Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Paruline azurée au Canada – Mise à jour

Facteurs limitatifs et menaces

Robbins et al. (1992) et Hamel (2000a) énumèrent clairement les facteurs susceptibles de limiter les effectifs de l’espèce.

Aire de reproduction

  1. Perte de forêts décidues matures
  2. Fragmentation du reste des forêts décidues
  3. Changements dans les pratiques sylvicoles, qui empêchent un certain nombre de forêts d’atteindre la maturité
  4. Perte d’essences importantes due aux maladies (p. ex. la flétrissure du chêne) et aux insectes ravageurs (p. ex. la spongieuse)
  5. Dégradation de l’environnement (p. ex. les pluies acides et la pollution des cours d’eau)
  6. Parasitisme par les Vachers à tête brune

Au Canada, les facteurs 1, 2 et 5 sont probablement dominants.

Au cours des migrations

On dispose de très peu d’information sur les habitudes de migration de l’espèce et ses besoins en matière d’habitat pendant les migrations. On suppose que celle-ci a besoin d’endroits sûrs où faire halte près de la côte du golfe du Mexique et sur la côte des Caraïbes, en Amérique centrale. Certains migrateurs sont victimes des obstacles lumineux qui se dressent dans leur espace aérien. À titre d’exemple, entre 1956 et 1966, 93 Parulines azurées sont entrées en collision avec une tour de télévision du comté de Leon, en Floride (Stoddard et Norris, 1967).

Aire d’hivernage

  1. Perte de forêts alpestres humides
  2. Fragmentation du reste des forêts alpestres
  3. Utilisation par l’espèce d’une mince bande d’élévations