Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Paruline azurée au Canada – Mise à jour

Importance de l'espèce

Depuis peu, la Paruline azurée suscite un intérêt considérable dans le public et chez les scientifiques et les responsables de la sauvegarde des espèces. Cet intérêt résulte en majeure partie de l’observation d’oiseaux, cette activité récréative qui a vu son nombre d’adeptes augmenter plus rapidement qu’aucune autre en Amérique du Nord. L’espèce est très recherchée par ces personnes tant pour sa discrétion que pour sa beauté. En fait, les ornithologues amateurs ont été parmi les premiers à rapporter des déclins de populations en certains endroits (Robbins et al., 1992). L’espèce jouit d’une telle attention que le public manifeste un profond intérêt en faveur de sa conservation.

Aucune source autochtone traditionnelle ne fait mention de cette espèce.

Quoiqu’elle ne semble pas jouer un rôle crucial dans les écosystèmes (en ce sens qu’il ne s’agit pas d’une espèce clé), la Paruline azurée est devenue un indicateur de santé des forêts décidues matures de l’Est de l’Amérique du Nord. En Ontario, la gestion d’habitats forestiers pour cette espèce devrait profiter à d’autres espèces présentant un intérêt (McCracken, 1993), dont le Pic à ventre roux (Melanerpes carolinus), le Moucherolle vert (Empidonax virescens), la Paruline hochequeue (Seiurus motacilla), la Paruline du Kentucky (Oporornis formosus) et la Paruline à capuchon (Wilsonia cistrina).