Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le sébaste canari au Canada

Résumé technique

Sebastes pinniger

Sébaste canari
Canary rockfish

Répartition au Canada : espèce répandue dans les eaux côtières de la Colombie-Britannique


Information sur la répartition

Superficie de la zone d’occurrence (km2) - au Canada
> 60 000 km2
Préciser la tendance (en déclin, stable, en croissance, inconnue)
Stable
Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occurrence (ordre de grandeur > 1)?
Probablement pas
Superficie de la zone d’occupation (km2)
> 32 000 km2
Préciser la tendance (en déclin, stable, en croissance, inconnue)
Stable
Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occupation (ordre de grandeur > 1)?
Probablement pas
Nombre d’emplacements actuels connus ou inférés
Répandus, distribution continue
Préciser la tendance du nombre d’emplacements (en déclin, stable, en croissance, inconnue)
Sans objet; distribution continue
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’emplacements (ordre de grandeur > 1)?
Sans objet; distribution continue
Tendances en matière d’habitat : préciser la tendance de l’aire, de l’étendue ou de la qualité de l’habitat (en déclin, stable, en croissance ou inconnue)
Aucune tendance connue


Information sur la population

Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la population : indiquer en années, en mois, en jours, etc.)
De 20 à 30 ans (estimation de 22,8 des États-Unis)
Nombre d’individus matures (reproducteurs) au Canada (ou préciser une gamme de valeurs plausibles)
De 4 à 8 millions, estimation minimale

Tendance de la population quant au nombre d’individus matures en déclin, stable, en croissance ou inconnue; s’il y a déclin, % du déclin au cours des dernières/prochaines dix années ou trois générations, selon la plus élevée des deux valeurs (ou préciser s’il s’agit d’une période plus courte).

Côte ouest de l’île de Vancouver (COIV)

  • Relevé des crevettes de la COIV (Déclin de 78 %, de 1975 à 2006)
  • Relevé triennal des États-Unis (Déclin de 96 %, de 1980 à 2001)
  • Relevé triennal et de la COIV (Déclin de 86 %, de 1975 à 2006)
  • Captures par unité d'effort (CPUE) des pêches commerciales (En hausse depuis 1996 (faible poids))

Détroit de la Reine-Charlotte (DRC)

  • Relevé des crevettes du DRC (En hausse; aucune tendance (faible poids))
  • Relevé des poissons de fond du DRC (En hausse (faible poids))
  • Relevé des assemblages de poissons du détroit d’Hécate (En baisse (faible poids))
  • Relevé ciblant le sébaste à longue mâchoire du goulet de l’île Goose (En baisse (faible poids))
  • CPUE des pêches commerciales (Aucune tendance (faible poids))

Côte nord (ouest des îles-de-la-Reine-Charlotte)

  • Aucune information sur les tendances
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures (ordre de grandeur > 1)?
Aucune preuve depuis 30 ans
La population totale est-elle très fragmentée (la plupart des individus se trouvent dans de petites populations, relativement isolées [géographiquement ou autrement] entre lesquelles il y a peu d’échanges, c.-à-d. migration réussie de ≤ 1 individu/année)?
Aucune preuve
Préciser la tendance du nombre de populations (en déclin, stable, en croissance, inconnue)
Sans objet
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations (ordre de grandeur > 1)?
Sans objet
Énumérer les populations et donner le nombre d’individus matures dans chacune.
Sans objet


Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou les habitats)

Pêche; contrôle par les quotas, bien surveillés, mais gestion non appuyée par l’analyse des risques

 

Immigration de source externe

L’espèce existe-t-elle ailleurs (au Canada ou à l’extérieur)?
Eaux américaines : la population adjacente au sud, dont l’abondance inexploitée est estimée se situer entre 5 à 10 %, a été déclarée surexploitée. Alors que la pêche a presque entièrement été interdite et que l’expansion des stocks dans les eaux américaines semble s’effectuer, les faibles niveaux de population dans les eaux américaines réduiraient probablement l’immigration de source externe par le déplacement de juvéniles ou d’adultes des populations américaines. L’immigration larvaire menant au recrutement est possible.
Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?
Oui
Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada?
Probablement
Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible au Canada pour les individus immigrants?
Oui
La possibilité d’une immigration de populations externes existe-t-elle?
Probabilité faible pour l’instant compte tenu de la biomasse américaine actuelle


Analyse quantitative

Aucun fondement quantitatif n’existe pour estimer la probabilité de la disparition du pays au cours d’une période précise.
Sans objet

 

Statut existant

COSEPAC: Menacée, novembre 2007

Sources supplémentaires d’information :

Stanly, R.D., N. Olsen Starr, K. Rutherford et S. Wallace. 2005. Status report on canary rockfish, Canadian Stock Assessment Secretariat Research Document 2005/089, 113 p.

 

Statut et justification de la désignation

Statut : Menacée
Code alphanumérique : Correspond au critère de la catégorie « en voie de disparition », A2b, mais désignée « menacée », A2b, car l'espèce est largement répartie, la population inclut plusieurs millions d'individus matures, et les changements apportés à la gestion depuis 1995 ont amélioré le contrôle de la principale menace.

Justification de la désignation : Un poisson jaune orange, de taille relativement grande (poids maximum de 5,7 kg), qui vit généralement dans les fonds rocheux à une profondeur variant entre 70 et 270 m, depuis l'ouest du golfe d'Alaska jusqu'au nord de la Californie. Sa maturité tardive (13 ans chez les femelles), sa grande longévité maximum (84 ans) et sa longue durée de génération (de 20 à 30 ans) sont caractéristiques d'une espèce lente à se rétablir à la suite d'un déclin de population. Deux relevés menés dans la partie sud de l’aire de répartition canadienne, jugés comme étant les indicateurs les plus fiables des tendances de population, montrent un déclin des indices d'abondance de 78 % sur 30 ans, et de 96 % sur 17 ans. Les indices tirés des relevés dans la partie nord de l'aire de répartition et les indices de prise commerciale par unité d'effort ne montrent aucune tendance constante, mais ces données visent des périodes relativement courtes et, dans certains cas, proviennent de méthodes qui n’assurent pas un échantillonnage adéquat des régions habitées par l'espèce. Il existe des incertitudes en raison de la grande variabilité des divers indices (caractéristique des relevés au chalut) et de l'incapacité à savoir dans quelle mesure les tendances en matière d’abondance dans la partie sud de l'aire de répartition canadienne reflètent les tendances en matière d’abondance dans l'ensemble de l'aire de répartition de l'espèce dans les eaux canadiennes. La pêche est la cause la plus probable du déclin observé. Les changements apportés à la gestion depuis 1995 comprennent une surveillance intégrale par des observateurs ou par vidéo, et la mise en place de quotas individuels transférables, lesquels ont permis un meilleur contrôle de la pêche et devraient continuer de le faire. L'immigration provenant des populations contiguës du sud est improbable, compte tenu du fait que l'abondance actuelle des populations aux États-Unis est estimée entre 5 et 10 % de l'abondance avant exploitation; l'immigration provenant des populations du nord est incertaine, car leur situation n’est pas bien connue.

 

Applicabilité des critères

Critère A (Population globale en déclin) :
Correspond au critère de la catégorie « en voie de disparition », A2b. Correspond au critère de la catégorie « menacée », A2b.

Critère B (Petite aire de répartition, et déclin ou fluctuation) :
La zone d’occurrence et la zone d’occupation excèdent les valeurs minimales.

Critère C (Petite population globale et déclin) :
La population actuelle compte plus de un million d’individus; elle excède les valeurs minimales.

Critère D (Très petite population ou aire de répartition limitée) :
Valeurs minimales excédées.

Critère E (Analyse quantitative) :
Non menée.