés d’automne
(Terre-Neuve et Labrador)
2G, 2H, 3N, 3O, 3K et 3L1995-présentChalut Campelen

Haut de la page

Ces relevés scientifiques au chalut, dont certains sont effectués depuis plus de 40 ans, suivent un protocole d’échantillonnage aléatoire stratifié. Ensemble, ils couvrent un vaste éventail d’espèces démersales au Canada (et même dans les portions internationales des divisions 3LNO). Essentiellement, seules les zones côtières ou les régions se trouvant à la limite septentrionale de l’aire de répartition de l’espèce (sous-zone 0 de l’OPANO) ne sont pas couvertes par les relevés scientifiques, ou ne le sont que sporadiquement. La couverture est en effet plus faible dans les régions nordiques : le MPO a réalisé des relevés dans la baie de Baffin (division 0A) en 1999, 2001, 2004, 2006 et 2008, et dans le détroit de Davis (division 0B) en 2000 et 2001.

Les résultats des relevés sont extrapolés à l’ensemble de la superficie couverte et présentés sous la forme d’estimations de l’abondance minimale chalutable. Les valeurs obtenues constituent des sous-estimations de l’abondance réelle parce que certaines régions abritant des loups ne sont pas couvertes (secteurs proches de la côte, régions nordiques, et secteurs à substrat rocheux), et que là où ils passent, les chaluts ne capturent pas tous les poissons : certains individus peuvent éviter le chalut ou s’en échapper, ou ils peuvent se trouver dans des endroits auxquels le chalut ne peut accéder (p. ex. crevasses dans les roches).

Depuis les années 1970, le MPO effectue des relevés de printemps et d’automne sur les bancs de Terre-Neuve, autour de Terre-Neuve et dans la mer du Labrador. Au fil des relevés, des changements de navire et d’engin ont eu lieu (tableau 4), et la superficie couverte a varié à certains endroits. En outre, certaines régions n’ont pas été couvertes certaines années. Le tableau 5 montre les divisions/sous-division de l’OPANO couvertes par les relevés de 1971 à 2010.

Tableau 5. Relevés scientifiques au chalut de la Région de Terre-Neuve et du Labrador du MPO réalisés au printemps sur les bancs de Terre-Neuve (3LNOPs; voir la figure 4), et à l’automne/hiver du plateau du Labrador au Grand Banc (2GHJ3KLMNO). Les relevés effectués sont indiqués par les cases grisées et le X. Version accessible du Tableau 5
AnnéeDivisions/sous-division de l’OPANO
Relevé automnalRelevé printanier
2G2H2J3K3L3N3O3L3N3O3Ps
1971       XXX 
1972       XX X
1973       XXXX
1974       XX X
1975       XXXX
1976       XXXX
1977  XX   XXXX
1978XXXX   XXXX
1979  XX   XXXX
1980XXXXX  XXXX
1981  XXX  XXXX
1982  XXX  XXXX
1983  XXX     X
1984  XXX  XXXX
1985  XXX  XXXX
1986  XXX  XXXX
1987XXXXX  XXXX
1988XXXXX  XXXX
1989  XXX  XXXX
1990  XXXXXXXXX
1991XXXXXXXXXXX
1992  XXXXXXXXX
1993  XXXXXXXXX
1994  XXXXXXXXX
1995  XXXXXXXXX
1996XXXXXXXXXXX
1997XXXXXXXXXXX
1998XXXXXXXXXXX
1999XXXXXXXXXXX
2000  XXXXXXXXX
2001 XXXXXXXXXX
2002  XXXXXXXXX
2003  XXXXXXXXX
2004 XXXXXXXXXX
2005  XXXXXXXXX
2006 XXXXXXXXX 
2007  XXXXXXXXX
2008 XXXXXXXXXX
2009  XXXXXXXXX
2010       XXXX

Haut de la page

La figure 11 présente les fréquences des tailles des prises pour les relevés scientifiques au chalut réalisés à l’automne dans la région de Terre-Neuve et du Labrador dans les périodes 1981-1994 et 1995-2010. On y voit que davantage d’individus de petite taille (moins de 20 cm) sont capturés depuis que le chalut Campelen a remplacé le chalut Engel, en 1995.


Figure 11. Fréquence des longueurs des loups atlantiques dans les données de capture brutes des relevés scientifiques au chalut réalisés à l’automne dans la région de Terre-Neuve et du Labrador dans les périodes 1981-1994 et 1995-2010.

Graphique montrant la fréquence des longueurs des loups atlantiques dans les données de capture brutes des relevés scientifiques au chalut (voir description longue ci-dessous).

Description pour la figure 11

Graphique montrant la fréquence des longueurs des loups atlantiques dans les données de capture brutes des relevés scientifiques au chalut réalisés à l’automne dans la région de Terre-Neuve et du Labrador dans les périodes 1981-1994 et 1995-2010. On y voit que davantage d’individus de petite taille (moins de 20 cm) sont capturés depuis que le chalut Campelen a remplacé le chalut Engel, en 1995. Les individus dont la longueur totale est de 51 cm ou plus sont ici considérés comme matures. Source : données fournies par Mark Simpson, comm. pers. (2010 et 2012).

Haut de la page

Les relevés au chalut ont débuté dans les années 1970 sur le plateau néo-écossais et dans la baie de Fundy (divisions 4VWX de l’OPANO – relevé scientifique estival au chalut des Maritimes). En 1982, le chalut Yankee 36 a été remplacé par le chalut Western IIa, ce qui peut avoir entraîné un changement des taux de capture.

Deux relevés scientifiques au chalut sont réalisés dans le golfe du Saint-Laurent. L’un englobe les divisions 4R et 4S ainsi que le chenal Esquiman dans la division 4T (relevé scientifique au chalut dans le nord du golfe), et l’autre, la division 4T (relevé scientifique au chalut dans le sud du golfe).

Pour le relevé dans le nord du golfe, on a eu recours au NGCC Alfred Needler, équipé d’un chalut de fond URI 81’/114’, de 1990 à 2003, qui a ensuite été remplacé par le NGCC Teleost, équipé d’un chalut à crevettes. Dans le sud du golfe, le relevé scientifique au chalut est mené au mois de septembre depuis 1971; en 1985, on est passé du chalut Yankee 36 au chalut Western IIA.

Abondance

On peut obtenir des estimations de l’abondance à partir des résultats de l’échantillonnage aléatoire stratifié réalisé dans le cadre des relevés scientifiques au chalut (tableau 6). L’effectif de loups atlantiques dans les eaux canadiennes est estimé à plus de 49 millions d’individus. Il s’agit là d’une estimation prudente, car les chaluts ne capturent pas tous les individus qui se trouvent sur leur passage, certaines zones ne sont pas couvertes (p. ex. fonds rocheux et zones côtières) et aucune estimation n’existe pour certaines régions où l’espèce est peu nombreuse, comme l’Arctique canadien. Le nombre d’individus matures est estimé à plus de 5 millions (tableau 6).

Tableau 6. Abondance chalutable minimale actuelle de loups atlantiques (nombre total d’individus et nombre d’individus matures) dans chaque division ou sous-division de l’OPANO d’après les relevés scientifiques au chalut du MPO. Les valeurs issues des différents relevés ne peuvent être comparées entre elles à cause de la différence d’efficacité de capture entre les engins utilisés. Sont considérés comme matures les individus mesurant 51 cm ou plus de longueur totale, sauf pour le relevé estival effectué dans les Maritimes (> 67 cm).
Divisions/sous-division de l’OPANONombre total d’individus1
(en millions)
Nombre d’individus matures
(en millions)
Relevés
2G2,952 [1999]0,55Relevé automnal dans la région de Terre-Neuve et du Labrador
2H6,692 [2008]1,24Relevé automnal dans la région de Terre-Neuve et du Labrador
2J10,922 2009]2,02Relevé automnal dans la région de Terre-Neuve et du Labrador
3K3,542 [2009]0,66Relevé automnal dans la région de Terre-Neuve et du Labrador
3L9,382 [2009]1,74Relevé automnal dans la région de Terre-Neuve et du Labrador
3N3,532 [2009]0,65Relevé automnal dans la région de Terre-Neuve et du Labrador
3O3,802 [2009]0,70Relevé automnal dans la région de Terre-Neuve et du Labrador
Sous-total40.814,01Relevé automnal dans la région de Terre-Neuve et du Labrador
3Ps3,172 [2010]0,59Relevé printanier dans la région de Terre-Neuve et du Labrador
4VWX1,623 [2010]0,02Relevé estival dans les Maritimes
4T0,074 [2010]Très faibleRelevé dans le sud du golfe (septembre)
Sous-total4.86 0,61 
4RS3,985 [2010]0,45Relevé dans le nord du golfe (été)
Total> 49,62> 5,07 

1 L’année de l’évaluation la plus récente est indiquée entre crochets.
2 Simpson et al. (2011)
3 Simon et al. (2011)
4 Hugues Benoît, comm. pers. (2012)
5 Bourdage et Ouellet, en préparation

Haut de la page

Fluctuations et tendances

Plateau du Labrador et bancs de Terre-Neuve

C’est dans cette région (2J3KLNO) que l’effectif de l’espèce est le plus élevé au Canada. Les indices d’abondance y ont de façon générale diminué des années 1970 au milieu des années 1990. Depuis, ils se sont fortement accrus.

L’indice d’abondance relative estimé à partir des résultats du relevé scientifique automnal au chalut a diminué de 1978 à 1994 dans 2J3K (sud de la mer du Labrador et est de Terre-Neuve) (tableau 7, figure 12). Cependant, depuis 1995, une tendance à la hausse a été observée. Il y a eu changement d’engin à la fin de 1995, ce qui fait qu’on ne peut comparer directement les résultats des périodes 1977-1995 et 1996-2009. La figure 13 présente l’abondance totale de l’espèce dans 2J3KL, divisions qui ont été systématiquement couvertes depuis 1981. Une baisse marquée de l’indice d’abondance s’est produite de 1981 (11,76 millions d’individus) à 1994 (0,98 million). Dans cette période, les taux de diminution du nombre total d’individus et du nombre d’individus matures ont été respectivement de 91 % et de 96 % (tableau 8, figure 14). Une hausse marquée a suivi de 1995 à 2007 (de 10,37 à 42,51 millions d’individus), et l’indice d’abondance a par la suite diminué (23,83 millions en 2009). Les taux d’accroissement du nombre total d’individus et du nombre d’adultes sont respectivement de 150 % et de 294 % depuis 1995 (tableau 8), l’accroissement ayant eu lieu principalement dans 2J et 3L (figure 12). Dans les autres divisions, les indices ont varié sans tendance claire. Le nombre d’adultes augmente aussi depuis 1996 (figures 13 et 14).

Tableau 7. Indices d’abondance du loup atlantique sur les bancs de Terre-Neuve et dans le sud du plateau du Labrador d’après les données du relevé scientifique automnal au chalut réalisé dans la région de Terre-Neuve et du Labrador. (Les totaux pour 3LNO en ce qui concerne le relevé printanier sont présentés au tableau 9.) Version accessible du Tableau 7
AnnéeIndice d'abondance (en millions d'individus)* 
2G2H2J3K3L3N3O2J3KL2J3KL – individus matures**
1977  12,352,24     
19781,615,6216,9417,42     
19791,484,778,649,71     
1980  8,098,48     
19810,612,424,215,212,34  11,764,28
1982  5,394,832,40  12,613,67
1983  6,025,261,64  12,914,77
1984  4,464,232,95  11,644,15
1985  4,393,582,17  10,142,07
1986  3,442,011,36  6,811,49
19870,330,402,301,953,59  7,841,12
19880,040,922,322,253,37  7,941,75
1989  2,011,691,36  5,060,88
1990  1,280,842,320,500,564,440,69
1991 0,130,671,470,810,550,452,940,57
1992  0,630,570,711,260,311,910,24
1993  0,850,720,690,410,452,260,33
1994  0,220,420,350,380,230,980,22
 Changement d’engin
1995  1,505,133,733,581,3510,370,51
19961,421,696,117,933,311,360,6517,350,24
19973,382,268,013,102,182,581,8013,300,82
19981,135,659,195,653,931,842,0718,771,21
19992,954,109,596,966,161,821,9322,721,21
2000  10,105,904,881,363,7720,881,37
2001 0,734,538,989,501,683,2423,011,98
2002  4,403,587,812,543,3815,790,00
2003  3,584,823,893,992,7412,291,07
2004 10,6610,926,781,941,260,5119,630,30
2005  7,7410,1716,803,631,9634,701,84
2006 11,407,499,7821,411,154,1438,681,50
2007  17,377,9817,172,481,8042,511,92
2008 6,699,514,5712,682,110,9626,762,02
2009  10,923,549,383,533,8023,832,56

* Les cases laissées en blanc indiquent qu’aucun relevé n’a été effectué.
** Les effectifs d’individus matures sont fondés sur la proportion annuelle de poissons de 51 cm ou plus de longueur totale dans les prises du relevé scientifique automnal au chalut réalisé dans la région de Terre-Neuve et du Labrador.

Haut de la page

Tableau 8. Tendances des indices d’abondance du loup atlantique d’après les données des relevés scientifiques au chalut. Version accessible du Tableau 8
    Taux de variationParamètres de la régression du log naturel
RelevéDivisions/
sous-division de l’OPANO
PériodeEffectif total/
indiv. matures
%Nombre d’annéesR2Valeur de PPente
Relevé automnal de Terre-Neuve et Labrador2J3KL – sud du plateau du Labrador1981-1994Total-91130,880,001-0,18
Relevé automnal de Terre-Neuve et Labrador2J3KL – sud du plateau du Labrador1981-1994Matures-96130,93< 0,001-0,25
Relevé automnal de Terre-Neuve et Labrador2J3KL – sud du plateau du Labrador1995-2009Total150140,50< 0,0030,07
Relevé automnal de Terre-Neuve et Labrador2J3KL – sud du plateau du Labrador1995-2009Matures294140,380,0180,10
Relevé printanier de Terre-Neuve et Labrador3LNO – bancs de Terre-Neuve1971-1982Total219110,360,0400,11
Relevé printanier de Terre-Neuve et Labrador3LNO – bancs de Terre-Neuve1984-1995Total-44110,120,278-0,05
Relevé printanier de Terre-Neuve et Labrador3LNO – bancs de Terre-Neuve1984-1995Matures-70110,400,027-0,10
Relevé printanier de Terre-Neuve et Labrador3LNO – bancs de Terre-Neuve1996-2010Total124140,330,0260,05
Relevé printanier de Terre-Neuve et Labrador3LNO – bancs de Terre-Neuve1996-2010Matures247140,530,0030,09
Relevé estival des Maritimes4VWX – plateau néo-écossais1970-1981Total-0.2115X1060,994-0,0002
Relevé estival des Maritimes4VWX – plateau néo-écossais1970-1981Matures79110,210,1320,05
Relevé estival des Maritimes4VWX – plateau néo-écossais1982-2010Total-272980,050,258-0,01
Relevé estival des Maritimes4VWX – plateau néo-écossais1982-2010Matures-96280,61< 0,001-0,11
Relevé printanier de Terre-Neuve et Labrador3Ps – sud de Terre-Neuve1971-1982Total-36100,110,313-0,04
Relevé printanier de Terre-Neuve et Labrador3Ps – sud de Terre-Neuve1984-1995Total-77110,620,002-0,13
Relevé printanier de Terre-Neuve et Labrador3Ps – sud de Terre-Neuve1984-1995Matures-87110,730,000-0,19
Relevé printanier de Terre-Neuve et Labrador3Ps – sud de Terre-Neuve1996-2010Total92140,140,1950,47
Relevé printanier de Terre-Neuve et Labrador3Ps – sud de Terre-Neuve1996-2010Matures226140,300,0420,08
Relevé du sud du golfe4T – sud du golfe1971-1985Total65140,020,6410,11
Relevé du sud du golfe4T – sud du golfe1986-2010Total-60240,180,045-0,04
Relevé estival du nord du golfe4RST – nord du golfe1990-2009Total56190,070,2640,02
Relevé estival du nord du golfe4RST – nord du golfe1990-2009Matures150160,100,2160,05

Haut de la page


Figure 12. Abondance estimée (± IC) de loups atlantiques sur les bancs de Terre-Neuve (3LNO) et dans le sud du plateau du Labrador (2J3KL), d’après les résultats du relevé scientifique automnal au chalut de la région de Terre-Neuve et du Labrador.

Graphique montrant l’abondance estimée de loups atlantiques sur les bancs de Terre-Neuve (3LNO) et dans le sud du plateau du Labrador (2J3KL) (voir description longue ci-dessous).

Description pour la figure 12

Graphique montrant l’abondance estimée de loups atlantiques sur les bancs de Terre-Neuve (3LNO) et dans le sud du plateau du Labrador (2J3KL), d’après les résultats du relevé scientifique automnal au chalut de la région de Terre-Neuve et du Labrador. La ligne tiretée verticale indique un changement d’engin de pêche.

Haut de la page


Figure 13. Abondance estimée de loups atlantiques (effectif total et nombre d’individus matures [≥ 51 cm]) dans le sud du plateau du Labrador (2J3KL), de 1981 à 2009, d’après les résultats du relevé scientifique automnal au chalut de la région de Terre-Neuve et du Labrador.

Graphique montrant l’abondance estimée de loups atlantiques dans le sud du plateau du Labrador (2J3KL) de 1981 à 2009 (voir description longue ci-dessous).

Description pour la figure 13

Graphique montrant l’abondance estimée de loups atlantiques dans le sud du plateau du Labrador (2J3KL) de 1981 à 2009, d’après les résultats du relevé scientifique automnal au chalut de la région de Terre-Neuve et du Labrador. La ligne tiretée verticale indique un changement d’engin de pêche.

Haut de la page


Figure 14. Logarithme naturel de l’abondance estimée de loups atlantiques dans le sud du plateau du Labrador (2J3KL), établie d’après les données du relevé scientifique automnal au chalut de la région de Terre-Neuve et du Labrador. Les régressions ajustées sont montrées.

Graphique présentant le logarithme naturel de l’abondance estimée de loups atlantiques dans le sud du plateau du Labrador (2J3KL) (voir description longue ci-dessous).

Description pour la figure 14

Graphique présentant le logarithme naturel de l’abondance estimée de loups atlantiques dans le sud du plateau du Labrador (2J3KL), établie d’après les données du relevé scientifique automnal au chalut de la région de Terre-Neuve et du Labrador. Les régressions ajustées sont montrées. La ligne tiretée verticale indique un changement d’engin de pêche.

Haut de la page

Pour les bancs de Terre-Neuve (3LNO), le relevé scientifique printanier au chalut montre une certaine variabilité de l’effectif de loups atlantiques, sans tendance, dans la période couvrant 1971-1982 et 1984-1994 (tableau 9, figure 15). Depuis, l’effectif s’est accru considérablement, et les valeurs obtenues ces dernières années sont de loin les plus élevées parmi celles de la série de données commençant en 1996, le chalut Campelen utilisé depuis le milieu des années 1990 présentant toutefois une plus grande efficacité de capture. L’abondance totale a été estimée à 21,87 millions d’individus en 2007 (maximum), comparativement à 5,10 millions en 1998 (minimum). Le taux d’accroissement de l’effectif d’individus matures a été de 247 % de 1996 à 2010 (figure 16, tableau 8); l’accroissement s’est produit principalement dans 3L (nord du Grand Banc). Les trois séries de données (1971-1982, 1983-1995, et de 1996 au présent) ne peuvent être comparées directement à cause des changements d’engin.

Tableau 9. Indices d’abondance du loup atlantique pour les bancs de Terre-Neuve d’après les données du relevé scientifique printanier au chalut de Terre-Neuve et du Labrador. Version accessible du Tableau 9
AnnéeIndice d'abondance (en millions d'individus)* 
3L3N3OTotalTotal – individus matures**
19714,020,04   
19720,320,50   
19730,380,560,561,49 
19741,300,36 1,66 
19754,500,750,255,50 
19762,910,501,234,64 
19773,950,350,124,42 
19781,110,680,452,25 
19794,150,680,415,24 
19803,600,930,454,98 
19814,270,400,134,803,02
19823,151,520,555,222,96
1983Changement d’engin 
19840,000,800,371,161,08
19851,051,140,552,741,89
19861,571,380,313,262,35
19873,110,890,814,812,47
19882,020,791,234,042,24
19892,290,670,923,881,92
19902,141,350,664,152,09
19910,280,821,002,101,11
19920,580,700,361,640,76
19930,630,870,451,950,99
19940,841,480,472,791,40
19950,200,390,200,790,29
Changement d’engin 
19963,322,031,276,620,55
19973,322,052,447,820,79
19981,881,491,735,101,07
19993,991,373,158,511,87
20008,281,661,8311,772,22
20013,243,422,108,751,87
20025,482,212,6710,361,28
20034,362,771,298,421,90
20044,792,521,308,612,44
200517,132,211,5420,882,25
200617,510,543,8021,853,75
200717,142,621,2421,004,12
20088,103,353,7415,202,99
20093,092,081,766,931,36
20107,891,962,4712,323,09

* Les cases laissées en blanc indiquent qu’aucun relevé n’a été effectué.
** Les effectifs d’individus matures sont fondés sur la proportion annuelle de poissons de 51 cm ou plus de longueur totale dans les prises du relevé scientifique printanier au chalut réalisé dans la région de Terre-Neuve et du Labrador.

Haut de la page


Figure 15. Abondance estimée (± 1 IC) de loups atlantiques sur les bancs de Terre-Neuve (3LNO) d’après les données du relevé scientifique printanier au chalut de la région de Terre-Neuve et du Labrador. Chaque ligne tiretée verticale indique un changement d’engin de pêche.

Graphique présentant l’abondance estimée de loups atlantiques sur les bancs de Terre-Neuve (3LNO) (voir description longue ci-dessous).

Description pour la figure 15

Graphique présentant l’abondance estimée de loups atlantiques sur les bancs de Terre-Neuve (3LNO) d’après les données du relevé scientifique printanier au chalut de la région de Terre-Neuve et du Labrador. Les différents traits correspondent aux divisions 3L. Le trait représentant l’effectif total (3LNO) indique la somme des effectifs de toutes les divisions seulement quand elles ont toutes été couvertes. Source: données brutes fournies par Mark Simpson (comm. pers., 2010).

Haut de la page


Figure 16. Logarithme naturel de l’abondance estimée de loups atlantiques sur les bancs de Terre-Neuve (3LNO), établie d’après les données du relevé scientifique printanier au chalut de la région de Terre-Neuve et du Labrador.

Graphique montrant le logarithme naturel de l’abondance estimée de loups atlantiques sur les bancs de Terre-Neuve (3LNO) (voir description longue ci-dessous).

Description pour la figure 16

Graphique montrant le logarithme naturel de l’abondance estimée de loups atlantiques sur les bancs de Terre-Neuve (3LNO), établie d’après les données du relevé scientifique printanier au chalut de la région de Terre-Neuve et du Labrador. Les régressions ajustées sont montrées. Chaque ligne tiretée verticale indique un changement d’engin de pêche.

Haut de la page

Plateau néo-écossais, sud de Terre-Neuve et golfe du Saint-Laurent

Dans la portion sud de l’aire de répartition canadienne du loup atlantique, les effectifs estimés à partir des données du relevé scientifique des Maritimes présentent une variabilité interannuelle considérable (tableau 10, figure 17). Aucune tendance claire ne se dégage pour la période 1971-1981. Cependant, dans les années 1980, l’abondance totale est passée de 1,75 million d’individus, en 1984, à plus de 6 millions, en 1989. Depuis 1990, les estimations ont fluctué au fil des années sans tendance particulière, si ce n’est que les plus faibles effectifs depuis le début des relevés entrepris en 1982 ont été observés dans les deux dernières années (0,89 million d’individus en 2009, et 1,62 million en 2010) (figure 17). Pour l’ensemble de la période 1982-2010, l’abondance totale a fluctué sans présenter de tendance (tableau 8 et figure 18).

Tableau 10. Indices d’abondance du loup atlantique pour le plateau néo-écossais, le sud du golfe et le sud de Terre-Neuve établis à partir des données du relevé scientifique estival au chalut des Maritimes (4VWX et 5Y), du relevé scientifique printanier au chalut de Terre-Neuve et du Labrador (3Ps), du relevé scientifique au chalut du sud du golfe (4T) et du relevé scientifique estival au chalut du nord du golfe (4RST). Version accessible du Tableau 10
AnnéeIndice d'abondance (en millions d'individus)
4VWX5Y3PS4T4RST
Adultes*
(≥ 68 cm)
TotalAdultes
(≥ 51 cm)
TotalTotalAdultesTotal
19700,351,93     
19710,602,84  0,02  
19720,701,91 0,880,03  
19730,612,74 2,360,09  
19740,452,45 1,100,01  
19751,393,95 0,970,09  
19760,483,81 1,290,00  
19771,302,34 1,380,07  
19780,572,74 0,630,00  
19790,641,91 0,750,03  
19800,803,09 0,500,06  
19810,991,820,981,550,04  
 Changement d’engin     
19820,933,500,550,960,06  
19830,822,19Changement d’engin0,03  
19840,691,750,390,420,04  
19850,563,380,270,390,06  
     Changement d’engin
19860,411,930,450,620,03 Survey  
19870,592,810,190,370,08  
19880,473,550,140,260,24  
19890,346,160,050,110,05  
19900,334,250,080,150,192,430
19910,214,910,100,180,114,660,167
19920,041,700,050,100,204,410
19930,124,820,060,130,022,050,060
19940,113,760,060,130,134,970,883
19950,443,480,070,180,074,410,424
   Changement d’engin   
19960,653,910,374,440,174,690,573
19970,593,290,111,050,1220,231,477
19980,414,860,190,890,065,010,388
19990,182,111,315,950,036,631,472
20000,104,040,412,170,0614,611,237
20010,293,190,793,710,033,540,184
20020,173,230,494,010,085,620
20030,085,890,683,020,0210,330,626
20040,122,241,404,930,046,160,790
20050,071,860,656,020,085,450,618
20060,152,27  0,067,040,782
20070,032,800,673,390,064,731,135
20080,014,070,582,960,035,160,322
20090,010,890,914,630,033,980,457
20100,021,620,803,170,07  

Sources : Simon et al. (2011); Simpson et al. (2011); Hugues Benoît (comm. pers., 2012); Bourdage et Ouellet (en préparation).
* Les effectifs d’individus matures sont fondés sur la proportion annuelle de poissons de 51 cm ou plus de longueur totale dans les prises du relevé scientifique au chalut réalisé dans le nord du golfe du Saint-Laurent.

Haut de la page


Figure 17. Abondance (± IC) des loups atlantiques (individus matures et effectifs totaux) estimée à partir des données du relevé scientifique estival au chalut des Maritimes pour le plateau néo-écossais et une partie du golfe du Maine (4VWX) et pour le sud de Terre-Neuve (3Ps)..

Graphique montrant l’abondance des loups atlantiques (voir description longue ci-dessous).

Nota : La ligne tiretée verticale noire indique un changement d’engin de pêche dans 4VWX, et chaque ligne tiretée verticale bleue indique un changement de navire dans 3Ps.

Description pour la figure 17

Graphique montrant l’abondance des loups atlantiques estimée à partir des données du relevé scientifique estival au chalut des Maritimes pour le plateau néo-écossais et une partie du golfe du Maine et pour le sud de Terre-Neuve. Les données couvrent la période 1970-2010. Sources : données de 4VWX tirées de Simon et al. (2011), données de 3Ps tirées de Simpson et al. (2011)

Haut de la page


Figure 18. Logarithme naturel de l’abondance estimée de loups atlantiques sur le plateau néo-écossais (4VWX), établie d’après les données du relevé scientifique estival au chalut des Maritimes.

Graphique montrant le logarithme naturel de l’abondance (voir description longue ci-dessous).

Description pour la figure 18

Graphique montrant le logarithme naturel de l’abondance estimée de loups atlantiques sur le plateau néo-écossais (4VWX), établie d’après les données du relevé scientifique estival au chalut des Maritimes. Les régressions ajustées sont montrées. La ligne verticale indique un changement d’engin de pêche.

Haut de la page

L’effectif estimé d’individus matures a diminué fortement à la fin de la période 1971-1981 et de 1982 jusqu’au début des années 1990, puis de nouveau de 1996 (0,65 million d’individus) à 2010 (0,02 million) (tableau 10 et figure 18). Pour la période 1982-2010, les taux annuels de diminution de l’effectif total et de l’effectif d’individus matures ont été respectivement de 27 % et de 96 % (tableau 8 et figure 18). L’analyse des fréquences des longueurs (figure 19) montre que les prises de loups atlantiques de grande taille ont diminué et que celles d’individus de plus petite taille ont apparemment augmenté depuis les années 1980.


Figure 19. Fréquence des longueurs des loups atlantiques sur le plateau néo-écossais, établie d’après les données du relevé scientifique estival au chalut des Maritimes (estimations de l’abondance totale fondées sur un échantillonnage aléatoire stratifié).

Graphique montrant la fréquence des longueurs des loups atlantiques sur le plateau néo-écossais (voir description longue ci-dessous).

Description pour la figure 19

Graphique montrant la fréquence des longueurs des loups atlantiques sur le plateau néo-écossais, établie d’après les données du relevé scientifique estival au chalut des Maritimes recueillies de 1971 à 2010 (estimations de l’abondance totale fondées sur un échantillonnage aléatoire stratifié). Ce graphique laisse penser que les prises de loups atlantiques de grande taille ont diminué et que celles d’individus de plus petite taille ont augmenté depuis les années 1980. Voir le texte pour les biais liés aux changements d’engin de pêche.

Haut de la page

Au sud de Terre-Neuve (3Ps), l’effectif n’a pas présenté de tendance dans la période 1971-1982, puis s’est mis à diminuer de 1984 à 1995 (tableau 10, figures 17 et 20). De 1985 à 1995, le taux de diminution a été de 87 % pour les individus matures (tableau 8). Le taux annuel de diminution a été de 13 % (tableau 8 et figure 20). Les adultes ont présenté une tendance similaire pour cette période, mais leur effectif augmente depuis 1998 (figures 17 et 20). De 1998 à 2010, l’indice d’abondance totale est passé de 0,89 à 3,17 millions d’individus, et l’indice d’abondance des individus matures, de 0,19 à 0,80 million.


Figure 20. Logarithme naturel de l’abondance estimée de loups atlantiques au sud de Terre-Neuve (3Ps), établie d’après les données du relevé scientifique printanier au chalut de Terre-Neuve.

Graphique montrant le logarithme naturel de l’abondance (voir description longue ci-dessous).

Description pour la figure 20

Graphique montrant le logarithme naturel de l’abondance estimée de loups atlantiques au sud de Terre-Neuve (3Ps), établie d’après les données du relevé scientifique printanier au chalut de Terre-Neuve. Les régressions ajustées sont montrées. La ligne verticale indique un changement d’engin de pêche. Les discontinuités sont dues aux changements d’engin.

Haut de la page

L’effectif de loups atlantiques est faible dans le sud du golfe du Saint-Laurent (tableau 10 et figure 21). Des variations interannuelles ont été observées de 1971 à 1985, mais sans tendance. De 1986 à 2012, on a observé une baisse de 60 % (tableau 8, figure 22). Dans le nord du golfe, l’indice d’abondance a varié de 2,05 à 20,23 millions d’individus, sans tendance, de 1990 à 2010 (tableau 10; figures 23 et 24). Il y a eu un accroissement de l’effectif d’individus matures de 150 %, mais la tendance n’est pas significative (= 0,216; tableau 8).


Figure 21. Abondance totale (± 1 IC) de loups atlantiques dans le sud du golfe (4T).

Graphique présentant l’abondance totale de loups atlantiques dans le sud du golfe (4T) (voir description longue ci-dessous).

Description pour la figure 21

Graphique présentant l’abondance totale de loups atlantiques dans le sud du golfe (4T). La ligne verticale indique un changement d’engin de pêche. L’effectif d’adultes était trop faible pour qu’il puisse être présenté séparément (tableau 6). Source : H. Benoît, comm. pers. (2012).

Haut de la page


Figure 22. Logarithme naturel de l’abondance estimée de loups atlantiques dans la division 4T de l’OPANO, établie d’après les données du relevé scientifique au chalut du sud du golfe.

Graphique présentant le logarithme naturel de l’abondance estimée de loups atlantiques dans la division 4T de l’OPANO (voir description longue ci-dessous).

Description pour la figure 22

Graphique présentant le logarithme naturel de l’abondance estimée de loups atlantiques dans la division 4T de l’OPANO, établie d’après les données du relevé scientifique au chalut du sud du golfe réalisé de 1970 à 2010. Les régressions ajustées sont montrées. Les régressions ajustées sont montrées. La ligne verticale indique un changement d’engin de pêche. L’effectif d’adultes était trop faible pour qu’il puisse être présenté séparément (tableau 6).

Haut de la page


Figure 23. Logarithme naturel de l’abondance estimée de loups atlantiques dans la division 4T de l’OPANO, établie d’après les données du relevé scientifique au chalut du sud du golfe.

Graphique présentant l’abondance estimée de loups atlantiques dans le golfe du Saint-Laurent (4RST) (voir description longue ci-dessous).

Description pour la figure 23

Graphique présentant l’abondance estimée de loups atlantiques dans le golfe du Saint-Laurent (4RST), établie d’après les données du relevé scientifique estival au chalut du golfe du Saint-Laurent. L’abondance d’individus matures est fondée sur la proportion de poissons de 51 centimètres ou plus de longueur totale. Les régressions ajustées sont montrées. La ligne verticale indique un changement d’engin de pêche. L’effectif d’adultes était trop faible pour qu’il puisse être présenté séparément (tableau 6).

Haut de la page


Figure 24. Logarithme naturel de l’abondance estimée de loups atlantiques dans le golfe du Saint-Laurent (4RST), établie d’après les données du relevé scientifique estival au chalut du golfe du Saint-Laurent.

Graphique présentant le logarithme naturel de l’abondance estimée de loups atlantiques dans le golfe du Saint-Laurent (4RST) (voir description longue ci-dessous).

Description pour la figure 24

Graphique présentant le logarithme naturel de l’abondance estimée de loups atlantiques dans le golfe du Saint-Laurent (4RST), établie d’après les données du relevé scientifique estival au chalut du golfe du Saint-Laurent. Les régressions ajustées sont montrées.

Haut de la page

Résumé des tendances au Canada

Dans une grande partie de son aire de répartition, y compris dans les eaux situées à l’est et au sud de Terre-Neuve, son bastion historique, le loup atlantique a connu de fortes baisses d’effectifs des années 1980 jusqu’au milieu des années 1990, après quoi des hausses ont été observées. Ces tendances correspondent en grande partie à celles de la superficie occupée par l’espèce. Le rétablissement de l’espèce a été moins important dans la partie sud de son aire de répartition. On ne dispose pas de suffisamment de données pour pouvoir établir la situation de l’espèce dans les eaux les plus au nord de son aire de répartition canadienne, dans le détroit de Davis.

À cause des différences dans les méthodes de relevé entre régions et des changements d’engin de pêche dans les relevés au fil du temps, on ne peut établir de façon formelle la tendance globale pour l’espèce au Canada. Une indication générale est toutefois nécessaire pour évaluer la situation de l’espèce. On peut obtenir une approximation grossière en effectuant une pondération tenant compte des taux de changement dans les différentes régions et des effectifs de celles-ci au début de leurs séries chronologiques de données.

Le sud du plateau du Labrador (divisions 2J3KL), bastion historique de l’espèce, comptait environ 4,2 millions d’individus matures durant les trois premières années de la série chronologique de données, qui commence au début des années 1980. L’effectif a diminué d’environ 96 % jusqu’au changement d’engin de pêche, au milieu des années 1990 (tableau 8). L’effectif restant de 4 % a ensuite augmenté pour passer à environ 15 % de l’effectif original du début des années 1980. Une part de cet accroissement apparent est probablement attribuable à la plus grande efficacité de capture du nouvel engin, mais nous avons partiellement annulé ce biais en multipliant l’effectif restant juste avant le changement d’engin par le taux d’accroissement de l’effectif dans la période subséquente pour obtenir le résultat ci-dessus. Le déclin global pour cette région serait donc d’environ 85 %. Dans le passé, l’effectif sur les bancs de Terre-Neuve (3LNO) était de seulement environ 1,8 million d’individus, et il a diminué d’environ 70 % dans la première moitié de la série chronologique de données. Il s’est ensuite redressé pour revenir à peu près à son niveau original, les réserves associées à la plus grande efficacité de capture du chalut utilisé dans la dernière période s’appliquant ici aussi. Les effectifs dans les trois autres secteurs (plateau néo-écossais [4VWX], sud de Terre-Neuve [3Ps], et golfe du Saint-Laurent [4T et 4RST]) étaient progressivement moins élevés que ceux des deux secteurs précédents, de sorte que leurs tendances ont moins d’impact sur les conclusions générales.

En combinant de cette façon les tendances des six régions, on obtient pour le loup atlantique un taux global de déclin d’environ 60 % sur 30 ans, ou deux générations. Il faut toutefois rappeler qu’il s’agit là de calculs approximatifs visant uniquement à fournir une indication générale de l’ampleur du déclin par rapport aux valeurs proposées comme critères par l’UICN.

Immigration de source externe

Au sud du Canada, le loup atlantique est présent en faibles densités dans le golfe du Maine et sur le banc Georges, où les relevés indiquent qu’il y a eu baisse des effectifs au cours des deux à trois dernières décennies (Keith et Nitschke, 2008). La possibilité d’une immigration conséquente depuis les eaux américaines est donc au mieux limitée.

Selon un relevé scientifique visant la crevette nordique (Pandalus borealis) réalisé par une équipe danoise, l’effectif de loups atlantiques à l’ouest du Groenland était estimé à 2,8 millions d’individus en 2009. L’effectif s’est accru du début du relevé (1992) à 2005, mais a diminué par la suite (figure 25). Par ailleurs, les estimations issues d’un relevé au chalut de fond réalisé par un institut de recherche allemand à l’ouest du Groenland (divisions 1C à 1F de l’OPANO) (figure 25) montrent des fluctuations de l’effectif depuis les années 1980, sans tendance claire (Fock et Stransky, 2009). Cependant, l’effectif a diminué ces dernières années.

À l’est, l’espèce est présente dans plusieurs divisions de l’OPANO se trouvant partiellement (3NO) ou entièrement (3M) dans les eaux internationales (voir la figure 2). Sur le Bonnet Flamand (3M), l’effectif a été estimé à plus de 10 millions d’individus en 2006 (figure 26, Gonzáles-Troncoso et Paz [2007]). L’indice d’abondance y a diminué depuis 1996, mais il demeure proche des valeurs des années 1980. Une immigration depuis l’est s’avère possible mais ne pourrait se produire que par dispersion de larves étant donné la nature sédentaire des adultes.


Figure 25. Indices d’abondance du loup atlantique à l’ouest du Groenland d’après deux relevés réalisés dans cette région. La couverture du relevé danois (Nygaard et Jørgensen, 2010) a varié au fil du temps.

Graphique présentant les indices d’abondance du loup atlantique à l’ouest du Groenland (voir description longue ci-dessous).

Description pour la figure 25

Graphique présentant les indices d’abondance du loup atlantique à l’ouest du Groenland d’après deux relevés réalisés dans cette région. La couverture du relevé danois a varié au fil du temps. Le relevé allemand a couvert les divisions 1C à 1F de l’Organisation des pêches de l’Atlantique Nord-Ouest. Les protocoles et les engins de pêche utilisés dans les deux relevés étaient différents. Les données du relevé danois montrent que l’effectif s’est accru du début du relevé (1992) à 2005, puis a diminué par la suite. Les données du relevé allemand montrent des fluctuations sans tendance claire, avec toutefois une baisse d’effectif ces dernières années. Le relevé allemand (Fock et Stransky, 2009) a couvert les divisions de l’OPANO 1C à 1F. Les protocoles et les engins de pêche utilisés dans les deux relevés étaient différents.

Haut de la page


Figure 26. Abondance estimée de loups atlantiques sur le Bonnet Flamand (3M) selon des relevés réalisés à cet endroit. Source : González-Troncoso et Paz (2007).

Graphique présentant l’abondance estimée de loups atlantiques sur le Bonnet Flamand (3M) selon des relevés réalisés à cet endroit (voir description longue ci-dessous).

Description pour la figure 26

Graphique présentant l’abondance estimée de loups atlantiques sur le Bonnet Flamand (3M) selon des relevés réalisés à cet endroit. L’effectif a atteint un sommet en 1996, et, bien qu’il ait diminué depuis, il demeure proche des valeurs enregistrées dans les années 1980.

Haut de la page