Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le rorqual commun (Balaenoptera physalus) au Canada – Mise à jour

Taille et tendances des populations

Les progrès technologiques réalisés à la fin du XlXe siècle ont permis aux chasseurs de tuer et d’immobiliser efficacement le rorqual commun, baleine rapide qui, une fois morte, tend à s’enfoncer dans l’eau (Tonnessen et Johnsen, 1982). Les stocks ont été surexploités et gravement décimés dans l’Atlantique, dans le Pacifique et, de fait, partout dans l’aire de répartition de l’espèce. Il n’existe aucune estimation fiable de l’effectif des populations avant l’avènement de la chasse à grande échelle.

De 1903 à 1945, au moins 13 337 rorquals communs ont été récoltés au Canada atlantique. La grande majorité des captures (11 815 individus) faisaient partie du stock de Terre-Neuve-et-Labrador. Le stock de la Nouvelle-Écosse n’a été chassé que de 1964 à 1971(Meredith et Campbell, 1988).

Au fil des ans, plusieurs chercheurs ont tenté d’estimer les effectifs actuels. Au début des années 1970, Mitchell (1974) a conclu que la population vivant au large de la côte est du Canada se chiffrait à environ 10 800 individus. Les responsables du CeTAP (1982) ont pour leur part déterminé qu’il subsistait quelque 5 000 individus entre la Caroline du Nord et la Nouvelle-Écosse au début des années 1980. La meilleure estimation récente dont nous disposions pour un secteur de l’ouest de l’Atlantique Nord est de 2 814 individus (CV = 0,21) pour la zone comprise entre le banc Georges et l’embouchure du golfe du Saint-Laurent, estimation fondée sur des recensements effectués en 1999 (Waring et al., 2002). Les recensements du milieu des années 1990 ont donné lieu à un chiffre estimatif de 2 200 individus (CV = 0,24) pour la zone comprise entre la Virginie et le golfe du Saint-Laurent (Waring et al., 2002) et d’environ 380 individus (biais lié à la visibilité non corrigé) pour le golfe du Saint-Laurent (Kingsley et Reeves, 1998). Dans le centre de l’Atlantique Nord (autour de l’Islande et des îles Féroé), Gunnlaugsson et al. (2002) sont arrivés à une estimation de 25 352 rorquals communs (IC à 95 p.100 = de 19 579 à 32 831) à la suite de recensements effectués à partir d’un navire.

De récentes analyses génétiques donnent à penser que l’Atlantique Nord abritait autrefois 360 000 rorquals communs (Roman et Palumbi, 2003), chiffre nettement supérieur aux valeurs les plus souvent citées (de 30 000 à 50 000 individus) pour cet océan. La méthode, l’interprétation et les conclusions de Roman et Palumbi font cependant l’objet de nombreuses critiques et de nombreux commentaires (voir par exemple Baker et Clapham [2004], Holt [2004], Mitchell [2004]), et il n’y a aucun consensus sur le bien-fondé d’adopter cette estimation comme repère pour la gestion de l’espèce.

Selon Pike et MacAskie (1969), le rorqual commun était l’espèce de baleine à fanons la plus courante dans les eaux de la Colombie-Britannique. Les sites baleinières de la Colombie-Britannique en ont dépecé au moins 7 605 individus de 1905 à 1967 (figure 7; Gregr et al., 2000). Ohsumi et Wada (1974)estiment que l’effectif pré-exploitation pour tout le Pacifique Nord aurait été de 40 000 à 45 000 individus et que, en 1973, par suite de la chasse, il n’en restait plus que de 13 000 à 19 000 (selon ces mêmes chercheurs, de 8 500 à 11 000 individus étaient alors concentrés dans l’est du Pacifique Nord).

Figure 7. Nombre annuel de rorquals communs débarqués aux sites baleinières de la Colombie-Britannique (données tirées de Gregr et al., 2000) au XXe siècle. La seconde pointe (1958) reflète une amélioration marquée de la flotte de baleiniers.

Figure 7.  Nombre annuel de rorquals communs débarqués aux sites baleinières de la Colombie-Britannique (données tirées de Gregr et al., 2000)au XXe siècle

D’après l’estimation produite par Carretta et al. (2002), le stock de la Californie, de l’Oregon et du Washington compterait au moins 2 541 individus. Bien qu’une légère croissance démographique ait été observée dans les eaux côtières de la Californie dans les années 1980 et 1990, aucune tendance significative n’a été décelée(Carretta et al., 2002). Par ailleurs, les recensements effectués à partir d’un navire en juillet-août 1999 ont permis d’établir à 4 951 individus (CV = 0,29) l’effectif estimatif de la population de rorquals communs dans la mer de Béring (Angliss et Lodge, 2003).