Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le rorqual commun (Balaenoptera physalus) au Canada – Mise à jour

Importance de l'espèce

Le rorqual commun, deuxième plus long animal de la planète et peut-être le plus rapide de tous les mammifères marins, est devenu le pivot de l’industrie de la chasse à la baleine dans l’Antarctique et le Pacifique après la surexploitation des populations de rorqual bleus et de rorquals à bosse.

Le rorqual commun est l’espèce la plus recherchée par les entreprises qui offrent des croisières d’observation des baleines dans de nombreuses régions du Canada atlantique, en particulier à l’entrée de la baie de Fundy et dans l’estuaire du Saint-Laurent. Par comparaison, l’espèce est beaucoup plus rarement ciblée par cette industrie en Colombie-Britannique.

Des fouilles archéologiques poussées faisant appel à des techniques d’analyse génétique ont été entreprises dans des amas de débris à Ozette, dans l’État de Washington, et dans la baie Barkley, dans la partie sud de l’île de Vancouver. Les os de rorquals à bosse et de baleines grises dominent les vestiges des deux sites archéologiques. Les os de rorquals communs représentent moins de 1 p.100 des vestiges trouvés dans le site d’Ozette, et ils sont carrément absents du site de la baie Barkley (Alan D. McMillan, comm. pers.; Department of Anthropology, Douglas College, P.O. Box 2503, New Westminster [Colombie-Britannique], V3L 5B2). Le Sous-comité de spécialistes des mammifères marins ne détient aucune information suggérant que le rorqual commun ait occupé un rôle important dans la culture autochtone et l’économie du Canada.