Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la situation de la couleuvre mince au Canada

Importance de l'espèce

 

Comme la plupart des autres reptiles indigènes du pays, c’est au Canada que cette espèce atteint la limite nord de son aire de répartition (Weller, 1982). La couleuvre mince du Nord est encore commune à l’échelle mondiale, mais la protection des espèces rares localement peut être essentielle à la préservation de l’intégrité des écosystèmes à plus petite échelle (Hunter et Hutchinson, 1994). Comme les populations périphériques sont souvent génétiquement divergentes des populations plus centrales (Lesica et Allendorf, 1995), il est possible que les couleuvres minces du Nord vivant au Canada représentent une part significative de la variété génétique de l’espèce. De plus, les populations de reptiles et d’amphibiens vivant à la limite nord de leur aire de répartition sont probablement porteuses de modifications génétiques qui leur permettent de survivre au climat plus froid (Cook, 1977).

Les serpents peuvent être des espèces indicatrices utiles parce qu’ils occupent une grande diversité de milieux terrestres et aquatiques, et parce que ce sont généralement des carnivores situés au sommet de l’échelle trophique dans leurs habitats respectifs (Brisbin et al., 1974). Ainsi la couleuvre mince a été utilisée dans une étude portant sur les concentrations de radiocésium présentes dans des habitats contaminés et non contaminés voisins de l’usine de l’AEC de Savannah River, en Caroline du Sud (ibid.).