Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la situation du Guillemot à cou blanc au Canada – Mise à jour

Mise à jour
Rapport de situation du COSEPAC
sur le
Guillemot à cou blanc
Synthliboramphus antiquus
au Canada
2004

Information sur l'espèce

Nom et classification

Le Guillemot à cou blanc (Synthliboramphus antiquus) appartient à la famille des Alcidés. On l’appelle « Ancient Murrelet » en anglais et « skinkana » dans la langue du peuple haïda des îles de la Reine-Charlotte (Gaston, 1992).

Le genre Synthliboramphus regroupe quatre espèces. Le plus proche parent du Guillemot à cou blanc est le Guillemot du Japon (S. wumizusume). Les deux autres espèces qui constituent le genre sont le Guillemot de Xantus (S. hypoleucus) et le Guillemot de Craveri (S. craveri), qui se reproduisent en Basse-Californie (Gaston et Jones, 1998). Le Guillemot à cou blanc est le seul de ces quatre oiseaux qui se reproduit au Canada (Gaston, 1994a).


Description

Le Guillemot à cou blanc est un petit Alcidé mesurant environ 25 cm et pesant entre 200 et 250 g (Gaston, 1994a). Le mâle et la femelle se ressemblent beaucoup : ils ont tous deux l’extrémité du bec jaune, la tête, le menton, la nuque et la gorge noirs, et de fines lignes noires et blanches à la jonction de la tête et du corps gris. Le ventre et la poitrine sont blancs et les rémiges sont de couleur ardoise foncé.

Pendant la période de reproduction, les tectrices du dos et du dessus des ailes et de la queue sont gris perle. La tête, la gorge et les côtés sont noirs et le reste de la face ventrale du corps est blanc, à l’exception d’une ligne d’un brun fuligineux qui sépare le ventre du dessous de l’aile. De longues plumes blanches filamenteuses forment une petite huppe (Gaston, 1994a) qui ceinture la tête.

À l’automne, le Guillemot à cou blanc mue complètement et prend sa livrée non nuptiale, semblable au plumage nuptial à ceci près que la gorge est blanche, le menton est parsemé de taches noirâtres, la huppe de plumes blanches est réduite et le manteau est d’un gris plus foncé (Gaston, 1992). Ce plumage ne dure pas longtemps; dès décembre, les oiseaux ont de nouveau mué et repris leur plumage nuptial (Gaston et Jones, 1998).

En été, la tête et la gorge noires du Guillemot à cou blanc permettent de le distinguer du Starique de Cassin (Ptychoramphus aleuticus) et du Guillemot marbré (Brachyramphus marmoratus) (Gaston, 1994a). Les oiseaux immatures ressemblent aux adultes non reproducteurs (Gaston, 1994a) sauf qu’ils n’ont pas de rayures sur la tête et que leur gorge est blanche (National Geographic Society, 1987; Gaston, 1994).