Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Bison des prairies (Bison bison bison)

Résumé du rapport de situation

Si le bison des prairies a jadis été répandu dans toute la région des plaines du Canada, il n’existe plus aujourd’hui au Canada que trois populations de bisons des prairies en liberté, une à l’état mi-sauvage et quatre troupeaux d’exposition en captivité. L’un des troupeaux en liberté vit dans l’habitat traditionnel du bison des bois; les deux autres vivent dans des zones de transition entre l’habitat du bison des bois et celui du bison des prairies. Aucune population ne vit dans l’habitat traditionnel de prairies ouvertes du bison des prairies. Le nombre total de bisons des prairies adultes en liberté au Canada se situe entre 670 et 740 animaux occupant un domaine d’environ 2 750 à 3 000 km2. La population des quatre troupeaux d’exposition en captivité et du troupeau à l’état mi-sauvage est maintenue à un niveau déterminé. L’effectif de la population du parc national de Prince-Albert s’accroît, mais l’expansion du domaine du troupeau au-delà du périmètre du parc est limitée par la présence de terres agricoles. Une croissance de la population vivant dans le polygone de tir aérien de Cold Lake/Primrose, dans le nord-ouest de la Saskatchewan, est également possible, mais pourrait être limitée par les ententes récentes autorisant la chasse de cette population par la Première nation de Cold Lake. En général, on connaît mal le troupeau du polygone de Cold Lake/Primrose, notamment quant à la superficie du domaine qu’il occupe et à la taille précise de la population. Les autres populations de bisons des prairies ont une taille relativement constante. La majeure partie de l’aire de répartition actuelle du bison des prairies au Canada est protégée, bien que la chasse de chacun des troupeaux en liberté soit autorisée dans une certaine mesure. Aux termes des stratégies de gestion actuelles, aucune diminution de la superficie occupée par les bisons n’est prévue. La petite taille du troupeau vivant dans le polygone de Cold Lake/Primrose pourrait être préoccupante. Toutefois, pour le moment, aucune de ces populations ne court de danger de disparition imminent. Le faible nombre de fondateurs des populations du parc national de Prince-Albert et du polygone de Cold Lake/Primrose ont probablement réduit la diversité génétique de ces troupeaux. Il faudra donc veiller à éviter toute pollution génétique par l’hybridation avec des bovins ou des bisons d’élevage. Jusqu’ici, une seule des populations canadiennes de bisons des prairies (celle du parc national Elk Island) a fait l’objet d’examens visant à déceler la présence d’ADN mitochondrial de bovins. À l’heure actuelle, la pire menace pour la conservation du bison des prairies au Canada est le manque d’habitat disponible, de grandes portions de l’aire de répartition d’origine ayant été perdues au profit du développement agricole et urbain.