Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le sébaste canari au Canada

Annexe 1 : Rapprochement des prises et des relevés du sébaste canari

Remarque : les annexes techniques sur la dérivation des indices de capture et d’abondance peuvent être obtenues sur demande.

Les données de relevés les plus fiables sont tirées du relevé des crevettes de la Côte ouest de l’île de Vancouver (COIV) et du relevé triennal des États-Unis. Analysés séparément à l’aide d’un modèle log-linéaire, le relevé des crevettes de la COIV indique un taux de déclin de -0,051 la première année, et le relevé triennal, de -0,15 (tableau 1). Dans une analyse de la covariance des deux relevés, le relevé étant la variable nominale, le terme d’interaction n’est pas significatif (c’est-à-dire, la pente diffère selon les relevés), mais le terme d’interception l’est. L’estimation de pente commune de l’analyse de la covariance est de -0,064 la première année, ce qui est près de l’indice du relevé de la COIV, qui compte beaucoup plus de points de données que le relevé triennal.

Si nous acceptons que la pente de l’analyse combinée est représentative de la tendance à long terme de la biomasse du sébaste canari sur la côte, comment pouvons-nous rapprocher les prises historiques et la productivité des stocks?

Voici un modèle de production très simple :

Bt+1 = gBt - Ct

Bt est la biomasse pour l’année t, Ct est le nombre de prises pour l’année t, et g représente le taux de production excédentaire, dont il est présumé dans ce cas qu’il est fixe dans le temps et indépendant de la densité. S’il n’y a pas de pêche :

g = Bt+1 / Bt

 

Si nous supposons les valeurs de g et de la biomasse au début de la série de données (B0 ), il est possible d’estimer Bt. La pente de la régression log-linéaire au cours de la période peut ainsi être estimée. La question peut être résolue par un examen de l’ensemble de g et de B0 qui produit une pente log-linéaire égale à celle observée à la suite de l’analyse des relevés combinés. La question est maintenant de savoir si elles correspondent aux données connues sur le sébaste canari.

L’ensemble des valeurs de g et de B0 ont une corrélation négative : si g augmente, B0 diminue (tableau 2). Un taux de récolte d’environ 5 p. 100 est considéré comme durable, ce qui veut plus ou moins dire qu’un taux de production excédentaire de 5 p. 100 serait raisonnable si la biomasse de l’espèce se trouvait dans la région de la production maximale totale (à savoir, le rendement maximal équilibré). Les résultats indiquent que, avec ce taux de croissance et une valeur de B0 de 18 000 t, il est possible d’obtenir la valeur de la pente. Les résultats de ce scénario indiquent une biomasse survivante de près de 4 000 t en 2004 (tableau 3), ce qui correspond à la fourchette d’estimations de la biomasse minimale des relevés (les estimations réelles de la biomasse dépendent de la capturabilité des chaluts).

La biomasse semble avoir décliné pendant presque toute, voire toute, la période, ce qui indique que les taux de prises n’étaient pas durables. Les taux de récolte du scénario présentés au tableau 3 ont augmenté au cours des dernières années; cette situation pourrait être préoccupante si nous avions confiance en ces estimations. Cependant, tel qu’il a été mentionné, nous avons supposé un taux de production excédentaire constant et indépendant de la densité pour ce modèle, qui a été réalisé pour mettre à l’épreuve les fourchettes de valeurs et non pour évaluer la population.

Dans l’ensemble, nous concluons que les prises signalées correspondent aux estimations de biomasse plausibles et à la tendance combinée des deux indices les plus fiables. La pêche peut donc expliquer le déclin observé.

 

Tableau A1 (a. Analyses séparées) : Résultats des analyses log-linéaires de la tendance à long terme du sébaste canari de la Colombie-Britannique tirée du relevé des crevettes de la COIV et du relevé triennal des États-Unis
RelevéNPenteVal. p
COIV29-0,0510,0406
TRI7-0,150,0200

 

Tableau A1 (b. Analyse combinée, pentes et points d’interception séparés) : Résultats des analyses log-linéaires de la tendance à long terme du sébaste canari de la Colombie-Britannique tirée du relevé des crevettes de la COIV et du relevé triennal des États-Unis
TermeEstimationsVal. p
Interception206,50,0028
Année-0,100,0037
Relevé (TRI)0,710,0055
année*relevé-0,0490,1354

 

Tableau A1 (c. Analyse combinée, pente commune et points d’interception séparés) : Résultats des analyses log-linéaires de la tendance à long terme du sébaste canari de la Colombie-Britannique tirée du relevé des crevettes de la COIV et du relevé triennal des États-Unis
TermeEstimationsVal. p
Interception133,70,0041
Année-0,0640,0062
Relevé (TRI)0,680,0082

 

Tableau A2 : Ensemble des valeurs de g et de B0 donnant une pente de -0,064 entre la biomasse ln et l’année pour le sébaste canari de la Colombie-Britannique
Bog
10 0001,115
11 0001,103
12 0001,092
13 0001,083
14 0001,074
15 0001,067
16 0001,061
17 0001,055
18 0001,050
19 0001,045
20 0001,040
21 0001,036
22 0001,033
23 0001,029
24 0001,026

 

Tableau A3 : Données d’entrée (prises) et biomasse estimée pour g = 1,05 et B0 = 18 000 t pour le sébaste canari de la Colombie-Britannique
AnnéePrises (t)BiomasseBiomasse lnTaux H
19801 173,317 726,79,780,07
1981626,417 986,69,800,03
1982826,618 059,49,800,05
19831 335,517 626,89,780,08
19841 789,816 718,49,720,11
19851 498,916 055,49,680,09
19861 156,815 701,39,660,07
19871 411,915 074,59,620,09
19881 814,314 014,09,550,13
19891 816,712 897,99,460,14
19901 590,911 951,99,390,13
19911 352,611 197,09,320,12
19921 401,810 355,09,250,14
19931 113,99 758,89,190,11
19941 198,99 047,99,110,13
1995924,28 576,09,060,11
1996761,68 243,39,020,09
1997746,77 908,88,980,09
1998832,77 471,58,920,11
1999975,86 869,28,830,14
2000821,26 391,58,760,13
2001852,05 859,08,680,15
2002896,45 255,68,570,17
2003864,74 653,78,450,19
2004809,24 077,28,310,20

 


Figure A1 : Régression log-linéaire de la biomasse c. année pour la série de prises d’individus du sébaste canari en Colombie-Britannique; g = 1,05 et B0 = 18 000 t

Figure A1. Régression log-linéaire de la biomasse c. année pour la série de prises d’individus du sébaste canari en Colombie-Britannique; g = 1,05 et B0 = 18 000 t