Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Bison des prairies (Bison bison bison)

Répartition

Répartition mondiale

Jadis, l’aire de répartition du bison des prairies s’étendait des Rocheuses à l’emplacement actuel de la ville de Washington et du milieu de l’Alberta et de la Saskatchewan jusqu’au nord du Mexique (figure 2). Le bison des prairies vit uniquement dans des habitats de prairies et de cariçaies, et, au Canada, son aire de répartition principale se termine à la limite entre la prairie et la forêt (Reynolds et al., 1982). Seton (1929) estime qu’il y avait 60 millions de bisons dans les plaines avant l’arrivée des colons européens (Shaw, 1995). Pour McHugh (1972), par contre, la capacité de charge du territoire à l’époque n’aurait permis la subsistance que de 30 millions de bisons (Shaw, 1995). Ces estimations représentent, au mieux, le maximum théorique d’animaux pouvant vivre dans cette aire de répartition (Shaw, 1995). Les facteurs tels que la prédation et la chasse n’ont pas été pris en compte dans ces estimations. La population de bisons à l’échelle du continent avant l’arrivée des Européens était probablement inférieure à 30 millions d’individus (Lott, 2002).

Figure 1A. Bison des prairies du parc national Elk Island.

Figure 1A. Bison des prairies du parc national Elk Island.

 

Figure 1B. Bison des bois du parc national Elk Island.

Figure 1B. Bison des bois du parc national Elk Island.

L’aire de répartition actuelle du bison des prairies est très limitée comparativement à son aire d’origine (figure 3). L’« aire de répartition d’origine » est définie à partir de la tradition orale des peuples autochtones ainsi que des écrits et des données paléontologiques (Gates et al., 2001). Le bison est un taxon indigène en Colombie-Britannique, en Saskatchewan et au Manitoba (2002; NatureServe Explorer). La population existante de bison des prairies en Alberta se trouve sur le territoire domanial, et l’espèce est considérée comme disparue sur les terres relevant du gouvernement provincial (G. Court, comm. pers., 2002). Les bisons des prairies sont présents en groupes isolés disséminés dans toute leur aire de répartition historique sous la forme de populations sauvages libres, dans des troupeaux d’exposition ou dans des fermes de gibier privées. Il y a environ 600 000 à 720 000 bisons des prairies en Amérique du Nord (Reynolds et al., 2003). Cependant, plus de 95 p. 100 de la population totale est élevée pour la production commerciale (Boyd, 2003). En 2001, il y avait environ 1 900 ranchs à bisons au Canada (Statistique Canada, 2001a). Actuellement, quatre troupeaux vivent à l’état sauvage ou mi-sauvage au Canada (figure 3). Aux États-Unis, il existe 42 troupeaux de conservation de bison des prairies répartis dans plusieurs États, dont moins de dix vivent en liberté à l’état sauvage (Boyd, 2003).

Figure 2. Aire de répartition d’origine du bison des prairies en Amérique du Nord (d’après van Zyll de Jong, 1986.

Figure 2. Aire de répartition d’origine du bison des prairies en Amérique du Nord (d’après van Zyll de Jong, 1986.

Figure 3.    Emplacement actuel des populations canadiennes de bisons des prairies vivant sur des terres publiques. (1) Pink Mountaina, (2) Polygone de tir aérien de Cold Lake/Primrosea, (3) Parc national de Prince-Alberta, (4) Parc national Elk Islandb, (5) Parc national du Mont-Ridingc, (6) Parc provincial Buffalo Pound c, (7) Parc national des Lacs-Watertonc, (8) Bud Cotton Buffalo Paddockc.

Figure 3.    Emplacement actuel des populations canadiennes de bisons des prairies vivant sur des terres publiques. (1) Pink Mountaina, (2) Polygone de tir aérien de Cold Lake/Primrosea, (3) Parc national de Prince-Alberta, (4) Parc national Elk Islandb, (5) Parc national du Mont-Ridingc, (6) Parc provincial Buffalo Pound c, (7) Parc national des Lacs-Watertonc, (8) Bud Cotton Buffalo Paddockc.

                        aà l’état sauvage

           bà l’état semi-sauvage

                        cen captivité

 

Répartition canadienne

L’aire de répartition d’origine du bison des prairies au Canada comprenait probablement la région des montagnes Rocheuses, peut-être même à l’ouest de la ligne de partage des eaux, jusque dans le sud du Manitoba, et du milieu de l’Alberta et de la Saskatchewan à la frontière canado-américaine. Cette aire de répartition comprenait des prairies, des arbustaies, des prés montagnards et certaines zones boisées. On estime qu’en 1888, il ne restait que huit animaux au Canada.

Il y a actuellement au Canada entre 670 et 740 bisons des prairies adultes répartis en trois troupeaux libres, ainsi qu’un troupeau de 250 à 270 bisons des prairies vivant à l’état mi-sauvage (figure 3). Ce dernier vit dans une zone clôturée et reçoit un supplément alimentaire à l’occasion, mais on le gère d’une façon qui reflète le plus possible les conditions naturelles. Les quatre troupeaux d’exposition sont de petite taille; ils font l’objet d’une gestion intensive et leur taille ne connaît pas de fluctuations. Le COSEPAC n’en tient pas compte pour établir la situation de l’espèce. Dans l’ensemble, l’aire de répartition du bison des prairies au Canada est très fragmentée, et il n’y a pas de corridors entre les troupeaux. Les bisons qui vivent en liberté au Canada occupent au total un territoire d’environ 2 750 à 3 000 km2.

Colombie-Britannique

Autrefois, le bison des prairies était présent dans l’est de la Colombie-Britannique, au sud de la rivière de la Paix et vers l’ouest jusque dans les Rocheuses. L’étendue de cette aire de répartition est mal connue. Van Zyll de Jong (1986) a trouvé dans la région de la rivière de la Paix des restes de bisons intermédiaires entre le B. b. bison et le B. b. athabascae. Il a donc émis l’hypothèse que la région de la rivière de la Paix était la limite entre l’aire de répartition du bison des bois et celle du bison des prairies (van Zyll de Jong, 1986). Cowan et Guiguet (1965) n’ont découvert les restes que d’un seul spécimen de B. b. bison au Canada à l’ouest des Rocheuses. D’après les données archéologiques et culturelles, il y avait des bisons des prairies dans le sillon des Rocheuses (Wikeem et Ross, 2002). Toutefois, les restes découverts pourraient venir de bisons des prairies abattus du côté est des Rocheuses et transportés par la suite (Kay et al., 1999).

Vers la fin des années 1960, un petit troupeau de bisons a été aperçu fréquemment à proximité de la frontière Colombie-Britannique–Alberta, près de Clear Hills. On a également signalé des bisons près de la rivière Buckinghorse et dans le secteur du lac Kotcho, respectivement à la fin des années 1970 et au début des années 1980 (B.C. Ministry of Environment, 1991; Harper et al., 2000). Ces animaux pourraient avoir été des bisons des bois, introduits près du nord de la Colombie-Britannique depuis 1980 (Gates et al., 2001). Actuellement, le troupeau de Pink Mountain, établi en 1971, est le seul troupeau de bisons des prairies dans cette région.

Le troupeau de Pink Mountain se trouve dans le secteur de Pink Mountain et de la rivière Sikanni Chief, 180 km au nord-ouest de Fort St. John (B.C. Ministry of Environment, 1991). Son territoire actuel est d’environ 1 500 km2 (D. Fraser, comm. pers., 2003) et l’habitat se compose principalement de cariçaies et de prairies (B.C. Ministry of Environment, 1991). Depuis son établissement, le troupeau de Pink Mountain a gagné en territoire et en taille, malgré une stabilisation apparente ces dernières années. Le recensement de 2003 indique que le troupeau comprend 876 animaux, il est maintenu à ce niveau approximatif par la récolte (tableau 1; D. Fraser, comm. pers., 2003). Cette population vit dans l’habitat d’origine du bison des bois (Reynolds, 1991).

Alberta

Le bison des prairies vivait autrefois dans la totalité du centre et du sud de l’Alberta. Cependant, les bisons des prairies sauvages ont été exterminés au cours des années 1880. En 1907, on a rétabli en territoire domanial une population de bisons des prairies, qui forme maintenant la population du parc national Elk Island. Cette population, le seul troupeau à l’état mi-sauvage au Canada, constitue le troupeau fondateur de tous les troupeaux de conservation de bisons des prairies au Canada. Son territoire clôturé de 136 km2 est situé à 50 km à l’est d’Edmonton. Le troupeau comprend actuellement environ 500 bisons des prairies; sa taille est stable depuis 1975, à cause des mesures de gestion prises en vue de sa stabilisation (Olson, 2002; Cool, 2003).

Tableau 1. Taille de la population, estimation-modèle, nombre d’individus récoltés et aire de répartition de la population de bisons des prairies de Pink Mountain depuis 1975. Données fournies par le Ministry of Water, Land and Air Protection (Colombie-Britannique), 2003.
AnnéeChiffre de
population
Estimation de la
population
Nombre de
mâles
récoltés
Nombre de
femelles
récoltées
Nombre de
juvéniles
récoltés
TotalNombre
de
permis
Aire
de
répartition
(km2)
19755050     60
19767069,1     450
19779595,6     750
1978130132,1      
1979175182,7      
1980 201,8      
1981 222,9      
1982 246,2      
1983 272,0      
1984 300,4      
1985 331,9      
1986 366,6      
1987 404,0      
1988 447,4      
1989 494,2      
1990 545,9      
1991 603,0      
1992648666,143004350 
1993 692,9      
1994 765,4      
1995 845,4      
1996 933,992110103200 
1997 928,793,5426,5142260 
1998 883,8957313181260 
1999 795,32227352144 
2000 826,634355741201500
2001 839,145525102120 
2002 824,91223237120 
2003876874,2    120 

Le troupeau du parc national des Lacs-Waterton est soigneusement maintenu à 20 têtes (Boyd, 2003). Le Bud Cotton Buffalo Paddock est situé tout juste au sud de Wainwright (Alberta). Établi en 1980 à partir de quatre individus (Bud Cotton Buffalo Paddock, 2001), le troupeau compte actuellement 16 têtes (Boyd, 2003).


Saskatchewan

Il y avait jadis des bisons des prairies dans toute la région du parc national de Prince-Albert, jusqu’à leur extermination à la fin du XIXe siècle. Le troupeau de bisons des prairies vivant actuellement dans le parc national de Prince-Albert le seul troupeau libre à vivre dans l’aire de répartition d’origine du bison des prairies au Canada; il est protégé par un parc national (Parcs Canada, 2001a). Ce parc de 3 875 km2 est situé à environ 200 km au nord de Saskatoon, dans le centre de la Saskatchewan. Le troupeau occupe un territoire d’environ 750 km2, dont 700 km2 dans le coin sud-ouest du parc et une zone de 50 km2 à l’extérieur des limites du parc (D. Frandsen, comm. pers., 2003). La limite entre l’aire de répartition historique du bison des prairies et celle du bison des bois passe à l’intérieur du parc (D. Bergeson, comm. pers., 2002). Avant l’établissement d’un troupeau libre, le parc entretenait un troupeau de bisons d’exposition. En 1995, la gestion a changé d’orientation pour se concentrer sur l’entretien du troupeau libre de bisons des prairies qui s’était établi à l’intérieur du parc. Cette population libre a été fondée à l’origine par au moins dix bisons qui s’étaient déplacés vers le sud et installés dans le parc après un effort de réintroduction en 1969 dans la région de Thunder Hills, dans le centre-nord de la Saskatchewan, environ 60 km au nord du parc national de Prince-Albert, près du lac Neyakamew (D. Frandsen, comm. pers., 2002). De petits groupes de bisons voyagent entre le parc et des terrains privés adjacents (D. Frandsen, comm. pers., 2003).

Le polygone de tir aérien de Cold Lake/Primrose, qui chevauche la frontière entre l’Alberta et la Saskatchewan, abrite lui aussi un troupeau libre de bisons des prairies. Ces bisons vivent du côté saskatchewanais du polygone (D. Frandsen, comm. pers., 2003; D. Brakele, comm. pers., 2004). Cependant, à la fin des années 1980, des traces de bisons ont peut-être été observées du côté albertain (H. Reynolds, comm. pers., 2004). Ce troupeau a été établi en 1969 avec des bisons amenés du parc national Elk Island. À l’origine, ce déménagement avait pour but de repeupler la région de Thunder Hills, dans le centre-nord de la Saskatchewan, mais les animaux ne sont pas restés dans ce secteur. Certains se sont déplacés vers le sud jusqu’à la Big River Community Pasture, où ils ont été capturés et déménagés peu après au lac Vermette, près du champ de tir aérien de Cold Lake/Primrose (D. Frandsen, comm. pers., 2002). Cette population vit probablement à la périphérie nord de l’aire de répartition d’origine du bison des prairies.

Le polygone de tir aérien couvre un territoire de plus de 12 000 km2, mais les bisons ne l’occupent pas en totalité. On connaît mal la superficie du territoire exploité par cette population. Cependant, d’après la taille de la population actuelle de bisons des prairies, nous pouvons extrapoler, à partir de la superficie occupée par le troupeau de Pink Mountain à diverses époques (tableau 1), que la population du polygone de tir aérien de Cold Lake/Primrose occupe une superficie d’environ 500 à 750 km2.

Il y a un troupeau d’exposition en captivité, au parc provincial Buffalo Pound, dans le sud-ouest de la Saskatchewan, à environ 30 km au nord-est de Moose Jaw. Ce troupeau a été établi en 1972 et sa taille est maintenue à 33 individus (Boyd, 2003).

Autres provinces canadiennes

L’aire de répartition d’origine du bison des prairies s’étendait sur tout le sud du Manitoba. Cependant, elle s’y limitait à des parcelles de prairies et de prés (Reynolds et al., 1982; Boyd, 2003). La densité de la population de bisons des prairies dans ces régions était faible. Il n’y a actuellement aucune population de bisons des prairies à l’état sauvage à l’est de la Saskatchewan. Un troupeau d’exposition en captivité est entretenu au parc national du Mont‑Riding, au Manitoba, dans l’aire de répartition historique du bison des prairies (D. Bergeson, comm. pers., 2002). Ce troupeau a été fondé à partir de 20 bisons du parc national Elk Island en 1945-1946 et sa taille est actuellement maintenue à 33 individus (D. Bergeson, comm. pers., 2002).

Troupeaux commerciaux en captivité

Les fermes d’élevage de bison sont en croissance depuis quelques années. Le recensement de 1996 (Statistique Canada, 2001b) signale 45 437 bisons d’élevage dans 745 fermes au Canada. Près de 86 p. 100 de la production commerciale de bison se faisait dans les provinces de l’Ouest : 57 fermes en Colombie-Britannique, 334 en Alberta, 175 en Saskatchewan et 73 au Manitoba (Statistique Canada, 2001b). L’Ontario et le Québec ont respectivement 46 et 56 fermes d’élevage. Seules quatre fermes d’élevage de bison étaient situées dans les provinces de l’Atlantique. Au recensement de 2001, Statistique Canada compte 145 094 bisons répartis dans 1 887 fermes au Canada (Statistique Canada, 2001a). Agriculture et Agroalimentaire Canada (2002) estimait que la population de bisons allait augmenter jusqu’à 200 000 sur 1 900 fermes en 2002 et qu’on pouvait s’attendre à ce que cette industrie continue de croître.