Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la situation de la couleuvre mince au Canada

Information sur l’espèce

 

Nom et classification

La couleuvre mince du Nord (Thamnophis sauritus septentrionalis) est l’une
des quatre sous‑espèces de couleuvre mince; les autres sous‑espèces sont
T. s. sauritus (de l’Est), T. s. sackenii et T. s. nitae. Seule la couleuvre mince du Nord est présente au Canada. La zone de chevauchement entre cette sous‑espèce et celle de l’Est n’a pas été établie avec précision dans toutes les régions où ces deux entités sont présentes simultanément (McCoy, 1982; Harding, 1997). La sous‑espèce qui nous occupe porte le nom scientifique latin de septentrionalis, qui signifie « du Nord » (Rossman, 1963, 1970).

Dans le présent rapport, on emploiera le nom de « couleuvre mince » là où l’auteur cité n’indique pas à quelle sous‑espèce en particulier il fait référence. Ailleurs, les auteurs désignent sous le nom de « couleuvre mince » (Eastern Ribbonsnake) les individus qui vivent dans l’aire de répartition de la sous‑espèce du Nord; dans ce cas nous parlerons simplement de « couleuvre mince ». Nous n’emploierons le nom de « couleuvre mince du Nord » que là où un auteur a spécifié qu’il s’agissait de T. s. septentrionalis.

Description

La couleuvre mince du Nord ressemble tellement à la couleuvre rayée (Thamnophis sirtalis sirtalis), qui lui est étroitement apparentée, qu’on les confond souvent (Morris, 1974; Hunter et al., 1992). Les deux espèces portent trois bandes longitudinales jaunes sur un fond foncé. Seule une observation rapprochée permet de remarquer que ces rayures se trouvent sur des rangées d’écailles différentes; si l’on remonte à partir du ventre, la rayure jaune latérale occupe les rangées deux et trois chez la couleuvre rayée et les rangs trois et quatre chez la couleuvre mince (McBride, 1961). Chez la couleuvre mince, sous la rayure latérale jaune, il y a une rayure brune sur les rangées un et deux (Harding, 1997). Chez certaines couleuvres minces, la rayure médiane dorsale a une teinte orangée ou verdâtre (Schmidt et Davis, 1941; Conant et Collins, 1991). La couleuvre mince est nettement plus élancée que la couleuvre rayée et sa queue est plus longue (Hunter et al., 1992). Les deux espèces ont une plaque anale unique (Behler et King, 1996).

Chez la couleuvre mince, la teinte de fond du dos va de brun foncé à noir (Cochran et Goin, 1970) et semble presque veloutée parce que les écailles sont fortement carénées (Ditmars, 1907). La couleur du menton et de la gorge peut aller du blanc pur au fauve (Wright et Wright, 1957); le ventre est uni et vert pâle, jaune ou blanc (Harding, 1997). La tête a été décrite comme rappelant celle d’un lézard (Froom, 1972), et elle est séparée du corps par un « cou » bien visible (Strickland et Rutter, 1992). L’iris est rougeâtre avec une teinte plus foncée, et la langue est rouge pâle, les pointes étant plus foncées (Minton, 1972). Les nouveau‑nés ont la même coloration et les mêmes motifs que les adultes (ibid.).

Généralement, le nombre de rangées d’écailles est de 19 et passe à 17 dans la région postérieure (Ernst et Barbour, 1989). La longueur totale des adultes va de 460 mm à 862 mm, les femelles étant généralement un peu plus grandes et plus épaisses que les mâles (Harding, 1997). La queue représente un tiers ou plus de la longueur totale (Wright et Wright, 1957).