Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Loup atlantique Anarhichas lupus au Canada - 2012

Résumé technique – Répartition canadienne

Anarhichas lupus
Loup atlantique
Répartition au Canada : est de l’océan Arctique et océan Atlantique (y compris la baie de Fundy, le plateau néo-écossais, les bancs de Terre-Neuve, le golfe du Saint-Laurent, le nord-est de Terre-Neuve, et la mer du Labrador)

Données démographiques

Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la population)15 ans
Y a-t-il un déclin continu du nombre total d’individus matures?Non
Pourcentage estimé de déclin continu du nombre total d'individus matures pendant cinq ans ou deux générations.s.o.
Pourcentage estimé de changement du nombre total d’individus matures au cours des dernières 10 années ou 3 générations.
Déclins marqués des années 1980 au milieu des années 1990 dans la majeure partie de l’aire de répartition. Depuis, les effectifs ont augmenté dans la plupart des régions, mais ils demeurent faibles par rapport à ce qu’ils étaient lors des premiers relevés.
Déclins globaux variables  
Pourcentage prévu de changement du nombre total d’individus matures au cours des prochaines 10 années ou 3 générations.Inconnu
Pourcentage de réduction ou d’augmentation du nombre total d’individus matures au cours de toute période de 10 ans ou de 3 générations commençant dans le passé et se terminant dans le futur.Inconnu
Est-ce que les causes du déclin sont clairement réversibles et comprises et ont effectivement cessé?Oui
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures?Non

Haut de la page

Information sur la répartition

Superficie estimée de la zone d’occurrence (la zone d’occurrence totale sur le territoire canadien est de 2,792 millions de km2, incluant des masses terrestres importantes)1,807 million de km2
(masses terrestres importantes exclues)
Indice de zone d’occupation (IZO)
(Mesuré à l’aide d’une grille à mailles de 2 km de côté)
37 332 km2
La population totale est-elle très fragmentée?Non
Nombre de localités*. On relève une mortalité par capture accessoire dans diverses pêches sur une vaste région.Multiples, mais nombre exact incertain.
Y a-t-il un déclin continu de la zone d’occurrence?Non
Y a-t-il un déclin continu de l’indice de zone d’occupation?Non, hausses dans certaines régions mais pas toutes.
Y a-t-il un déclin continu du nombre de populations?Non
Y a-t-il un déclin continu du nombre de localités*?Non
Y a-t-il un déclin continu de la superficie, de l’étendue ou de la qualité de l’habitat?Non
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations?Non
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de localités*?Probablement non
Y a-t-il des fluctuations extrêmes de la zone d’occurrence?Non
Y a-t-il des fluctuations extrêmes de l’indice de zone d’occupation?Non

* Voir « Définitions et abréviations » sur le site Web du COSEPAC et IUCN 2010 pour obtenir des précisions sur ce terme.

Haut de la page

Nombre d’individus matures dans chaque population
PopulationNombre d’individus matures
Population canadienne> 5 millions

Haut de la page

Analyse quantitative

La probabilité de disparition de l'espèce à l’état sauvage est d’au moins 20 % d’ici 20 ans ou 5 générations, ou de 10 % d’ici 100 ans.Analyse non réalisée

Haut de la page

Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou leur habitat)

Pêches commerciales (capture accessoire principalement), fluctuations des conditions environnementales, changements climatiques

Haut de la page

Immigration de source externe (immigration de l’extérieur du Canada)

Situation des populations de l’extérieur
Populations de grande taille au nord et à l’est, dont les effectifs présentent certaines baisses peu importantes.

Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?
Possible

Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada?
Oui

Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible au Canada pour les individus immigrants?
Oui

La possibilité d’une immigration depuis des populations externes existe-t-elle?
Possible, mais peu probable depuis le sud.

Haut de la page

Historique du statut

Espèce désignée « préoccupante » en novembre 2000. Réexamen et confirmation du statut en novembre 2012.

Haut de la page

Statut et justification de la désignation

Statut :
Espèce préoccupante

Code alphanumérique :
s.o.

Justification de la désignation
Cette espèce a subi des déclins marqués et ce en matière d'abondance et de zone d'occupation des années 1980 jusqu'au milieu des années 1990, dans la majeure partie de son aire de répartition, y compris son bastion historique dans les eaux à l'est et au nord de Terre-Neuve. Depuis, elle a connu une augmentation en matière d’abondance et de zone d’occupation. Ces augmentations récentes sont encourageantes, mais l’abondance de l'espèce demeure faible comparativement à celle du début des années 1980. Les augmentations de population ont probablement été aidées par la réduction de la pêche commerciale, dans le cadre de laquelle l’espèce est une prise accessoire. L'abondance a continué de faire l’objet d’un déclin sur le plateau néo-écossais et dans le sud du golfe du Saint-Laurent, où il y a eu historiquement moins d'individus que dans les zones à l'est et au nord.

Haut de la page

Applicabilité des critères

Critère A (déclin du nombre total d’individus matures) :
Les séries chronologiques de données sont trop courtes pour pouvoir calculer les tendances sur trois générations, et des inférences ne peuvent être faites parce que les relevés ont été effectués avec différents engins de pêche. Le critère A1b pourrait être utilisé parce que la mortalité par capture accessoire dans les pêches est réversible et suffisamment bien comprise, et qu’elle ne cause plus de déclin. Les tendances des effectifs à long terme correspondent probablement au critère d’espèce menacée, mais l’espèce est désignée « préoccupante » parce qu’il y a eu des hausses de ses effectifs et un accroissement de sa zone d’occupation depuis le milieu des années 1990, en concomitance avec une réduction de la menace présentée par la capture accessoire dans les pêches.

Critère B (petite aire de répartition, et déclin ou fluctuation) :
Ne s’applique pas parce que la zone d’occurrence et la zone d’occupation sont très nettement supérieures à 20 000 km2 et 2 000 km2, respectivement.

Critère C (nombre d’individus matures peu élevé et en déclin) :
Ne s’applique pas parce que le nombre d’individus matures est nettement supérieur à 10 000.

Critère D (très petite population totale ou répartition restreinte) :
Ne s’applique pas parce que le nombre d’individus matures est nettement supérieur à 1 000 et que la zone d’occupation est très grande.

Critère E (analyse quantitative) :
Analyse non réalisée.

Haut de la page